LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL APPELLE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE À S’ENGAGER À BÂTIR UN AVENIR PLUS PROSPÈRE POUR LE SUD

16 décembre 2005
SG/SM/10269-DEV/2558-OBV/536

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL APPELLE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE À S’ENGAGER À BÂTIR UN AVENIR PLUS PROSPÈRE POUR LE SUD

16/12/2005
Secrétaire général
SG/SM/10269 DEV/2558 OBV/536
Department of Public Information • News and Media Division • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL APPELLE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE À S’ENGAGER

À BÂTIR UN AVENIR PLUS PROSPÈRE POUR LE SUD

Ci-après le texte du message du Secrétaire général, M. Kofi Annan, à l’occasion de la Journée des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud, le 19 décembre 2005:

Cette année, la Journée des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud a pour thème « Célébrer l’hémisphère sud: diversité et créativité » afin de mettre en relief la variété et la richesse des talents qui se trouvent dans les pays en développement.

En cette époque de mondialisation, les pays doivent créer de nouveaux partenariats pour surmonter les problèmes à venir. Les pays en développement ont d’ores et déjà commencé à rassembler leurs ressources humaines et matérielles et à travailler ensemble pour édifier un monde plus juste, plus équitable et plus démocratique.  Pour que ces efforts aboutissent, ces pays doivent utiliser toutes les ressources dont ils disposent et, en particulier, faire participer leurs citoyens vivant à l’étranger au processus de développement.  Les membres de cette diaspora, dont un grand nombre a étudié, travaillé et prospéré au Nord, devraient être encouragés à mettre leurs connaissances et leurs compétences à la disposition de leur pays d’origine.

La pauvreté du Sud est due en grande partie à une sous-utilisation et à une mauvaise répartition des ressources, et non pas à un manque de créativité ou de possibilités.  S’ils partagent leurs idées, leurs connaissances et leurs compétences, les pays en développement pourront remédier à ces faiblesses, tout en tirant parti de leurs points forts.  Ils pourront promouvoir la croissance économique, stimuler la création d’emplois et avancer vers la réalisation de leurs objectifs communs de développement.

Vingt-sept ans après que les participants à la Conférence de Buenos Aires sur la coopération technique entre pays en développement eurent affirmé la nécessité de la coopération Sud-Sud, les possibilités de partenariats dans ce domaine ne sont toujours pas pleinement exploitées.  Toutefois, certains faits nouveaux nous poussent à un plus grand optimisme.

Lors du Sommet mondial tenu cette année au Siège de l’Organisation des Nations Unies, les dirigeants politiques du monde entier ont vigoureusement affirmé leur appui à la coopération Sud-Sud.  De leur côté, les pays en développement ont lancé le Fonds du Sud pour le développement et l’assistance humanitaire et créé le Nouveau Partenariat stratégique Asie-Afrique.  En Afrique, le Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique continue d’œuvrer pour la bonne gouvernance et le développement économique. La croissance de l’aide et des investissements entre pays de l’hémisphère Sud est une tendance particulièrement encourageante.

Ces éléments nouveaux témoignent du consensus de plus en plus large qui se dégage en faveur de mesures concertées.  En cette Journée des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud, engageons-nous à nouveau à bâtir un avenir plus prospère pour le Sud et pour l’humanité tout entière.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.