LES ENGAGEMENTS DU SOMMET DE SEPTEMBRE SONT UNE AVANCÉE DANS LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ, EN PARTICULIER POUR LES PLUS PAUVRES, ESTIME KOFI ANNAN

14 octobre 2005
SG/SM/10163-OBV/515

LES ENGAGEMENTS DU SOMMET DE SEPTEMBRE SONT UNE AVANCÉE DANS LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ, EN PARTICULIER POUR LES PLUS PAUVRES, ESTIME KOFI ANNAN

14/10/2005
Secrétaire général
SG/SM/10163
OBV/515
Department of Public Information • News and Media Division • New York

LES ENGAGEMENTS DU SOMMET DE SEPTEMBRE SONT UNE AVANCÉE DANS LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ, EN PARTICULIER POUR LES PLUS PAUVRES, ESTIME KOFI ANNAN


On trouvera ci-après le texte du Secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan, à l’occasion de la Journée internationale de l’élimination de la pauvreté, célébrée le 17 octobre:


La pauvreté a des effets dévastateurs sur les familles, les communautés et les pays.  Elle engendre instabilité et troubles politiques et alimente les conflits.  Aujourd’hui, quelque 800 millions de personnes souffrent de la faim et de malnutrition chronique.  Chaque jour, 30 000 enfants meurent de causes associées directement à la pauvreté.


Ces chiffres confèrent un caractère impérieux au thème de la Journée internationale de l’élimination de la pauvreté de cette année, à savoir « Réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement: donner les moyens aux plus pauvres parmi les pauvres ».  Ce thème met en relief le fait que l’on ne peut réduire la pauvreté sans des actions en faveur des plus pauvres parmi les pauvres, notamment des personnes souvent exclues du processus de développement.  C’est seulement en établissant des partenariats avec ces personnes et en prenant des mesures pour remédier aux inégalités qu’on pourra éliminer la pauvreté sous tous ses aspects.


Adoptés par 189 chefs d’État et de gouvernement en 2000, la Déclaration du Millénaire et les objectifs du Millénaire pour le développement représentent un partenariat entre pays riches et pays pauvres en vue de lutter contre la pauvreté extrême et d’améliorer de manière tangible et mesurable les conditions de vie de millions d’hommes, de femmes et d’enfants du monde entier.  Ces objectifs constitue un cadre central pour promouvoir le développement humain, qu’il s’agisse de veiller à ce que tous les enfants bénéficient de l’enseignement primaire, de réduire la mortalité infantile et maternelle et de lutter contre la propagation du VIH/sida et d’autres grandes maladies, ou qu’il s’agisse de l’objectif prioritaire consistant à réduire de moitié le nombre de personnes souffrant de la pauvreté extrême et de la faim d’ici à 2015.


En septembre 2005, les dirigeants du monde entier se sont de nouveau réunis pour apporter un soutien unanime aux objectifs du Millénaire pour le développement ainsi qu’au programme de développement de l’ONU convenu lors des conférences et sommets organisés sous l’égide des Nations Unies.  Les dirigeants sont convenus d’adopter, d’ici à 2006, des stratégies globales de développement national pour mettre en œuvre le programme de développement.  Les pays développés ont décidé d’appuyer les efforts entrepris par les pays en développement en augmentant leur aide au développement, en appuyant les accords sur l’allégement de la dette de certains des pays les plus pauvres du monde et en adoptant des mesures propres à permettre au commerce de jouer le rôle qui lui revient dans la promotion de la croissance économique, de l’emploi et du développement au bénéfice de tous.


Ces engagements représentent une avancée dans la lutte contre la pauvreté, des promesses que nous devons ensemble traduire en mesures concrètes, en particulier pour les populations les plus pauvres du monde.  En cette Journée internationale de l’élimination de la pauvreté, engageons-nous résolument à maintenir l’élan ainsi donné.  Œuvrons de concert, riches et pauvres, pour offrir à tous les êtres humains de meilleures possibilités d’améliorer leurs conditions de vie.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.