DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT L’ÉTHIOPIE ET L’ÉRYTHRÉE

17 octobre 2006
SC/8854-AFR/1444

DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT L’ÉTHIOPIE ET L’ÉRYTHRÉE

17/10/2006
Conseil de sécurité
SC/8854 AFR/1444
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT  L’ÉTHIOPIE ET L’ÉRYTHRÉE

Vous trouverez ci-après la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité, Kenzo Oshima (Japon), concernant l’Éthiopie et l’Érythrée:

Les membres du Conseil de sécurité trouvent extrêmement inquiétantes des informations selon lesquelles les Forces de défense érythréennes auraient introduit environ 1 500 hommes et 15 chars dans la zone temporaire de sécurité.

Les membres du Conseil s’inquiètent de ce que de tels actes sont contraires à l’Accord de cessation des hostilités en date du 18 juin 2000 et violent l’intégrité de la zone temporaire de sécurité.

Les membres du Conseil demandent à l’Érythrée de retirer immédiatement ses soldats de la zone temporaire de sécurité, de coopérer totalement et sans condition avec la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée, particulièrement en ce qui concerne le maintien du cessez-le-feu en vigueur, et de lever immédiatement les restrictions imposées à la Mission.

Les membres du Conseil demandent aux deux parties de faire preuve de la plus grande retenue et de s’interdire l’usage de la force l’un contre l’autre ainsi que toute menace d’y recourir, d’éviter tout acte susceptible de provoquer une aggravation des tensions qui existent entre les deux pays et de se conformer aux engagements pris précédemment.

Les membres du Conseil réaffirment une fois de plus l’intégrité de la zone temporaire de sécurité et leur attachement indéfectible au processus de paix, notamment en ce qui concerne l’application intégrale et rapide des Accords d’Alger et l’application de la décision finale de la Commission du tracé de la frontière entre l’Érythrée et l’Éthiopie, qui a force obligatoire.

Les membres du Conseil de sécurité demandent à l’Éthiopie d’appliquer intégralement la décision de la Commission.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.