DIX-NEUF ANS APRÈS LA CATASTROPHE DE TCHERNOBYL, LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL EXHORTE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE À AIDER LES POPULATIONS TRAUMATISÉES

SG/SM/9839
26 avril 2005

DIX-NEUF ANS APRÈS LA CATASTROPHE DE TCHERNOBYL, LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL EXHORTE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE À AIDER LES POPULATIONS TRAUMATISÉES

26/04/2005
Communiqué de presse
SG/SM/9839


DIX-NEUF ANS APRÈS LA CATASTROPHE DE TCHERNOBYL, LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL EXHORTE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE À AIDER LES POPULATIONS TRAUMATISÉES


La déclaration suivante a été communiquée aujourd’hui par le porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies, M. Kofi Annan:


Cette journée marque le 19e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, l’accident d’une centrale nucléaire le plus terrible de l’histoire.  Près de vingt ans après, les trois pays les plus touchés, le Bélarus, la Fédération de Russie et l’Ukraine continuent de lutter contre les difficultés sociales, économiques, humanitaires et environnementales résultant de cette catastrophe.


Le défi que représente Tchernobyl a évolué au fil des ans.  En plus de la menace causée par la radiation, d’importants risques de pauvreté, de chômage et une infrastructure inadéquate dans les régions contaminées sont apparus.


En réponse, les efforts de redressement soutenus par les Nations Unies sont passés d’une aide humanitaire d’urgence à une aide au développement à long terme.  Cette nouvelle approche vise à donner plus de pouvoirs aux communautés et à les encourager à la mise en place de nouveaux moyens d’existence durable.  Les premiers efforts sont encourageants, mais ils doivent être considérablement étendus afin de répondre aux besoins des populations touchées.  Le Secrétaire général exhorte la communauté internationale à fournir l’aide financière nécessaire aux programmes destinés à assister les communautés traumatisées par la catastrophe de Tchernobyl à retrouver leur autosuffisance et aider les familles à mener une vie normale et saine dans les zones touchées. 


Au cours de cette année, les Gouvernements du Bélarus, de la Fédération de Russie et d’Ukraine, mais aussi les institutions des Nations Unies, la communauté internationale pour le développement et la communauté scientifique, ainsi que les organismes de charité, vont se pencher sur l’impact de la catastrophe de Tchernobyl et redéfinir des stratégies pour s’attaquer aux effets à long terme.  Le Forum de Tchernobyl, organisé par les Nations Unies en collaboration avec les trois gouvernements, présentera ses conclusions sur l’impact de la catastrophe sur l’environnement et la santé en septembre 2005.  Le Bélarus, tout comme l’Ukraine, va organiser une conférence internationale à l’occasion du 20e anniversaire de l’accident.  Le Secrétaire général se félicite de ces efforts et attend avec impatience leurs résultats.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.