LE CONSEIL DEMANDE AU GOUVERNEMENT SOUDANAIS DE LUI FOURNIR DES EXPLICATONS SUR SA DÉCISION DE REFUSER AU COORDONNATEUR DES SECOURS D’URGENCE L’ENTRÉE AU SOUDAN

11 avril 2006
CS/8688

LE CONSEIL DEMANDE AU GOUVERNEMENT SOUDANAIS DE LUI FOURNIR DES EXPLICATONS SUR SA DÉCISION DE REFUSER AU COORDONNATEUR DES SECOURS D’URGENCE L’ENTRÉE AU SOUDAN

11 avril 2006
Conseil de sécurité
CS/8688
Department of Public Information • News and Media Division • New York

Conseil de sécurité

5409e séance - matin


LE CONSEIL DEMANDE AU GOUVERNEMENT SOUDANAIS DE LUI FOURNIR DES EXPLICATONS SUR SA DÉCISION DE REFUSER AU COORDONNATEUR DES SECOURS D’URGENCE L’ENTRÉE AU SOUDAN


Il fait sienne la décision du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine de fixer au 30 avril 2006 la date limite pour parvenir à un accord


À l’issue de consultations officieuses sur la situation au Darfour, le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’avril, M. Wang Guangya, de la Chine, a fait aujourd’hui au nom des membres du Conseil, la déclaration suivante:


Le Conseil de sécurité salue vivement les efforts faits par l’Union africaine pour parvenir à une paix durable au Darfour, efforts qu’il appuie sans réserve. Il rappelle, dans les termes les plus énergiques, la nécessité pour toutes les parties au Darfour de mettre fin à la violence et aux atrocités; redit la préoccupation que lui inspire le fait que la poursuite de la violence au Darfour risquerait d’être ressentie dans le reste du pays ainsi que dans la région, y compris de nuire à la sécurité du Tchad; et exprime la très vive préoccupation que lui inspirent les conséquences funestes de la prolongation du conflit pour la sécurité de la population civile.


Le Conseil déplore la décision prise par le Gouvernement d’unité nationale de ne pas proroger le contrat du Conseil norvégien des réfugiés et se préoccupe vivement des conséquences humanitaires de cette décision. Il déplore également la décision prise par le Gouvernement d’unité nationale de refuser au Coordonnateur des secours d’urgence des Nations Unies l’entrée au Soudan, et attend avec intérêt l’exposé que le Coordonnateur doit lui faire après avoir été en mesure de se rendre au Soudan dès que possible. Le Conseil demande par ailleurs au Gouvernement d’unité nationale de lui fournir immédiatement des explications sur sa décision.


Le Conseil réitère son plein appui aux pourparlers de paix intersoudanais sur le conflit au Darfour à Abuja, notant qu’un règlement politique auquel tous seraient associés est essentiel pour la paix au Soudan, que les pourparlers constituent un mécanisme pour parvenir à un tel règlement et que l’Union africaine devrait continuer à jouer un rôle de chef de file. Il se félicite de ce que le Président de l’Union africaine et le Président du Nigéria viendront prochainement à point nommé prendre part aux pourparlers durant leur séjour à Abuja le 8 avril; fait sienne la décision du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine de fixer au 30 avril 2006 la date limite pour parvenir à un accord; exige de toutes les parties qu’elles consentent les efforts nécessaires pour parvenir à un accord d’ici à cette date; et réaffirme qu’il est résolu à amener à répondre de leurs actes ceux qui font obstacle au processus de paix et commettent des violations des droits de l’homme, notant l’opinion de l’Union africaine selon laquelle le Conseil a un rôle critique à jouer à cet égard.


Le Conseil loue l’Union africaine pour ce que la Mission de l’Union africaine au Soudan (MUAS) a accompli au Darfour dans des circonstances exceptionnellement difficiles, et les efforts faits par les États Membres et les organisations qui ont fourni une assistance à la MUAS. Il accueille de nouveau avec satisfaction, comme il l’a fait dans sa résolution 1663 du 24 mars 2006, la décision prise par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et le Conseil de sécurité le 10 mars d’appuyer en principe le passage de la Mission de l’Union africaine au Soudan (MUAS) à une opération des Nations Unies, et de proroger jusqu’au 30 septembre le mandat de la MINUS; engage en conséquence toutes les parties à prendre toutes les mesures qui s’imposent pour assurer une transition sans heurt et réussie vers une opération des Nations Unies d’ici à cette date; prie instamment les États Membres et les organisations internationales et régionales de fournir une assistance supplémentaire à la MINUS qui permette de la renforcer, conformément aux conclusions du rapport de la mission d’évaluation conjointe effectuée du 10 au 20 décembre 2005; et lance un appel pour la convocation d’une conférence pour les annonces de contributions.


Le Conseil réaffirme son attachement à la souveraineté, à l’unité, à l’indépendance et à l’intégrité territoriale du Soudan, qui ne seront pas remises en cause par la transition à une opération des Nations Unies.


Le Conseil souligne que le Secrétaire général devrait se concerter avec l’Union africaine, en consultation étroite et permanente avec le Conseil de sécurité et en coopération et consultation étroite avec les parties aux pourparlers de paix d’Abuja, dont le Gouvernement d’unité nationale, concernant toutes les décisions relatives à la transition et qu’une opération des Nations Unies se caractérisera par une participation et un caractère africains marqués; rappelle la demande qu’il a formulée dans la résolution 1663 du 24 mars 2006 tendant à ce que le Secrétaire général procède rapidement à la planification préparatoire nécessaire pour un passage de la MUAS à une opération des Nations Unies; demande à ce propos qu’une mission d’évaluation conjointe se rende au Darfour d’ici au 30 avril 2006; et engage la communauté internationale et les organisations régionales et les États Membres à fournir toute l’assistance supplémentaire possible à une opération des Nations Unies.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.