L’ONU DOIT ÊTRE LE REFLET DE SON TEMPS ET S’ADAPTER AUX PROBLÈMES QU’IL PRÉSENTE, DIT KOFI ANNAN

21 octobre 2005
SG/SM/10132-OBV/510

L’ONU DOIT ÊTRE LE REFLET DE SON TEMPS ET S’ADAPTER AUX PROBLÈMES QU’IL PRÉSENTE, DIT KOFI ANNAN

21/10/05
Secrétaire général
SG/SM/10132 OBV/510
Department of Public Information • News and Media Division • New York

L’ONU DOIT ÊTRE LE REFLET DE SON TEMPS ET S’ADAPTER AUX PROBLÈMES QU’IL PRÉSENTE, DIT KOFI ANNAN

On trouvera ci-après la déclaration faite par le Secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan, à l’occasion de la Journée des Nations Unies, le 24 octobre:

En ce jour du soixantième anniversaire de l’Organisation des Nations Unies, il est clair que notre monde est bien différent de celui qu’habitaient ses fondateurs.

L’ONU doit être le reflet de son temps et s’adapter aux problèmes qu’il présente, en particulier le fait que des centaines de millions de personnes sont complètement démunies face à la faim, aux maladies et à la dégradation de l’environnement alors que le monde a les moyens de leur venir en aide.

Le mois dernier, les dirigeants politiques du monde entier se sont réunis au Siège de l’ONU, à New York, pour essayer de se mettre d’accord sur une action commune qui permettrait de régler ces problèmes.

Les dirigeants des pays riches autant que des pays pauvres se sont engagés à adopter des politiques qui, si elles sont intégralement appliquées, pourraient faire reculer la faim et la pauvreté de moitié au cours des 10 prochaines années.

Ils ont décidé de créer de nouveaux organes de l’ONU en vue de promouvoir le respect des droits de l’homme et de consolider la paix dans les pays que des conflits ont déchirés.

Ils se sont engagés à combattre le terrorisme sous toutes ses formes et à intervenir collectivement, en cas de besoin, pour sauver les populations menacées de génocide ou d’autres crimes odieux.

Ils ont aussi décidé de réformer en profondeur le Secrétariat de l’ONU.

Mais en ce qui concerne les changements climatiques et la réforme du Conseil de sécurité, ils n’ont fait que des déclarations sans vigueur.  Et en ce qui concerne la prolifération et le désarmement nucléaires, ils n’ont absolument pas pu se mettre d’accord.

Ils nous ont donc laissé beaucoup de travail.  En ce soixantième anniversaire de notre indispensable institution, je vous promets de faire ma part.  Et je sais que vous ferez la vôtre, en véritables citoyens du monde.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.