JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME: LE PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE APPELLE À RÉALISER DES PROGRÈS ACCRUS POUR L’ÉDUCATION DES FILLES

7 mars 2006
GA/SM/371-FEM/1546-OBV/541

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME: LE PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE APPELLE À RÉALISER DES PROGRÈS ACCRUS POUR L’ÉDUCATION DES FILLES

07/03/2006
Assemblée générale
GA/SM/371 FEM/1546 OBV/541
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME: LE PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE APPELLE À RÉALISER DES PROGRÈS ACCRUS POUR L’ÉDUCATION DES FILLES

On trouvera ci-après le texte du message du Président de l’Assemblée générale, Jan Eliasson (Suède), à l’occasion de la Journée internationale de la femme, le 8 mars:

La Journée internationale de la femme est plus qu’une manifestation symbolique.  C’est une occasion importante chaque année d’évaluer les efforts déployés par la communauté internationale en vue de contribuer à la promotion de la femme dans le monde entier et de réitérer qu’il est important d’assurer l’égalité des sexes.

Le thème choisi cette année, « Les femmes aux postes de décision: relever les défis, induire le changement », nous rappelle qu’il reste beaucoup à faire pour assurer la pleine participation des femmes à la vie politique et aux processus de décision.

Les femmes sont les piliers non seulement de la famille, mais aussi de la société dans son ensemble.  Il incombe à chacun d’entre nous de respecter et de reconnaître les importantes contributions qu’elles apportent aux progrès réalisés à travers le monde sur les plans politique, économique et social.

Nous ne pourrons atteindre nos buts collectifs en matière de développement, de paix et de sécurité et de droits de l’homme que si nous prenons des mesures concrètes pour renforcer la participation des femmes à la prise de décisions aux niveaux des pouvoirs publics, des Parlements, des organisations internationales, de la vie universitaire et du secteur privé.

Une première mesure à prendre d’urgence est de réaliser des progrès accrus en matière d’éducation des filles.  Il est inacceptable que plus de 50 millions de filles d’âge primaire dans le monde entier ne soient pas encore scolarisées.

Depuis la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, qui s’est tenue à Beijing en 1995, la participation des femmes à la vie publique s’est sensiblement accrue.  Des progrès ont été faits en matière d’égalité des sexes et de démocratie.  Mais il reste beaucoup à faire car les femmes continuent à être victimes de discriminations et demeurent sous-représentées aux postes de décision à tous les niveaux.  Nous devons tous faire plus.

Lors du Sommet de 2005, les dirigeants du monde entier ont réitéré les engagements qu’ils avaient pris de promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.  Ils ont réaffirmé qu’ils étaient « convaincus que ce qui est un progrès pour les femmes est un progrès pour tous ».  Que cela soit notre mot d’ordre et notre tâche commune, pas seulement aujourd’hui, mais chaque jour.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.