CONFÉRENCES ET MANIFESTATIONS ORGANISÉES SOUS LES AUSPICES DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES

Ref No. 45
16 février 2006

CONFÉRENCES ET MANIFESTATIONS ORGANISÉES SOUS LES AUSPICES DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES

16/02/2006
Communiqué de presse
Ref No. 45
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Document établi et publié par                        

la Section des communiqués de presse                 

Département de l’information)


Conférences et manifestations organisées sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies


En 2006, l’Organisation des Nations Unies observera l’Année internationale des déserts et de la désertification pour appeler l’attention sur les causes de la désertification et de la dégradation des terres, sur la pauvreté qui en résulte et sur les moyens d’y faire face.  Elle marquera aussi, par une séance commémorative spéciale de l’Assemblée générale en avril, le vingtième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, l’accident le plus grave du monde à être survenu dans une centrale nucléaire.


À partir de 2006, l’ONU fera du 27 janvier de chaque année la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste perpétrée par le régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale.  En annonçant cette manifestation, l’Assemblée générale a rejeté toute négation, totale ou partielle, de l’historicité de l’Holocauste.  Cette action fait suite à sa session extraordinaire de janvier tenue pour marquer le soixantième anniversaire de la libération des camps de concentration nazis.


Saluant les efforts de la Mongolie pour préserver et développer la culture et les traditions nomades, l’Assemblée a invité la communauté internationale à participer aux manifestations organisées par ce pays en 2006 pour le huit centième anniversaire de sa fondation.  Elle a aussi invité les États Membres à observer, le 26 avril, la Journée internationale de commémoration des victimes d’accidents et de catastrophes radiologiques, initiative de la Communauté d’États indépendants.


Afin de recenser les manières dont le développement peut bénéficier au maximum des migrations internationales tout en souffrant au minimum, l’Assemblée générale tiendra, les 14 et 15 septembre 2006 à New York, un Dialogue de haut niveau sur les migrations internationales et le développement.  Elle tiendra aussi pendant l’année plusieurs séances extraordinaires faisant suite à des décisions qu’elle a prises sur d’importantes questions.


Les 31 mai et 1er juin 2006, cinq ans après sa session extraordinaire de 2001 sur le VIH/sida, l’Assemblée générale fera un examen d’ensemble des progrès réalisés pour atteindre les objectifs fixés dans sa Déclaration d’engagement sur le VIH/sida (juin 2001).  Le 2 juin, elle tiendra une réunion de haut niveau pour confirmer la volonté des dirigeants du monde de combattre systématiquement le VIH/sida.


Comme suite à la Conférence des Nations Unies sur le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects et à son Programme d’action 2001, une conférence aura lieu au Siège du 26 juin au 7 juillet pour examiner les progrès accomplis dans l’exécution dudit Programme.  Les 19 et 20 septembre, l’Assemblée organisera une réunion de haut niveau sur l’examen approfondi de la mise en œuvre du Programme d’action en faveur des pays les moins avancés pour la décennie 2001-2010.


Toujours en 2006, les États parties à la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction tiendront leur sixième Conférence chargée de son examen entre le 20 novembre et le 8 décembre, à Genève.


De plus, l’Assemblée a inscrit au calendrier international les manifestations suivantes : elle a proclamé le 4 avril Journée internationale pour la sensibilisation aux mines et l’assistance à la lutte antimines; le troisième dimanche de novembre Journée mondiale du souvenir des victimes des accidents de la route; et le 20 décembre Journée internationale de la solidarité humaine.


Pour affirmer le rôle que peut jouer la pomme de terre dans la sécurité alimentaire, l’élimination de la pauvreté et l’atteinte des objectifs de développement, l’Assemblée a déclaré 2008 Année internationale de la pomme de terre.  Elle a aussi proclamé 2008 Année internationale de la planète Terre pour faire mieux prendre conscience des questions importantes liées aux phénomènes et ressources de la Terre, à la prévention, à la réduction et à l’atténuation des catastrophes et au renforcement des capacités de gestion durable des ressources.


L’Assemblée s’est félicitée de la proposition de la Commission économique pour l’Europe d’accueillir en avril 2007, à Genève, la première Semaine mondiale des Nations Unies pour la sécurité routière ainsi que de l’offre de Qatar d’accueillir en 2008 ou 2009 une conférence internationale sur l’application du Consensus de Monterrey, programme adopté en 2002 à la Conférence internationale sur le financement du développement.


Par ailleurs, la communauté internationale continue d’observer la Décennie des Nations Unies pour l’élimination de la pauvreté (1997-2006); la Décennie pour faire reculer le paludisme dans les pays en développement, particulièrement en Afrique (2001-2010); la deuxième Décennie internationale de l’élimination du colonialisme (2001-2010); la Décennie internationale de la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde (2001-2010); la Décennie internationale pour l’alphabétisation : l’éducation pour tous (2003-2012); la deuxième Décennie internationale des populations autochtones (2005-2014); la Décennie des Nations Unies pour l’éducation au service du développement durable (2005-2014); et la Décennie internationale d’action sur le thème « L’eau source de vie » (2005-2015).


On trouvera ci-après des renseignements sur les conférences et les manifestations spéciales organisées en 2006 et dans les années ultérieures sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies classées par thème.  Dans chaque rubrique, les conférences et réunions sont énumérées d’abord et suivies, dans l’ordre, par les décennies, les années, les semaines et les journées.  Leur énumération chronologique figure à l’index.


*   *   *


SIDA


Examen d’ensemble des progrès réalisés pour atteindre les objectifs fixés dans la Déclaration d’engagement sur le VIH/sida

(31 mai et 1er juin 2006)


Suivi par


Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale sur le VIH/sida

(2 juin 2006)


Comme suite à sa session extraordinaire de 2001 sur le VIH/sida, l’Assemblée générale a décidé d’entreprendre les 31 mai et 1er juin 2006, un examen d’ensemble des progrès réalisés pour atteindre les objectifs fixés dans sa Déclaration d’engagement de juin 2001 sur le VIH/sida (résolution 60/224 du 23 décembre 2005).  Le 2 juin, elle tiendra une réunion de haut niveau visant à maintenir l’engagement des dirigeants mondiaux pour combattre systématiquement le VIH/sida.  L’Assemblée a invité les États Membres et les observateurs à s’y faire représenter au plus haut niveau.


Les participants à l’examen et à la réunion seront les suivants : les chefs d’organismes des Nations Unies, dont le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, les envoyés spéciaux du Secrétaire général pour le VIH/sida, les représentants de la société civile, notamment les organismes non gouvernementaux et les associations de personnes vivant avec le VIH/sida.  Le secteur privé – notamment les compagnies pharmaceutiques et le salariat – sera aussi représenté.  À l’ouverture de la séance plénière, le Président de l’Assemblée générale, le Secrétaire général, le Directeur exécutif du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida et un représentant de la société civile feront des déclarations.


Journée mondiale de la lutte contre le sida

(1er décembre)


En 1988, l’Assemblée générale a exprimé sa vive préoccupation devant les proportions pandémiques du syndrome d’immunodéficience acquise (sida).  Notant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déclaré le 1er décembre 1988 Journée mondiale du sida, l’Assemblée a souligné qu’il importait de marquer cette journée (résolution 43/15).  Aujourd’hui, près de 40 millions de personnes vivent avec le VIH/sida. 



ENFANTS


Journée internationale des enfants victimes innocentes de l’agression

(4 juin)


À sa session extraordinaire d’urgence sur la question de la Palestine le 19 août 1982, l’Assemblée générale, « consternée par le grand nombre d’enfants palestiniens et libanais qui ont été les victimes innocentes des actes d’agression d’Israël », a décidé d’observer le 4 juin de chaque année comme Journée internationale des enfants victimes innocentes de l’agression (résolution ES-7/8).


Journée mondiale de l’enfance

(20 novembre)


En 1954, l’Assemblée générale a recommandé [résolution 836 (IX)] que tous les pays instituent une journée mondiale de l’enfance qui sera consacrée à la fraternité et la compréhension entre les enfants à travers le monde, et marquée par des activités propres à favoriser leur bien-être.  Elle a suggéré aux gouvernements d’observer la Journée à la date que chacun jugera appropriée.  Celle du 20 novembre marque le jour où l’Assemblée a adopté la Déclaration des droits de l’enfant en 1959 et la Convention relative aux droits de l’enfant en 1989.


DIVERSITÉ CULTURELLE


Huit centième anniversaire de l’État mongol

(2006)


Par sa résolution 60/16 du 14 novembre 2005, l’Assemblée s’est félicitée des efforts du Gouvernement mongol pour célébrer en 2006 le huit centième anniversaire de l’État mongol en invitant les États Membres ainsi que les organismes des Nations Unies, les organisations intergouvernementales et non gouvernementales et les universités à prendre une part active aux manifestations que la Mongolie organisera.  Dans ce contexte, elle s’est félicitée des efforts du Gouvernement mongol pour préserver et développer la culture et les traditions nomades dans les sociétés modernes.


Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement (21 mai)


Soulignant la nécessité de renforcer le potentiel de la culture comme moyen de parvenir à la prospérité, au développement durable et à la coexistence pacifique mondiale, l’Assemblée générale a, le 20 décembre 2002, proclamé le 21 mai Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement (résolution 57/249).  Agissant vers la fin de l’Année des Nations Unies pour le patrimoine culturel (2002), l’Assemblée a reconnu le lien étroit entre la protection de la diversité culturelle et le cadre général du dialogue entre les civilisations.



DÉCOLONISATION


Deuxième Décennie internationale de l’élimination du colonialisme

(2001-2010)


Le 8 décembre 2000, alors qu’elle observait le quarantième anniversaire de son adoption de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux, l’Assemblée générale a déclaré 2001-2010 deuxième Décennie internationale de l’élimination du colonialisme (résolution 55/146).


Le 22 décembre 2004, l’Assemblée a exhorté les États Membres à participer aux efforts déployés par l’Organisation des Nations Unies pour que le monde soit libéré du colonialisme au cours de la deuxième Décennie internationale, en appuyant sans réserve l’action du Comité spécial de la décolonisation vers cet objectif (résolution 59/134).  Se penchant sur la situation d’Anguilla, des Bermudes, de Guam, des îles Caïmanes, des îles Turques et Caïques, des îles Vierges américaines, des îles Vierges britanniques, de Montserrat, de Pitcairn, de Sainte-Hélène, des Samoa américaines et l’Assemblée a réaffirmé le droit inaliénable des peuples des territoires à l’autodétermination conformément à la Charte des Nations Unies et à la Déclaration de l’Assemblée générale sur la décolonisation [résolution 1514 (XV)].


L’Assemblée a réaffirmé que le principe de l’autodétermination est incontournable et a invité les puissances administrantes, en coopération avec les gouvernements des territoires, à promouvoir l’éducation politique dans les territoires pour faire prendre conscience aux populations de leur droit à l’autodétermination.  Elle a aussi réaffirmé qu’il incombait à ces puissances de promouvoir le développement économique et social et de préserver l’identité culturelle des territoires et a prié ceux-ci et celles-là de protéger contre la dégradation l’environnement des territoires placés sous leur administration.  La première Décennie internationale de l’élimination du colonialisme (1990-2000) a été déclarée en 1988 (résolution 43/47).


Semaine de solidarité avec les peuples des territoires non autonomes

(à partir du 25 mai)


En 1999, l’Assemblée générale a prié le Comité spécial de la décolonisation d’observer chaque année à partir du 25 mai la Semaine de solidarité avec les peuples des territoires non autonomes (résolution 54/91 du 6 décembre).  La Semaine avait été proclamée en 1972 [résolution 2911 (XXVII)] comme Semaine de solidarité avec les peuples coloniaux de l’Afrique australe et de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert qui luttent pour la liberté, l’indépendance, et l’égalité de droits; elle commençait le 25 mai, Journée de la libération de l’Afrique. 



PERSONNES HANDICAPÉES


Journée internationale des personnes handicapées

(3 décembre)


En 1992, à la fin de la Décennie des Nations Unies pour les personnes handicapées (1983-1992), l’Assemblée générale a proclamé le 3 décembre Journée internationale des personnes handicapées (résolution 47/3).  La Décennie avait été une période de sensibilisation et d’interventions pour améliorer la situation de ces personnes et leur procurer des chances égales.  Par la suite, l’Assemblée a lancé un appel aux États Membres pour qu’ils célèbrent la Journée avec éclat en vue de favoriser l’intégration des handicapés dans la société (résolution 47/88).


DÉSARMEMENT ET SÉCURITÉ INTERNATIONALE


Conférence des Nations Unies chargée d’examiner les progrès accomplis

dans l’exécution du Programme d’action en vue de prévenir, combattre

et éliminer le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects

(New York, 26 juin-7 juillet 2006)


Une conférence des Nations Unies chargée d’examiner les progrès accomplis dans l’exécution du Programme d’action en vue de prévenir, combattre et éliminer le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects aura lieu à New York du 26 juin au 7 juillet 2006.  Le 8 décembre 2005, l’Assemblée a encouragé toutes les initiatives en faveur de l’aboutissement de la conférence afin que soient déterminées les mesures à prendre pour s’attaquer à ce problème dans les années à venir (résolution 60/81).


L’Assemblée a aussi décidé de créer un groupe d’experts gouvernementaux, que le Secrétaire général désignera, et qui examinera de nouvelles mesures à prendre pour renforcer la coopération internationale en vue de prévenir, combattre et éliminer le courtage illicite des armes légères.  Le groupe tiendra trois sessions d’une semaine qui commenceront après la conférence mais avant 2008.  Il rendra compte des résultats de son examen à l’Assemblée à sa soixante-deuxième session.


Par sa résolution 59/86 du 3 décembre 2004, l’Assemblée a fixé les dates de la conférence et décidé que son comité préparatoire siégerait à New York du 9 au 20 janvier 2006 avec une session ultérieure éventuelle d’un maximum de deux semaines.


Sixième Conférence des États parties chargée de l’examen

de la Convention sur les armes biologiques

(entre le 20 novembre et le 8 décembre 2006)


Le 8 décembre 2006, l’Assemblée générale a noté que la sixième Conférence des États parties chargée de l’examen de la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction se tiendra à Genève en 2006 (résolution 60/96).  Les dates en seront fixées par un comité préparatoire qui, ouvert à tous les États parties à la Convention, se réunira à Genève pendant la semaine du 24 avril 2006.  Elles se situeraient entre le 20 novembre et le 8 décembre 2006.


Semaine du désarmement

(24-30 octobre)


La célébration annuelle de la Semaine du désarmement, qui commence le jour anniversaire de la fondation de l’Organisation des Nations Unies, a été demandée par l’Assemblée générale dans le Document final de sa session extraordinaire de 1978 sur le désarmement (résolution S-10/2).  Les États ont été invités à souligner le danger de la course aux armements, à faire connaître la nécessité d’y mettre fin et à faire mieux comprendre l’urgence des tâches de désarmement.


En 1995, l’Assemblée a invité les gouvernements, ainsi que les organisations non gouvernementales, à continuer de participer activement à la Semaine du désarmement (résolution 50/72 B du 12 décembre).  Elle a de plus invité le Secrétaire général à continuer d’utiliser aussi largement que possible les moyens d’information de l’Organisation des Nations Unies pour faire mieux comprendre à l’opinion publique mondiale les problèmes du désarmement et les objectifs de la Semaine.


Journée internationale pour la sensibilisation

aux mines et l’assistance à la lutte antimines

(4 avril)


Le 8 décembre 2005, l’Assemblée générale a proclamé le 4 avril de chaque année Journée internationale pour la sensibilisation aux mines et l’assistance à la lutte antimines (résolution 60/97).  Elle a demandé que les États poursuivent leur action, avec l’assistance de l’Organisation des Nations Unies et des organisations compétentes, pour encourager la mise en place et le développement de capacités nationales dans les pays où les mines et les restes explosifs de guerre font peser une grave menace sur la sécurité, la santé et la vie des populations civiles, ou compromettent l’effort du développement socioéconomique aux niveaux national et local.


CATASTROPHES ET LEUR PRÉVENTION


Réunion commémorative spéciale de l’Assemblée générale

pour marquer le vingtième anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl

(courant avril 2006)


Les 25 et 26 avril 1986, l’accident le plus grave que le monde ait jamais vu à une centrale nucléaire a eu lieu à Tchernobyl, en Ukraine, alors en Union soviétique.  Le 14 novembre 2005, l’Assemblée a prié son président d’organiser en avril 2006 une réunion commémorative spéciale de l’Assemblée générale pour marquer le vingtième anniversaire de cette catastrophe (résolution 60/14).  Elle s’est félicitée des activités prévues par les États participant à la Communauté d’États indépendants pour la Journée internationale de commémoration des victimes d’accidents et de catastrophes radiologiques (26 avril) et a invité les États Membres à la marquer par des activités appropriées.



Journée internationale de la prévention des catastrophes naturelles
(deuxième mercredi d’octobre)


En 2001, l’Assemblée générale a décidé que la Journée internationale de la prévention des catastrophes naturelles, qui contribue, au niveau mondial, à un souci constant de prévention de ces catastrophes, y compris la préparation et l’atténuation de leurs efforts, continuerait d’être célébrée le deuxième mercredi d’octobre (résolution 56/195 du 21 décembre).  L’Assemblée avait désigné cette journée comme devant être célébrée pendant la Décennie internationale de la prévention des catastrophes naturelles (1990-1999) (résolution 44/236).


LUTTE CONTRE L’ABUS DES DROGUES


Journée internationale contre l’abus et le trafic des drogues

(26 juin)


En 1987, l’Assemblée générale a décidé de célébrer chaque année, le 26 juin, la Journée internationale contre l’abus et le trafic des drogues pour exprimer sa détermination de renforcer l’action et la coopération vers une société internationale affranchie de l’abus des drogues.  Cette décision, prise le 7 décembre 1987 (résolution 42/112), a donné suite à une recommandation de la Conférence internationale de 1987 sur l’abus et le trafic illicite des drogues qui, le 26 juin, avait adopté le Schéma multidisciplinaire complet pour les activités futures de lutte contre l’abus des drogues.


DÉVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL


Dialogue de haut niveau sur les migrations internationales et le développement
(New York, 14-15 septembre 2006)


Le 23 décembre 2005, l’Assemblée générale a décidé d’organiser à New York, les 14 et 15 septembre 2006, un Dialogue de haut niveau sur les migrations internationales et le développement (résolution 60/227) devant porter sur les aspects multidimensionnels des unes et de l’autre afin de recenser les moyens d’en maximiser les bienfaits et d’en comprimer les effets négatifs.


L’Assemblée a aussi décidé de tenir en 2006, avec les représentants d’organisations non gouvernementales (ONG), d’organisations de la société civile et du secteur privé, des auditions interactives officieuses d’un jour sous la conduite de son président qui en préparera un résumé avant le Dialogue de haut niveau en septembre.  De plus, des représentants d’organisations non gouvernementales dotées du statut consultatif auprès du Conseil économique et social, d’organisations de la société civile et du secteur privé participeront à chaque table ronde du Dialogue de haut niveau – sans d’ailleurs créer de précédent pour d’autres réunions de l’Assemblée générale. 



Réunion de haut niveau sur l’examen approfondi à mi-parcours

de la mise en œuvre du Programme d’action en faveur

des pays les moins avancés pour la décennie 2001-2010

(New York, 19-20 septembre 2006)


Le 23 décembre 2005, l’Assemblée a décidé de convoquer, les 19 et 20 septembre 2006, à New York, une réunion de haut niveau sur l’examen approfondi à mi-parcours de la mise en œuvre du Programme d’action en faveur des pays les moins avancés pour la décennie 2001-2010 (résolution 60/228).  Elle sera présidée par le Président de l’Assemblée.


L’Assemblée a réaffirmé sa volonté de répondre aux besoins spécifiques des pays les moins avancés et prié instamment tous les pays et tous les organismes compétents des Nations Unies, y compris ceux issus des Accords de Bretton Woods, de s’employer de concert à adopter rapidement les mesures permettant d’atteindre, dans les délais prévus, les objectifs du Programme d’action.  Elle a aussi décidé d’organiser sur trois jours une réunion préparatoire d’experts chargés de l’examen approfondi à mi-parcours pendant sa soixantième session (de préférence les 4, 5 et 6 septembre 2006): ils proposeront des mesures appropriées pour faire progresser l’exécution du Programme d’action pour la décennie.


Septième Forum mondial Réinventer l’État

(New York, courant 2007)


Le 30 novembre, l’Assemblée générale a souligné l’importance du septième Forum mondial Réinventer l’État qu’accueillera l’ONU en 2007 et qui se penchera sur l’amélioration de l’administration publique afin d’atteindre les buts de développement convenus au plan international, y compris les objectifs du Millénaire pour le développement (résolution 60/34).


Conférence internationale sur le financement du développement

chargée d’examiner l’application du Consensus de Monterrey

(Qatar, courant 2008 ou 2009)


L’Assemblée continue d’appeler l’attention sur le processus amorcé à la Conférence internationale sur le financement du développement, tenue en mars 2002 à Monterrey, au Mexique, et sur le « Consensus de Monterrey » qui en est issu.  Le 22 décembre 2005, elle a décidé de tenir une conférence internationale de suivi sur le financement du développement pour faire le point sur la mise en œuvre dudit Consensus courant 2008 ou 2009, à une date à fixer (résolution 60/188).  Elle a remercié le Gouvernement qatarien de s’être offert pour accueillir la conférence.


Celle-ci fera suite à deux récentes réunions de haut niveau sur le financement du développement : le Dialogue de haut niveau (New York, 27 et 28 juin 2005) et la réunion distincte, tenue le 14 septembre 2005 dans le cadre de la Réunion plénière de haut niveau de l’Assemblée générale.



Décennie des Nations Unies pour l’élimination de la pauvreté

(1997-2006)


Comme suite à l’Année internationale pour l’élimination de la pauvreté (1996), L’Assemblée générale a, le 20 décembre 1995, proclamé la Décennie des Nations Unies pour l’élimination de la pauvreté en vue d’éliminer la pauvreté absolue et de faire reculer sensiblement la pauvreté en général dans le monde (résolution 51/178 du 16 décembre 1996).


Le 22 décembre 2005, l’Assemblée a souligné qu’il fallait traduire les augmentations de l’aide publique au développement en augmentations réelles de ressources pour les stratégies nationales de développement et les objectifs de développement convenus sur le plan international (résolution 60/209).  Elle a aussi souligné qu’il fallait tenir compte de la nécessité des ressources prévisibles, y compris les mécanismes éventuels d’appui aux budgets.


L’Assemblée a invité les pays à orienter les ressources dégagées grâce à l’allégement de la dette, notamment par son annulation et sa réduction, vers des activités d’élimination de la pauvreté, vers la croissance économique et le développement durables et vers des objectifs de développement convenus au plan international.  Elle a invité les pays développés à promouvoir le renforcement des capacités et à faciliter l’accès aux technologies et aux connaissances correspondantes ainsi que leur transfert à des termes favorables, voire libéraux et préférentiels.


Décennie pour faire reculer le paludisme dans les pays en développement, particulièrement en Afrique

(2001-2010)


Le 23 décembre 2005, l’Assemblée s’est félicitée de l’augmentation du financement pour les interventions contre le paludisme et pour les recherches à l’appui des objectifs de la Décennie pour faire reculer cette maladie dans les pays en développement, particulièrement en Afrique (résolution 60/221).  Elle a invité la communauté internationale à continuer à soutenir les organisations qui participent au partenariat « Faire reculer le paludisme », notamment l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), sources d’aide supplémentaire cruciale aux efforts des pays où sévit le paludisme.


Le 7 septembre 2001, l’Assemblée générale a proclamé la période 2001-2010 Décennie pour faire reculer le paludisme dans les pays en développement, particulièrement en Afrique (résolution 55/284).  Dans sa lutte contre l’une des maladies tropicales les plus mortelles (1 million de morts chaque année en Afrique, où 9 cas sur 10 se produisent), l’Assemblée a invité l’Afrique et la communauté internationale à mener une vaste action conjointe pour atteindre d’ici à 2005, milieu de la décennie, les objectifs que voici.


Il s’agit de faire bénéficier 60 % au moins des personnes exposées au paludisme de la combinaison la mieux adaptée de mesures de protection personnelle et collective, telle que des moustiquaires traitées à l’insecticide; de donner accès à 60 % au moins des femmes enceintes exposées au paludisme à la chimioprophylaxie ou à un traitement préventif intermittent; et de permettre à 60 % au moins des paludéens de bénéficier promptement d’un traitement efficace et d’un prix abordable, qu’ils puissent commencer dans les 24 heures suivant les premiers symptômes.


Décennie des Nations Unies pour l’alphabétisation: l’éducation pour tous

(2003-2012)


Le 19 décembre 2001, l’Assemblée générale a proclamé la période 2003-2012 Décennie des Nations Unies pour l’alphabétisation : l’éducation pour tous (résolution 56/116).  Elle a réaffirmé que l’alphabétisation pour tous était au cœur de l’éducation de base pour tous et qu’il était indispensable de créer des environnements alphabétisés pour parvenir à éliminer la pauvreté, instaurer l’égalité entre les sexes et assurer le développement durable. 


Le 20 décembre 2004, l’Assemblée a demandé à tous les gouvernements d’établir des données et une information fiables sur l’alphabétisation et de concevoir des stratégies novatrices en vue d’atteindre les objectifs de la Décennie.  Elle leur a demandé, ainsi qu’aux organisations et institutions économiques et financières, tant nationales qu’internationales, d’apporter un appui financier et matériel plus important aux efforts faits pour développer l’instruction élémentaire.  L’Assemblée a invité les États Membres, les institutions spécialisées et les autres organismes des Nations Unies, ainsi que les organisations intergouvernementales et non gouvernementales compétentes, à redoubler d’efforts pour mener à bien le Plan d’action international pour la Décennie (résolution 59/149).


Année internationale de la pomme de terre

(2008)


Par sa résolution 60/191 du 22 décembre 2005, l’Assemblée générale a déclaré 2008 Année internationale de la pomme de terre, affirmant ainsi qu’il fallait appeler l’attention du monde sur le rôle que la pomme de terre peut jouer pour assurer la sécurité alimentaire et éliminer la pauvreté et pour réaliser les objectifs de développement convenus au plan international, y compris ceux énoncés dans la Déclaration du Millénaire.  Elle a invité l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) à faciliter la mise en œuvre de l’Année avec le concours des gouvernements, du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale et des autres organisations des Nations Unies et non gouvernementales compétentes.


Auparavant, l’Assemblée avait déclaré 2004 Année internationale du riz, notant qu’il est l’aliment de base de plus de la moitié de la population mondiale (résolution 57/162 du 16 décembre 2002).  Elle avait affirmé qu’il fallait faire prendre davantage conscience du rôle du riz pour atténuer la pauvreté et la malnutrition et réaffirmé qu’il fallait appeler l’attention mondiale sur le rôle qu’il peut jouer en vue d’atteindre les objectifs de développement convenus au plan international, y compris ceux énoncés dans la Déclaration du Millénaire.



Journée internationale des coopératives

(premier samedi de juillet)


Le 16 décembre 1992, l’Assemblée générale a proclamé le premier samedi de juillet 1995 Journée internationale des coopératives (résolution 47/90).  La date marque le centenaire de l’Alliance coopérative internationale, groupement d’organisations qui comprennent 760 millions de membres dans 100 pays.


En 1994, reconnaissant que les coopératives devenaient un facteur indispensable du développement économique et social, l’Assemblée a invité les gouvernements, les organisations internationales, les institutions spécialisées et les organisations coopératives nationales et internationales à célébrer chaque année la Journée (résolution 49/155 du 23 décembre).


Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté

(17 octobre)


En 1992, se félicitant que certaines organisations internationales, à l’initiative de l’une d’elles (le mouvement basé en France et intitulé ATD quart monde), aient dans de nombreux pays décidé de faire du 17 octobre la Journée mondiale du refus de la misère, l’Assemblée générale a décidé que cette date marquerait la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté (résolution 47/196 du 22 décembre).  Il s’agit de faire prendre conscience de la nécessité d’éliminer la pauvreté et la misère dans tous les pays, notamment en développement – nécessité qui est devenue une priorité de développement.


Journée de l’industrialisation de l’Afrique

(20 novembre)


Dans le cadre de la deuxième Décennie du développement industriel de l’Afrique (1991-2000), l’Assemblée générale a proclamé le 20 novembre Journée de l’industrialisation de l’Afrique (résolution 44/237 du 22 décembre 1989).  Il s’agit ici d’amener la communauté internationale à œuvrer résolument à cette fin.


Journée internationale des volontaires

pour le développement économique et social

(5 décembre)


L’Assemblée générale a invité les gouvernements à célébrer, le 5 décembre de chaque année, la Journée internationale des volontaires pour le développement économique et social (résolution 40/212 du 17 décembre 1985).  Elle les a exhortés à faire mieux connaître la contribution qu’apporte le volontariat et à inciter ainsi des gens de tous métiers à se porter volontaires, tant dans leurs pays qu’à l’étranger.  En 2001, Année internationale des volontaires, l’Assemblée a adopté une série de recommandations sur les méthodes par lesquelles les gouvernements et le système des Nations Unies pourraient appuyer le volontariat et a demandé qu’elles soient largement diffusées (résolution 56/38 du 5 décembre 2001).



Journée internationale de la solidarité humaine

(20 décembre)


Le 22 décembre 2005, dans le cadre de sa célébration de la première Décennie des Nations Unies pour l’élimination de la pauvreté (1997-2006), l’Assemblée générale a décidé de proclamer le 20 décembre de chaque année Journée internationale de la solidarité humaine (résolution 60/209).  Ce faisant, elle a rappelé que la Déclaration du Millénaire a désigné la solidarité comme l’une des valeurs fondamentales et universelles qui doivent sous-tendre les relations entre les peuples au XXIe siècle.


ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT


Décennie des Nations Unies pour l’éducation en vue du développement durable

(2005-2014)


Le 20 décembre 2002, l’Assemblée générale a proclamé les 10 ans à partir du 1er janvier 2005 Décennie des Nations Unies pour l’éducation en vue du développement durable (résolution 57/254).  Elle a désigné l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) comme organe responsable de la promotion de la Décennie en lui demandant d’élaborer un projet de programme d’application international, en en précisant les liens avec les programmes d’éducation existants, comme le Cadre d’action de Dakar adopté en 2002 au Forum mondial sur l’éducation et la Décennie des Nations Unies pour l’alphabétisation (2003-2012).


Le 22 décembre 2004, l’Assemblée a prié le Secrétaire général d’inviter l’UNESCO à parachever ledit projet dès que possible et de préférence avant le début de la Décennie, afin de le soumettre aux instances dirigeantes de l’UNESCO pour examen final et adoption (résolution 59/237).  Elle a invité les gouvernements à favoriser la sensibilisation du public et une participation plus large à la Décennie, notamment par des initiatives auxquelles seront associées la société civile et les autres parties prenantes intéressées, ou en coopération avec elles, en particulier au début de la Décennie. 


Décennie internationale d’action, « L’eau, source de vie »

(2005-2015)


Le 23 décembre 2003, l’Assemblée générale a proclamé la période 2005 à 2015 Décennie internationale d’action, « L’eau, source de vie », à partir du 22 mars 2005, Journée mondiale de l’eau (résolution 58/217).  Elle s’est félicitée de la décision de la Commission du développement durable de retenir les questions relatives à l’eau, à l’assainissement et aux établissements humains comme éléments du module thématique du premier cycle, 2004-2005, et a invité la Commission à définir, dans la limite des ressources existantes, des activités et des programmes qui pourraient être menés dans le cadre de la Décennie, lorsqu’elle examinera ledit module à ses douzième et treizième sessions.


L’Assemblée a invité le Secrétaire général à prendre les dispositions voulues pour organiser les activités de la Décennie en tenant compte des résultats de l’Année internationale de l’eau douce et des travaux de la Commission du développement durable à ses douzième et treizième sessions.  Elle a aussi invité les institutions spécialisées, les commissions régionales et autres organes et organismes compétents des Nations Unies à mener une action coordonnée en utilisant les ressources existantes et des contributions volontaires, pour faire de « L’eau, source de vie » une décennie d’action.  Par sa résolution 59/228 du 22 décembre 2004, l’Assemblée a demandé aux organes des Nations Unies de redoubler d’efforts afin de faire de la Décennie internationale une décennie de promesses tenues en utilisant les ressources existantes et des contributions volontaires.


Année internationale des déserts et de la désertification

(2006)


À sa cinquante-huitième session, l’Assemblée générale a décidé de déclarer 2006 Année internationale des déserts et de la désertification (résolution 58/211 du 23 décembre 2003).  Elle a invité tous les pays à créer des comités nationaux ou des organes de coordination et à célébrer l’Année par des activités appropriées.  Elle a demandé à toutes les organisations internationales compétentes et à tous les États Membres d’appuyer les activités liées à la désertification, y compris la dégradation des sols, qui seront organisées par les pays touchés, en particulier les pays africains et les pays les moins avancés.


L’Assemblée a désigné le Secrétaire exécutif de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification dans les pays gravement touchés par la sécheresse et/ou la désertification, notamment en Afrique, coordonnateur de l’Année, en association avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Fonds international de développement agricole et d’autres organismes compétents des Nations Unies.


Le 22 décembre 2005, l’Assemblée s’est déclarée décidée à renforcer l’application de la Convention afin de s’attaquer aux causes de la désertification et de la dégradation des sols et à la pauvreté qui en résulte, notamment en mobilisant des ressources financières suffisantes et prévisibles, en procédant à des transferts de technologie et en renforçant les capacités à tous les niveaux.  Elle s’est félicitée de ce que des porte-parole honoraires des Nations Unies aient été proposés pour l’Année internationale des déserts et de la désertification et a encouragé le Secrétaire général à proposer d’autres personnalités à cet égard pour que l’année soit célébrée dignement dans le monde entier (résolution 60/200).


Année internationale de la planète Terre

(2008)


Le 22 décembre 2005, l’Assemblée générale a déclaré 2008 Année internationale de la planète Terre (résolution 60/192) compte tenu du rôle crucial que l’Année pourrait jouer pour sensibiliser le public à l’importance, pour le développement durable, des phénomènes et ressources terrestres; de la prévention, de la réduction et de l’atténuation des catastrophes; et du renforcement des capacités de gestion durable des ressources; ainsi que de sa précieuse contribution à la Décennie des Nations Unies pour l’éducation au service du développement durable (2005-2014).


L’Assemblée a désigné l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) comme centre de coordination de l’Année, qui organisera des activités en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et d’autres entités compétentes du système des Nations Unies, ainsi que l’Union internationale des sciences géologiques et d’autres associations et groupes s’intéressant aux sciences de la Terre dans le monde entier.


Journée mondiale de l’eau

(22 mars)


L’Assemblée générale a proclamé le 22 mars Journée mondiale de l’eau (résolution 47/193 du 22 décembre 1992) pour faire prendre conscience du rôle que la mise en valeur des ressources en eau joue dans la productivité économique et le bien-être social. 


Journée internationale de la diversité biologique

(22 mai)


Le 20 décembre 2000, l’Assemblée générale a proclamé le 22 mai – date de l’adoption de la Convention sur la diversité biologique – Journée internationale de la diversité biologique (résolution 55/201).  La Journée avait naguère été observée le 29 décembre (résolution 49/119 du 19 décembre 1994) mais, en 2000, la Conférence des Parties à la Convention a, à sa 5e séance, recommandé d’en changer la date pour lui donner plus de visibilité.


Journée mondiale de l’environnement

(5 juin)


Par la résolution 2994 (XXVII) du 15 décembre 1972, l’Assemblée générale avait fait du 5 juin la Journée mondiale de l’environnement en vue d’approfondir la prise de conscience de la nécessité de le protéger et de l’améliorer.  Cette date rappelle celle de l’ouverture de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement (Stockholm 1972) dont est issu le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).


Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse

(17 juin)


La Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse a été proclamée par l’Assemblée générale en 1995 (résolution 49/115), pour marquer l’adoption, le 17 juin 1994, de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.  L’Assemblée a invité les États à consacrer la Journée à sensibiliser l’opinion publique à la nécessité de la coopération internationale pour combattre la désertification et les effets de la sécheresse, notamment en mettant la Convention en œuvre. 


Journée internationale de la protection de la couche d’ozone
(16 septembre)


En 1994, l’Assemblée générale a proclamé le 16 septembre Journée internationale de la protection de la couche d’ozone, commémorant ainsi la date de la signature, en 1987, du Protocole de Montréal relatif à des substances qui l’appauvrissent (résolution 49/114).  Les États ont été invités à consacrer la Journée à l’encouragement d’activités conformes aux objectifs du Protocole et de ses amendements.  La couche d’ozone, mince couverture gazeuse, protège la terre contre ce que les rayons solaires ont de nocif, préservant ainsi la vie sur la planète.


Journée internationale pour la prévention de l’exploitation

de l’environnement en temps de guerre et de conflit armé

(6 novembre)


Le 5 novembre 2001, l’Assemblée générale a déclaré le 6 novembre de chaque année Journée internationale pour la prévention de l’exploitation de l’environnement en temps de guerre et de conflit armé (résolution 56/4).  Ce faisant, elle a considéré que les dégâts causés à l’environnement en temps de conflit armé perturbent les écosystèmes et compromettent les ressources naturelles longtemps après la fin du conflit et ont des effets qui s’étendent et se prolongent souvent au-delà des limites des territoires nationaux et de la génération actuelle.  Elle a aussi rappelé que la Déclaration du Millénaire a souligné qu’il fallait s’employer à protéger notre environnement commun.


Journée des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud

(19 décembre)


Le 23 décembre 2004, l’Assemblée générale a déclaré le 19 décembre de chaque année Journée des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud (résolution 58/220).  C’est la date où, en 1978, l’Assemblée a entériné le Plan d’action de Buenos Aires pour la promotion et la mise en œuvre de la coopération technique entre pays en développement (résolution 33/134).


DROITS DE L’HOMME


Journée mondiale des réfugiés

(20 juin)


Le 4 décembre 2000, l’Assemblée générale a noté que l’an 2001 marquait le cinquantième anniversaire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et que l’Organisation de l’unité africaine (OUA) avait accepté qu’une journée internationale des réfugiés coïncide avec la Journée du réfugié africain, le 20 juin.  Elle a donc décidé qu’à compter de 2001 le 20 juin marquerait la Journée mondiale des réfugiés (résolution 55/76).  [Note : l’OUA a été remplacée par l’Union africaine le 9 juillet 2002.]


Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture

(26 juin)


En 1997, sur la recommandation du Conseil économique et social (décision 1997/251), l’Assemblée a proclamé le 26 juin Journée internationale des Nations Unies pour le soutien aux victimes de la torture (résolution 52/149 du 12 décembre), en vue d’éliminer la torture et d’assurer l’application effective de la Convention de 1984 contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, qui est entrée en vigueur le 26 juin 1987.



Journée internationale de la tolérance

(16 novembre)


En 1996, l’Assemblée générale a invité les États Membres à célébrer le 16 novembre la Journée internationale de la tolérance par des activités s’adressant aux établissements d’enseignement et au grand public (résolution 51/95 du 12 décembre).  Cette action a fait suite à l’Année des Nations Unies pour la tolérance, 1995, proclamée par l’Assemblée en 1993 (résolution 48/126) sur l’initiative de la Conférence générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO); le 16 novembre 1995, les États membres de l’UNESCO ont adopté la Déclaration de principes sur la tolérance et le Plan d’action destiné à donner suite à l’Année.


Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage

(2 décembre)


La Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage (2 décembre) rappelle la date de l’adoption par l’Assemblée générale de la Convention des Nations Unies pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui [résolution 317 (IV) du 2 décembre 1949].


Journée des droits de l’homme

(10 décembre)


En 1950, les États et les organisations intéressées ont tous été invités par l’Assemblée générale à célébrer le 10 décembre comme Journée des droits de l’homme [résolution 423 (V)].  C’est l’anniversaire de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme par l’Assemblée générale en 1948.


Journée internationale des migrants

(18 décembre)


Comme l’a recommandé le Conseil économique et social (décision 2000/288 du 28 juillet 2000), l’Assemblée générale a proclamé le 18 décembre Journée internationale des migrants (résolution 55/93 du 4 décembre 2000).  Ce jour-là, en 1990, la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille a été adoptée (résolution 45/158).  L’Assemblée a souligné qu’il fallait faire des efforts supplémentaires pour assurer le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales de tous les migrants.  On estime qu’une personne sur 35 dans le monde est un migrant, qui vit et travaille dans un pays qui n’est pas le sien.  Tous les pays ont des migrants dans leur population.



ÉTABLISSEMENTS HUMAINS


Journée mondiale de l’habitat

(premier lundi d’octobre)


Sur la recommandation de la Commission des établissements humains, l’Assemblée générale a, en 1985, désigné le premier lundi d’octobre comme Journée mondiale de l’habitat (résolution 40/202 A) dont la première célébration, en 1986, a marqué le dixième anniversaire de la première conférence internationale sur la question – Habitat : Conférence des Nations Unies sur les établissements humains (Vancouver (Canada), 1976).


FAIM


Journée mondiale de l’alimentation

(16 octobre)


Le but de la Journée mondiale de l’alimentation, proclamée en 1979 par la Conférence de la FAO, est de sensibiliser le public au problème mondial de l’alimentation et de renforcer la solidarité dans la lutte contre la faim, la malnutrition et la pauvreté.  La Journée correspond à la date de la fondation de la FAO en 1945.  En 1980, l’Assemblée générale en a entériné la célébration compte tenu du fait que « l’alimentation est une condition nécessaire à la survie et au bien-être de l’être humain et qu’elle est un besoin fondamental » (résolution 35/70 du 5 décembre).


PEUPLES AUTOCHTONES


Deuxième Décennie internationale des peuples autochtones

(2005-2014)


Le 16 décembre 2005, l’Assemblée générale a adopté le Programme d’action pour la deuxième Décennie internationale des populations autochtones (document A/60/270, sect. II) avec pour thème « Partenariat pour l’action et la dignité » (résolution 60/142).  Elle a engagé la communauté internationale à fournir un appui financier au Programme d’action, notamment par des contributions au Fonds volontaire pour la deuxième Décennie et a engagé tous les gouvernements et toutes les organisations autochtones concernés à agir pour faciliter l’adoption dans les meilleurs délais du projet de déclaration des Nations Unies sur les droits des populations autochtones.


L’Assemblée avait proclamé la première Décennie internationale des populations autochtones le 21 décembre 1993 afin de renforcer la coopération internationale à la solution de leurs problèmes dans des domaines comme les droits de l’homme, l’environnement, le développement, l’éducation et la santé (résolution 48/163).  Elle a proclamé la deuxième Décennie internationale le 20 décembre 2004 dans le but de renforcer encore la coopération dans ces domaines, notamment le développement économique et social (résolution 59/174).  Elle a demandé au Secrétaire général de nommer le Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales comme coordonnateur de la deuxième Décennie et a invité les gouvernements à faire en sorte que les activités et les objectifs de celle-ci soient conçus et mis en œuvre en collaboration étroite avec les populations autochtones.


Journée internationale des populations autochtones

(9 août)


Le 23 décembre 1994, l’Assemblée générale a décidé que la Journée internationale des populations autochtones serait célébrée le 9 août pendant toute la Décennie internationale les concernant (résolution 49/214).  Par sa résolution 59/174 du 20 décembre 2004, où elle a proclamé la deuxième Décennie internationale des populations autochtones (2005-2014), l’Assemblée a décidé de continuer, durant la deuxième Décennie, à célébrer chaque année à New York, à Genève et dans les autres bureaux de l’Organisation des Nations Unies la Journée internationale des populations autochtones.  Elle a demandé au Secrétaire général de financer la célébration de la Journée au moyen des ressources existantes et d’encourager les gouvernements à la célébrer sur le plan national.


INFORMATION


Journée mondiale de la liberté de la presse

(3 mai)


L’Assemblée générale a, en 1993, déclaré le 3 mai Journée mondiale de la liberté de la presse (décision 48/432 du 20 décembre), inspirée par une résolution de 1991 sur la promotion de la liberté de la presse dans le monde, par laquelle la Conférence générale de l’UNESCO avait reconnu qu’une presse libre, pluraliste et indépendante était un élément essentiel d’une société démocratique.  La Conférence avait fait part à l’Assemblée du souhait des États membres de l’UNESCO que le 3 mai devienne la Journée internationale de la liberté de la presse.


Cette date commémore la Déclaration de Windhoek sur la promotion d’une presse africaine indépendante et pluraliste, adoptée le 3 mai 1991 par le Séminaire du même nom qu’avaient organisé à Windhoek l’UNESCO et l’Organisation des Nations Unies.



Journée mondiale d’information sur le développement

(24 octobre)


En 1972, l’Assemblée générale a créé la Journée mondiale d’information sur le développement pour appeler l’attention de l’opinion publique mondiale sur les problèmes de développement et la nécessité de renforcer la coopération internationale afin de les résoudre [résolution 3038 (XXVII)].  Elle a décidé que cette journée devrait coïncider en principe avec celle des Nations Unies (24 octobre) qui était aussi la date de l’adoption, en 1970, de la Stratégie internationale du développement pour la deuxième Décennie des Nations Unies pour le développement.  L’Assemblée a estimé que l’amélioration de la diffusion d’informations et la mobilisation de l’opinion publique, notamment parmi la jeunesse, feraient mieux prendre conscience des problèmes du développement, favorisant ainsi les efforts de la coopération internationale dans ce domaine.


Journée mondiale de la télévision

(21 novembre)


En 1996, l’Assemblée générale a proclamé le 21 novembre Journée mondiale de la télévision, commémorant ainsi la date où, en 1996, le premier Forum mondial sur la télévision a eu lieu à l’Organisation des Nations Unies.  Les États ont été invités à observer la Journée en encourageant des échanges internationaux d’émissions consacrées notamment à des questions telles que la paix, la sécurité, le développement économique et social, et le renforcement des échanges culturels (résolution 51/205 du 17 décembre).


PERSONNES ÂGÉES


Journée internationale des personnes âgées

(1er octobre)


Par la résolution 45/106 du 14 décembre 1990, l’Assemblée générale a désigné le 1er octobre Journée internationale des personnes âgées, donnant suite aux initiatives des Nations Unies comme le Plan d’action international de Vienne sur le vieillissement, adopté en 1982 par l’Assemblée mondiale sur le vieillissement et entériné la même année par l’Assemblée générale.


ESPACE EXTRA-ATMOSPHÉRIQUE


Semaine mondiale de l’espace

(4-10 octobre)


Par sa résolution 54/68 du 6 décembre 1999, l’Assemblée générale a proclamé la Semaine mondiale de l’espace qui se tiendra entre le 4 et le 10 octobre, pour célébrer les contributions de la science et des techniques spatiales à l’amélioration de la condition humaine.  Les dates rappellent le lancement, le 4 octobre 1957, du premier satellite artificiel, Spoutnik I, et l’entrée en vigueur, le 10 octobre 1967, du Traité sur les principes régissant les activités des États en matière d’exploration et d’utilisation de l’espace extra-atmosphérique.



QUESTION DE PALESTINE


Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien

(29 novembre)


En 1977, l’Assemblée générale a appelé à la célébration annuelle du 29 novembre comme Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien (résolution 32/40 B).  Ce jour-là, en 1947, elle avait adopté la résolution sur le partage de la Palestine [résolution 181 (II)].


Le 1er décembre 2003, par sa résolution 59/29, l’Assemblée a invité les États Membres à continuer d’apporter un large soutien aux activités organisées pour marquer la Journée et d’attirer activement l’attention là-dessus.  Elle a prié le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien et la Division des droits des Palestiniens (Secrétariat), à l’occasion de la célébration, de continuer à organiser une exposition annuelle sur les droits des Palestiniens ou une manifestation culturelle, en coopération avec la Mission permanente d’observation de la Palestine auprès de l’Organisation des Nations Unies.


PAIX


Décennie internationale de la promotion d’une culture

de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde

(2001-2010)


Le 20 octobre 2005, l’Assemblée générale a déclaré à nouveau que l’objectif de la Décennie internationale de la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde est de donner un nouvel élan au mouvement mondial en faveur d’une culture de paix (résolution 60/3).  Elle a invité les États à continuer de mettre davantage l’accent sur les activités visant à promouvoir une telle culture et a encouragé l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), organisation chef de fil pour la Décennie, à intensifier encore ses activités pour promouvoir une culture de paix.


L’Assemblée a proclamé la Décennie internationale en 1998 pour faire suite à l’Année internationale de la culture de la paix en 2000 (résolution 53/25 du 10 novembre).  Elle a invité les organisations non gouvernementales, les institutions et groupes religieux, les établissements d’enseignement et les artistes et les médias à appuyer activement la Décennie pour le bien de chaque enfant du monde.



Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies
(29 mai)


L’Assemblée a proclamé le 29 mai de chaque année Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies pour rendre hommage à tous les hommes et à toutes les femmes qui ont servi et servent encore dans des opérations de maintien de la paix des Nations Unies en raison de leur niveau exceptionnel de professionnalisme, de dévouement et de courage, et pour honorer la mémoire de ceux qui ont perdu la vie au service de la paix (résolution 57/129 du 11 décembre 2002).  L’Assemblée a invité tous les États Membres, les organismes des Nations Unies, les organisations non gouvernementales et les particuliers à célébrer la Journée comme il convient.


Journée internationale de la paix
(21 septembre)


En 1981, l’Assemblée générale a déclaré que le jour d’ouverture de sa session ordinaire en septembre « sera officiellement proclamé Journée internationale de la paix et observé comme tel et qu’il sera consacré à la célébration et au renforcement des idéaux de paix tant au sein des nations et des peuples qu’entre ceux-ci » (résolution 36/67).  En 1998, l’Assemblée a réaffirmé que la Journée continuerait d’être observée le jour de l’ouverture de sa session ordinaire (résolution 52/232 du 4 juin).


Le 7 septembre 2001, l’Assemblée a décidé que, à partir de 2002, la Journée internationale de la paix serait observée chaque année le 21 septembre, jour dont il faudrait faire savoir à tous qu’il serait celui de la célébration et de l’observation de la paix (résolution 55/282).  Elle a déclaré que la Journée serait désormais observée comme une journée mondiale de cessez-le-feu et de non-violence, pendant laquelle les nations et les peuples seront invités à cesser les hostilités. 


RACISME ET DISCRIMINATION RACIALE


Semaine de solidarité avec les peuples en lutte contre le racisme

et la discrimination raciale
(à partir du 21 mars)


Dans le cadre de son programme pour la première Décennie de la lutte contre le racisme et la discrimination raciale, l’Assemblée générale a, en 1979, invité tous les États à observer, à partir du 21 mars, une Semaine de solidarité avec les peuples en lutte contre le racisme et la discrimination raciale (résolution 34/24).


Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale

(21 mars)


La Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale est célébrée chaque année le 21 mars.  Ce jour-là, en 1960, à Sharpeville, en Afrique du Sud, la police a massacré 69 personnes lors d’une manifestation pacifique contre les lois de l’apartheid limitant les déplacements.  En proclamant la Journée en 1966, l’Assemblée générale a invité la communauté internationale à redoubler d’efforts pour éliminer toutes les formes de discrimination raciale [résolution 2142 (XXI)].


SECONDE GUERRE MONDIALE


Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste
(27 janvier)


Le 1er novembre 2005, l’Assemblée générale a désigné le 27 janvier comme Journée annuelle internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Hocolauste perpétré pendant la Seconde Guerre mondiale par le régime nazi (résolution 60/7).  Ce faisant, elle a rejeté toute négation, totale ou partielle de l’historicité de l’Holocauste. 


Par la même résolution, l’Assemblée a invité les États Membres à élaborer des programmes d’éducation qui graveront dans l’esprit des générations futures les enseignements de l’Holocauste afin d’aider à prévenir les actes de génocide.  Elle a félicité les États qui ont pris des mesures afin de préserver les sites où les nazis avaient installé des camps de la mort, des camps de concentration, des camps de travail forcé et des prisons pendant l’Holocauste.  Elle a prié le Secrétaire général de mettre en place un programme de communication intitulé « l’Holocauste et les Nations Unies », ainsi que des mesures qui inciteront la société civile à se mobiliser pour garder vivante la mémoire de l’Holocauste et en transmettre les enseignements.


Journées du souvenir et de la réconciliation en l’honneur des morts

de la Seconde Guerre mondiale
(8 et 9 mai)


Par sa résolution 59/26 du 22 novembre 2004, l’Assemblée générale a proclamé les 8 et 9 mai journées du souvenir et de la réconciliation et invité les États Membres, les organismes des Nations Unies, les organisations non gouvernementales et les particuliers à observer chaque année l’une de ces journées, ou les deux, pour rendre à toutes les victimes de la Seconde Guerre mondiale l’hommage qui leur est dû.


FEMMES


Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale
(8 mars)


En 1977 (résolution 32/142), l’Assemblée générale a invité les États à proclamer, en fonction de leurs traditions et coutumes historiques et nationales, un jour de l’année Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale.  Ils ont été invités à s’efforcer de créer des conditions favorables à l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes et à leur pleine participation, sur un pied d’égalité, au développement social.  Cette action a fait suite à l’Année internationale de la femme (1975) et à la Décennie des Nations Unies pour la femme (1976-1985), proclamées par l’Assemblée.  Les Nations Unies ont commencé à observer la Journée internationale de la femme le 8 mars 1975 – Année internationale de la femme.



Journée internationale pour l’élimination de la violence à l'égard des femmes
(25 novembre)


L’Assemblée générale a fait du 25 novembre la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et a invité les gouvernements et les organisations internationales et non gouvernementales à organiser, ce jour-là, des activités conçues pour sensibiliser l’opinion au problème (résolution 54/134 du 17 décembre 1999).  Depuis 1981, les défenseurs des droits des femmes observent le 25 novembre comme une journée contre la violence.  Cette date a été inspirée par l’assassinat barbare, en 1961, sur l’ordre du dirigeant dominicain Rafael Trujillo, de trois militantes en République dominicaine, les sœurs Mirabal.


JEUNESSE


Journée internationale de la jeunesse

(12 août)


Le 17 décembre 1999, l’Assemblée générale [résolution 54/120 (I)] a entériné la recommandation de la Conférence mondiale des ministres de la jeunesse (Lisbonne, 8-12 août 1998) tendant à faire du 12 août la Journée internationale de la jeunesse.  Elle a recommandé que des activités d’information soient organisées afin que la Journée contribue à mieux faire connaître le Programme d’action mondial pour la jeunesse à l’horizon 2000 et au-delà, adopté par l’Assemblée en 1995 (résolution 50/81).


AUTRES MANIFESTATIONS


Semaine mondiale des Nations Unies pour la sécurité routière

(avril 2007)


Le 26 octobre 2005, l’Assemblée générale a accueilli avec satisfaction la proposition de la Commission économique pour l’Europe d’accueillir en avril 2007, à Genève, la première Semaine mondiale des Nations Unies pour la sécurité routière, axée sur les jeunes usagers et notamment les jeunes conducteurs (résolution 60/5).  Elle a aussi invité l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à convoquer un deuxième forum des acteurs de la sécurité routière à Genève dans le cadre de la Semaine pour la sécurité routière mondiale afin de poursuivre les travaux engagés au premier Forum tenu en 2004 au Siège de l’Organisation des Nations Unies.


Journée internationale des familles

(15 mai)


En 1993, l’Assemblée générale a décidé que le 15 mai de chaque année devrait être observé comme Journée internationale des familles (résolution 47/237 du 20 septembre).  En 1989, par la résolution 44/82, elle avait proclamé 1994 Année internationale de la famille pour faire mieux prendre conscience des questions de la famille et mettre les nations mieux à même d’aborder les problèmes des familles par des mesures globales.



Journée des Nations Unies pour la fonction publique

(23 juin)


Le 30 novembre 2005, l’Assemblée a souligné qu’il importe de mieux mettre à profit la Journée des Nations Unies pour la fonction publique et le prix Champion du service public décerné par l’Organisation, en vue de la revitalisation de l’administration publique par l’instauration d’une culture de l’innovation, du partenariat et de la réactivité (résolution 60/34).


Le 20 décembre 2002, l’Assemblée a désigné le 23 juin de chaque année Journée des Nations Unies pour la fonction publique (résolution 57/277).  Elle a encouragé les États Membres à organiser ce jour-là des manifestations spéciales pour mettre en valeur la contribution de la fonction publique au processus de développement.


Journée mondiale de la population

(11 juillet)


En 1989, le Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a recommandé de faire du 11 juillet la Journée mondiale de la population.  Issue de la Journée des cinq milliards célébrée le 11 juillet 1987, elle tend à appeler l’attention sur l’urgence et l’importance des questions de population, notamment dans le contexte des plans et programmes globaux de développement, et sur la nécessité de leur trouver des solutions.  Selon la Division de la population de l’ONU, la population mondiale, de 6,3 milliards en 2002, s’accroissait d’environ 77 millions par an.  L’ONU estime qu’elle sera de 7,4 à 12,8 milliards en 2050, la projection la plus probable étant de 8,9 milliards.


Journée des Nations Unies

(24 octobre)


L’anniversaire de l’entrée en vigueur de la Charte des Nations Unies le 24 octobre 1945 est célébré depuis 1948 comme Journée des Nations Unies.  Il est traditionnellement marqué dans le monde par des réunions, des débats et des expositions sur les réalisations et les objectifs de l’Organisation.  En 1971, l’Assemblée générale a recommandé que les États Membres l’observent comme jour férié [résolution 27/82 (XXVI)].


Journée mondiale du souvenir des victimes des accidents de la route

(troisième dimanche de novembre, chaque année)


Le 26 octobre 2005, l’Assemblée générale a invité les États Membres et la communauté internationale à faire du troisième dimanche de novembre de chaque année la Journée mondiale du souvenir des victimes des accidents de la route, en hommage à ces victimes et à leurs familles (résolution 60/5).



Journée de l’aviation civile internationale

(7 décembre)


En 1996, l’Assemblée générale a proclamé le 7 décembre Journée de l’aviation civile internationale et a invité les gouvernements ainsi que les organisations nationales, régionales, internationales et intergouvernementales à prendre des mesures pour l’observer (résolution 51/33 du 6 décembre).  La Journée avait été déclarée en 1992 par l’Assemblée de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), institution spécialisée des Nations Unies, pour souligner et promouvoir les bienfaits de l’aviation civile internationale.  Sa célébration a commencé le 7 décembre 1994 – cinquantième anniversaire de la signature de la Convention relative à l’aviation civile internationale qui a fondé l’OACI.


Autres journées internationales


Les autres journées internationales observées par les organismes des Nations Unies sont les suivantes: Journée internationale de la langue maternelle (21 février); Journée météorologique mondiale (23 mars); Journée mondiale de la santé (7 avril); Journée mondiale du livre et du droit d’auteur (23 avril); Journée mondiale des télécommunications (17 mai); Journée mondiale sans tabac (31 mai); Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition (23 août); Journée internationale de l’alphabétisation (8 septembre); Journée maritime mondiale (dernière semaine de septembre); Journée mondiale des enseignants (5 octobre); Journée mondiale de la poste (9 octobre); Journée mondiale de la santé mentale (10 octobre) et Journée internationale de la montagne (11 décembre).


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.