DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LE BURUNDI

21 décembre 2006
SC/8921-AFR/1479

DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LE BURUNDI

21/12/2006
Conseil de sécurité
SC/8921
AFR/1479
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LE BURUNDI


Vous trouverez ci-après la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité, Nassir Abdulaziz Al-Nasser (Qatar), sur le Burundi:


Les membres du Conseil de sécurité ont entendu un exposé présenté par le Représentant spécial par intérim du Secrétaire général, M. Nureldin Satti, sur la situation au Burundi et l’expiration imminente du mandat de l’Opération des Nations Unies au Burundi (ONUB).


Les membres du Conseil ont remercié l’ONUB et les fonctionnaires des Nations Unies pour leur volonté de contribuer à la paix et à la stabilité dans le pays et pour l’appui précieux qu’ils ont apporté au peuple et au Gouvernement burundais à cet égard.  Ils ont souligné le rôle déterminant que le Bureau intégré des Nations Unies au Burundi (BINUB) et la Commission de la consolidation de la paix auront à jouer durant la période de consolidation de la paix pour ce qui est d’aider le Burundi à parvenir à une paix et à une stabilité durables, étant entendu que le pays doit avoir la maîtrise du processus.  Ils se sont félicités de la deuxième réunion tenue par la Commission de la consolidation de la paix sur le Burundi le 12 décembre 2006 et ont pris note avec intérêt du résumé publié par le Président à l’issue de la réunion.


Les membres du Conseil ont constaté que si des progrès ont été accomplis durant le mandat de l’ONUB, le Burundi doit encore résoudre bien des problèmes pour pouvoir espérer connaître une paix et une stabilité durables.


Ils ont demandé aux autorités et à tous les acteurs politiques burundais de poursuivre leur dialogue en vue de parvenir à la stabilité et à la réconciliation.


Les membres du Conseil ont exhorté toutes les parties à promouvoir l’harmonie sociale, la primauté du droit et le respect des droits de l’homme dans le pays.  Ils ont demandé aux autorités burundaises d’enquêter de manière approfondie sur les violations des droits de l’homme et de faire en sorte que les responsables soient traduits en justice.


Les membres du Conseil ont réaffirmé la nécessité pour les parties à l’Accord général de cessez-le-feu signé à Dar es-Salaam le 7 septembre 2006, en particulier le Palipehutu-FNL, de l’appliquer sans plus tarder.  Ils se sont félicités de l’appui indéfectible des médiateurs sud-africains et des États de l’Initiative régionale au processus ainsi que de la décision de l’Union africaine de constituer un groupe spécial chargé d’appuyer l’application de l’Accord après le retrait de l’ONUB.


Les membres du Conseil ont engagé les donateurs et tous les partenaires internationaux du Burundi à continuer de travailler avec les autorités burundaises pour les aider à tenir le pari de consolider la paix dans le pays.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.