DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT LA SITUATION AU SOUDAN

8 février 2005
SC/8307-AFR/1107

DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT LA SITUATION AU SOUDAN

08/02/2005
Communiqué de presse
SC/8307
AFR/1107


DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT LA SITUATION AU SOUDAN


Vous trouverez ci-après la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité, Joël W. Adechi (Bénin), sur le Soudan:


Le Conseil de sécurité examine actuellement la situation au Soudan afin de régler certaines questions en suspens telles que la création d’une opération de maintien de la paix des Nations Unies chargée d’appliquer l’Accord de Naivasha, l’établissement des relations avec la Mission de l’Union africaine au Darfour, le respect intégral des obligations des parties au conflit au Darfour et la suite à donner au rapport de la Commission d’enquête internationale sur les graves violations du droit international humanitaire commises au Darfour.


C’est dans ce contexte que, sur la proposition du Secrétaire général, le Conseil a invité le Vice-Président Taha de la République du Soudan et M. John Garang, chef du Mouvement/Armée populaire de libération du Soudan, à venir à New York pour participer à une discussion approfondie.


Le Conseil a saisi cette occasion pour rappeler aux parties qu’il était disposé à créer, au titre du Chapitre VI, une opération de maintien de la paix à part entière pour appuyer l’application de l’Accord de paix global entre le nord et le sud du 9 janvier.  Le Conseil est déterminé à prendre les mesures nécessaires pour encourager et aider la communauté internationale à jouer le rôle qui lui revient en soutenant et consolidant le processus de paix.  Nous avons également souligné la nécessité d’une prise en main nationale de l’application de l’Accord de paix.


Le Conseil compte que la Conférence des donateurs qui doit se tenir à Oslo aidera à mobiliser des ressources pour la reconstruction et l’aide au développement, afin que la population soudanaise tout entière puisse bénéficier des dividendes de la paix et afin de favoriser la réconciliation nationale.


Le Conseil reste profondément préoccupé par la situation tragique qui règne au Darfour.  Il demande aux parties de ne ménager aucun effort pour mettre un terme au conflit aussi rapidement que possible par un règlement politique viable, notamment en adoptant rapidement une déclaration de principes dans le cadre des pourparlers d’Abuja.


Le Conseil a exprimé son inquiétude et sa désapprobation devant la persistance des violations du cessez-le-feu et des actes de violence au Darfour, en particulier ceux qui ont été signalés ces dernières semaines.  Il insiste sur les engagements pris par les parties dans le cadre de l’Accord de cessez-le-feu de N’Djamena du 8 avril et des Protocoles d’Abuja du 9 novembre, et les engage à les respecter scrupuleusement.


Le Conseil a également déploré la poursuite des attaques contre les civils, le fait de prendre les travailleurs humanitaires pour cible et les attaques lancées contre des observateurs de l’Union africaine.  Le Conseil exhorte les autorités soudanaises, à tous les niveaux, ainsi que tous les rebelles à respecter pleinement les exigences qu’il a énoncées dans ses résolutions 1556, 1564 et 1574.


Les membres du Conseil ont condamné les crimes graves commis au Darfour en violation du droit international et décrits dans le rapport de la Commission d’enquête internationale.  Ils se sont déclarés résolus à s’attaquer à l’impunité et à traduire en justice les auteurs de ces crimes.


Par ailleurs, le Conseil recherche, dans le cadre d’une vaste opération de maintien de la paix à l’appui d’un processus de paix, le moyen d’augmenter le nombre d’observateurs des droits de l’homme au Darfour, en étroite collaboration avec la Mission de l’Union africaine.


Le Conseil appuie sans réserve le rôle constructif et fondamental que l’Union africaine joue au Darfour en assurant son rôle de protection militaire et d’observation sur le terrain.  La mission des Nations Unies qui est à l’étude devrait renforcer ce rôle important que l’Union africaine joue au Darfour.  En outre, le Conseil encourage les donateurs internationaux à appuyer davantage, selon qu’il convient, les efforts de l’Union africaine.


Le Conseil demande à toutes les parties de coopérer pleinement avec la Mission de l’Union africaine, de lui permettre de se déplacer librement et d’assurer sa sécurité dans toutes les régions du Darfour.


En l’absence de progrès sur le terrain et sur le plan politique, la situation au Darfour ne pourra que se détériorer davantage et constituer un grave danger pour l’avenir du pays tout entier.  Le Conseil encourage le Vice-Président Taha et M. Garang à user de leur influence au Darfour pour faire en sorte que les pourparlers d’Abuja progressent rapidement.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.