LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DEMANDE LA CESSATION IMMÉDIATE DES VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME ET DES HOSTILITÉS ENTRE LE FNL ET L’ARMÉE BURUNDAISE

23 mars 2006
CS/8670

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DEMANDE LA CESSATION IMMÉDIATE DES VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME ET DES HOSTILITÉS ENTRE LE FNL ET L’ARMÉE BURUNDAISE

23/03/2006
Conseil de sécurité
CS/8670
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

5394e séance – après-midi


LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DEMANDE LA CESSATION IMMÉDIATE DES VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME ET DES HOSTILITÉS ENTRE LE FNL ET L’ARMÉE BURUNDAISE


Il encourage les parties burundaises à poursuivre dans la voie des réformes agréées à Arusha


À l’issue de consultations officieuses sur la situation au Burundi, le Président du Conseil de sécurité pour le mois de mars, M. César Mayoral (Argentine), a fait cet après-midi, au nom des membres du Conseil, la déclaration suivante:


Le Conseil de sécurité a pris note du sixième rapport du Secrétaire général sur l’Opération des Nations Unies au Burundi (ONUB), et approuve ses recommandations.


Le Conseil de sécurité est profondément préoccupé par la poursuite des violences auxquelles se livrent les Forces nationales de libération (FNL) et des combats entre celles-ci et l’armée burundaise, par les violations des droits de l’homme commises par les deux parties, ainsi que par les facteurs d’instabilité qui subsistent dans la région.  Il demande la cessation immédiate des hostilités et des violations des droits de l’homme.  Il salue l’engagement pris par le Président Nkurunziza de traduire en justice les responsables de ces violations, et encourage les autorités burundaises à œuvrer à cette fin en étroite liaison avec les observateurs des droits de l’homme des Nations Unies.


Le Conseil de sécurité prend note avec satisfaction des déclarations que le chef des FNL, M. Agathon Rwasa, a faites à Dar es-Salaam dernièrement, manifestant sa disponibilité à négocier en vue de mettre un terme définitif aux violences.  Le Conseil exhorte les deux parties à saisir l’occasion de ces négociations en vue de ramener la paix dans tout le pays.


Le Conseil de sécurité prie dans ce contexte le Secrétaire général de le tenir régulièrement informé de l’évolution de la situation, et, en consultation avec le Gouvernement burundais, du plan de désengagement de l’ONUB.


Le Conseil de sécurité se réjouit des progrès accomplis par le Gouvernement burundais depuis l’achèvement de la transition, et notamment ses efforts tendant à réduire la pauvreté.


Le Conseil de sécurité encourage les parties burundaises à poursuivre dans la voie des réformes agréées à Arusha, en maintenant l’esprit de dialogue, la recherche du consensus et l’approche sans exclusive qui ont rendu possible le succès de la transition dans leur pays.


Le Conseil de sécurité invite les États de l’Initiative régionale à continuer de travailler avec les autorités burundaises à la consolidation de la paix dans leur pays et dans la région.  Il encourage la communauté internationale, y compris les organismes concernés des Nations Unies, à continuer de soutenir les autorités burundaises sur le long terme.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.