LE COMITÉ DES ONG RECOMMANDE LE STATUT CONSULTATIF AUPRÈS DE L’ECOSOC POUR CINQ ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

16 mai 2006
ECOSOC/6202-ONG/596

LE COMITÉ DES ONG RECOMMANDE LE STATUT CONSULTATIF AUPRÈS DE L’ECOSOC POUR CINQ ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

16 mai 2006
Conseil economique et social
ECOSOC/6202 ONG/596
Department of Public Information • News and Media Division • New York

Comité chargé des ONG

21e et 22e séances – matin et après-midi

LE COMITÉ DES ONG RECOMMANDE LE STATUT CONSULTATIF AUPRÈS DE L’ECOSOC POUR CINQ ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

Il se livre à de vifs débats autour de la candidature d’une ONG de défense des droits des homosexuels

Le Comité chargé des ONG a examiné aujourd’hui la candidature de plusieurs ONG au statut consultatif spécial auprès de l’ECOSOC.  Il a également débattu du rôle de la Section des ONG et a rappelé les difficultés des ONG à respecter les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). 

Le Comité a recommandé le statut consultatif spécial* pour l’ONG rwandaise Pro-femmes/Twese Hamwe.  Cette ONG est un collectif de 43 associations oeuvrant pour la promotion de la femme, de la paix et du développement. 

International Relations Student’s Association of Mac Gill University (Québec) a également obtenu une recommandation du Comité pour l’octroi du statut consultatif spécial*.  Cette association offre une tribune apolitique aux étudiants intéressés par les organisations internationales et notamment par les Nations Unies. 

L’Association des parlementaires d’Europe pour l’Afrique basée aux Pays-Bas a obtenu elle aussi une recommandation pour l’octroi du statut consultatif spécial*.  L’association s’efforce de faciliter le fonctionnement des parlements en Afrique et veille à ce que l’Afrique reste à l’ordre du jour politique en Europe. 

Concernant Africa Action, le représentant  du Soudan a affirmé que cette ONG n’était pas homologuée au Soudan et que ses représentants n’avaient jamais obtenu de visa pour se rendre au Darfour.  Le délégué soudanais a affirmé que cette ONG avait lancé sur son site Internet une campagne « tentant d’exercer des pressions sur le Gouvernement du Soudan en prétendant que le gouvernement se livre à des activités d’épuration ethnique au Darfour ».  Le Comité a donc décidé de suspendre sa décision en attendant des réponses de l’ONG aux questions posées par le délégué soudanais.

En revanche, le statut consultatif spécial* a été recommandé pour le Macedonian Center for International Development. 

À la suite d’une question posée par le délégué du Pakistan, le Comité a décidé de suspendre la candidature de l’ONG indienne Bhagwan Mahaweer Viklang Sahayta Samiti. 

La candidature de la Fédération des gays et lesbiennes d’Allemagne, basée à Cologne, a fait l’objet de vifs débats et de plusieurs votes qui ont abouti au rejet de sa candidature.  La représentante iranienne a rappelé les préoccupations de sa délégation concernant la pédophilie.  Soutenue par le Sénégal et le Soudan, la délégation iranienne a décidé de voter contre la candidature de cette ONG allemande.  Le délégué de l’Allemagne a alors déploré le traitement des associations homosexuelles au sein du Comité des ONG et a regretté l’absence du représentant de cette ONG pour répondre aux inquiétudes des deux délégations.  Affirmant que les allégations de pédophilie contre cette ONG n’étaient absolument pas fondées, il a espéré que le représentant de l’ONG  pourra répondre lors de la prochaine session du Comité aux questions posées par l’Iran et le Soudan.  Il a donc suggéré que le Comité reporte l’examen de la candidature de cette ONG au mois de janvier prochain.  Mais par 11 voix contre 7, et une abstention, le Comité a voté contre le report de l’examen de la candidature en janvier prochain.  Le représentant de la France s’est alors étonné de la rapidité avec laquelle le Comité allait voter contre la candidature de cette ONG alors que la procédure veut que les dossiers sujets à controverse soient laissés en suspens et reportés à une date ultérieure.  « Nous ne comprenons pas les motifs d’une telle discrimination » a-t-il conclu.  Dans la même ligne, le délégué de la Roumanie s’est inquiété du rejet de trois candidatures lors de cette session du Comité.  Les trois candidatures émanaient d’ONG partageant les mêmes préoccupations de défense des droits des homosexuels.  Le délégué indien a demandé lui aussi plus d’équité envers cette ONG et a suggéré de laisser la possibilité à ses responsables de venir s’expliquer dans le futur devant le Comité.  Le représentant du Saint-Siège a pris la parole pour rappeler les obligations morales liées à la sexualité.  Le délégué de la France a alors déploré que le Saint-Siège, qui n’est qu’observateur au sein du Comité, ait pu prendre la parole sur le fond de cette demande.  Le délégué français a affirmé que son pays serait « préoccupé » si le Comité décidait de refuser le statut consultatif à cette ONG sans écouter les explications de son représentant.  Mais à la suite d’un vote par 9 voix pour, 7 voix contre et deux abstentions, le Comité a entériné le rejet pur et simple de la candidature de l’ONG. 

European Garage Equipment Association a obtenu la recommandation du Comité pour l’inscription sur la Liste**.  L’association belge mène des études scientifiques économiques, techniques et administratives sur tous les problèmes relatifs à la fabrication et à la distribution d’équipements de garage.

Le Comité a également pris note de la fin de la période de suspension de la candidature de l’ONG A Woman’s Voice International, fixée au 21 juillet 2006. 

En début de matinée,Mme Hanifa Mezoui, Chef de la Section des organisations non gouvernementales du Département des affaires économiques et sociales (DESA) a pris la parole pour exposer un projet d’études sur lequel elle a travaillé.  Ce projet portait sur le développement de nouveaux programmes et outils pédagogiques et didactiques axés sur la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) en partenariat avec la société civile, l’Association internationale des Conseils économiques et sociaux et Institutions similaires (AICESIS) ainsi que les universités.  Des sondages ont ainsi été réalisés et les résultats laissent apparaître que l’information sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) n’a pas assez pénétré les institutions d’une manière durable.  La société civile et les ONG restent donc privées de programmes de cours et de formation professionnelle qui répondent aux besoins des OMD dans leurs pays respectifs. 

Dans le cadre de ce projet d’études, des tables rondes ont également été organisées autour des OMD, à Paris, Alger, Brasilia et Beijing.  Ces tables rondes ont abouti à plusieurs recommandations:

- Appuyer le rôle de l’ECOSOC en maintenant l’AICESIS comme une organisation neutre; faire de la déontologie des OMD un élément essentiel du modèle pédagogique pour que les professionnels soient formés correctement en fonction des OMD; et mettre en place un programme annuel de prix pour les ONG méritoires.  Ce prix serait inauguré le 20 juin 2007 à l’occasion de la 10ème réunion internationale des Conseils économiques et sociaux et Institutions similaires (AICESIS).  Les recommandations visent également à analyser les réalisations en les poursuivant et organiser une séance de travail à l’AICESIS avec les organisations internationales et autres partenaires concernés par les OMD; et à créer un centre d’excellence mondial en partenariat avec les conseils économiques et sociaux, l’AICESIS, les Nations Unies, l’Institut des études politiques de Paris, l’ENA à Alger, l’IPEA à Brasilia et Beijing, les autorités locales, les médias, le secteur privé, la société civile.  Ce centre d’excellence pourrait avoir une nouvelle démarche pédagogique afin de promouvoir des techniques de formation de jeunes mais aussi de dirigeants en fonction des OMD. 

La Présidente de l’Institut pour le développement des arts et des loisirs (IDEAL) de Colombie britannique (Canada), Mme Natacha Kolesar, a alors détaillé les actions de son organisation ayant pour but de développer l’enseignement en suivant les OMD.

Renforcement de la section des ONG du Secrétariat

Emboîtant le pas au délégué de l’Allemagne, le délégué des États-Unis a souhaité connaître le système de la Section des ONG et le rôle de son personnel.  Il a également demandé de préciser qui recevait les nouvelles demandes et qui s’occupait des rapports quadriennaux des ONG.  Il a estimé qu’il était nécessaire d’établir plus précisément les tâches et le fonctionnement du Secrétariat.  Le représentant russe a déploré la tendance « dangereuse » à réduire constamment la durée des sessions du Comité car le Comité doit étudier des centaines de demandes d’ONG.  Il a également estimé que le travail d’inventaire de la Section était indispensable.  Le délégué de la Colombie a, de son côté, réclamé un meilleur accès aux rapports quadriennaux des ONG avant de pouvoir en débattre devant le Comité.  Il a estimé que plusieurs améliorations pouvaient être apportées en termes de communication au sein du Comité mais aussi de la Section.  Le délégué cubain a estimé que le travail de la Section était très vaste et complexe et que si des difficultés apparaissaient, c’était en raison du manque de fonctionnaires dans la Section.  La déléguée du Cameroun a estimé que la durée des sessions du Comité devait être prolongée.  En réponse au délégué de l’Allemagne, elle a rappelé que de nombreuses ONG dans les pays de développement ne disposaient pas d’ordinateur et n’avaient pas accès à Internet.  En réponse aux nombreuses questions des délégations, la Chef de la Section des ONG, Mme Hanifa Mezoui a rappelé le nombre très élevé d’ONG accréditées auprès des Nations Unies ou candidates.  « Même si vous doublez les effectifs de la Section, il sera difficile de répondre à toutes les demandes présentées par ces ONG » a-t-elle affirmé. 

Le Comité reprendra ses débats, demain mercredi 17 mai, à 10 heures. 

_________

* Le statut consultatif spécial concerne des ONG reconnues au niveau international pour leurs compétences spécifiques dans certains domaines d’activité du Conseil.  Ces ONG peuvent soumettre des communications écrites et des pétitions auprès de l’ECOSOC. 

** La Liste concerne les ONG qui contribuent périodiquement aux travaux de l’ECOSOC et ne peuvent lui soumettre que des communications écrites. 

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.