DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR HAÏTI

9 mars 2005
SC/8331

DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR HAÏTI

09/03/2005
Communiqué de presseSC/8331

DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR HAÏTI

Vous trouverez ci-après la déclaration à la presse sur Haïti faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité, Ronaldo Mota Sardenberg (Brésil):

Les membres du Conseil de sécurité ont entendu l’exposé du Sous-Secrétaire général Hédi Annabi sur les principaux faits nouveaux intervenus en Haïti depuis le 18 novembre 2004.  M. Annabi a souligné que, depuis la flambée de violence de l’an dernier, beaucoup avait été fait en Haïti grâce au peuple haïtien et au soutien que lui avait apporté la communauté internationale.  Le fait que la MINUSTAH ait presque atteint son effectif maximal autorisé a beaucoup contribué à lui donner les moyens de faire face aux menaces à la sécurité et partant d’améliorer la situation sur ce plan dans le pays, notamment par le biais d’opérations communes avec la police nationale haïtienne.  La situation sécuritaire n’en reste pas moins instable et il demeure impératif que la MINUSTAH soutienne le Gouvernement de transition pour créer des conditions sûres et stables de façon à ce que le processus constitutionnel et politique puisse se dérouler en Haïti. 

Les membres du Conseil ont souligné que la réconciliation nationale, la sécurité et le développement économique sont essentiels pour la stabilité d’Haïti.  Ils ont insisté sur le fait que le succès des élections dépend de la capacité du Gouvernement de transition de faire des progrès dans ces domaines, avec l’appui de la MINUSTAH, au cours cette phase cruciale de la transition politique.

Les membres du Conseil ont encouragé tous les acteurs politiques haïtiens à poursuivre leurs efforts par le biais d’un dialogue national ouvert à tous et à s’abstenir de recourir à la violence pour atteindre leurs objectifs et ont appelé tous les partis politiques et les électeurs haïtiens à participer au processus électoral.

Les membres du Conseil se sont félicités de la mise en liberté provisoire de plusieurs dirigeants du Fanmi Lavalas et ont demandé au Gouvernement de transition de clore au plus vite toutes les affaires en suspens et de garantir un procès équitable à tous les citoyens.  Ils ont appris que l’ancien Premier Ministre Yvon Neptune était toujours détenu sans avoir été inculpé et observait une grève de la faim.  Ils se sont inquiétés de la situation des droits de l’homme, notamment des accusations de violation des droits de l’homme portées contre des membres de la police nationale haïtienne, sur lesquelles aucune enquête sérieuse n’avait été menée par les autorités.  Le Conseil de sécurité a souligné qu’il importait que le Gouvernement de transition continue, avec l’aide de la MINUSTAH, à faire des progrès dans ces domaines.

Les membres du Conseil de sécurité ont par ailleurs instamment prié le Gouvernement de transition de créer sans plus tarder la Commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion, et exhorté tous les groupes et personnes armés, y compris les anciens membres des forces armées, à participer pleinement à un programme de désarmement, démobilisation et réinsertion complet et intégré.  Les membres du Conseil se sont félicités du lancement par le Gouvernement de transition d’un programme d’indemnisation des anciens membres des forces armées mais ont fait observer que toute indemnisation devrait faire partie d’une solution globale et durable.

Les membres du Conseil se sont félicités des accords relatifs à la simplification des procédures de versement mais ont réitéré leur appel en vue d’un versement rapide de ces fonds.  Ils ont aussi instamment prié le Gouvernement de transition de concevoir des projets concrets pour utiliser au mieux l’aide fournie.

Les membres du Conseil de sécurité examineront la prochaine mission du Conseil en Haïti, qui pourrait être menée en même temps qu’une mission du Groupe consultatif ad hoc du Conseil économique et social sur Haïti prévue à la mi-avril, sur la base du mandat qui doit leur être soumis pour examen en temps voulu.

Le Conseil de sécurité exprime son appui sans réserve au Représentant spécial du Secrétaire général en Haïti, Juan Gabriel Valdés, et rend hommage à la MINUSTAH et à l’ensemble de son personnel pour leur action.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.