LE CONSEIL DE SÉCURITÉ APPELLE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE À POURSUIVRE SON SOUTIEN À LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

22 Juillet 2005
CS/8457

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ APPELLE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE À POURSUIVRE SON SOUTIEN À LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

22/07/2005
Communiqué de presseCS/8457

Conseil de sécurité

5232e séance – après-midi

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ APPELLE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE À POURSUIVRE SON SOUTIEN À LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Il invite en outre le Gouvernement centrafricain et l’ensemble des forces politiques et sociales du pays à assurer la réconciliation nationale

Le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juillet, l’Ambassadeur de la Grèce, Adamantios Vassilakis, a fait, au nom des 15 membres, la déclaration suivante:

Le Conseil de sécurité a entendu un exposé du Représentant du Secrétaire général, le général Lamine Cissé, sur la situation en République centrafricaine et les activités du Bureau des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BONUCA).  Il a réitéré son plein soutien à l’action du Représentant du Secrétaire général. 

Le Conseil de Sécurité se félicite vivement du bon déroulement des élections présidentielles et législatives et salue l’entrée en fonctions des institutions nouvellement élues dont la stabilité est nécessaire pour garantir une paix durable en République centrafricaine.

Le Conseil de sécurité reconnaît les efforts accomplis par les Forces de défense et de sécurité centrafricaines pour garantir de bonnes conditions sécuritaires pendant le processus électoral, et rend hommage à la Force multinationale de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale -la FOMUC-, la France, l’Union européenne, la Chine et l’Allemagne pour l’appui décisif qu’elles leur ont apporté.

Le Conseil de sécurité apprécie le rôle essentiel joué à ce jour par la FOMUC dans ce processus, et exprime son appui aux efforts que la FOMUC continue de fournir pour appuyer la consolidation de l’ordre constitutionnel ainsi rétabli et la refondation de l’État de droit.  À cet égard, il se félicite de la décision des Etats de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale de prolonger le mandat de la FOMUC.

Le Conseil de sécurité invite le Gouvernement centrafricain comme l’ensemble des forces politiques et sociales à consolider le dialogue national et à assurer la réconciliation nationale en vue d’un développement durable de leur pays.

Le Conseil de sécurité appelle les bailleurs de fonds internationaux et les institutions financières internationales à poursuivre avec générosité leur appui à la République centrafricaine.  Il souligne que leur soutien sera indispensable au redressement économique et social du pays et les encourage à définir en consultation étroite avec le système des Nations Unies et le Gouvernement de la République centrafricaine une stratégie de développement concertée.

Le Conseil de sécurité demande au Secrétaire général d’explorer, en étroite concertation avec les autorités centrafricaines et les partenaires au développement de la République centrafricaine, la possibilité de mettre en place un comité de suivi ou d’élargir le Comité des Partenaires Extérieurs de Suivi du Processus Electoral (COPESPE) en vue d’appuyer les efforts de reconstruction engagés par les Centrafricains.  Il invite le Secrétaire général à lui rendre compte de ses concertations par le biais de son Représentant en République centrafricaine au plus tard le 31 octobre 2005.

Le Conseil de sécurité exprime son inquiétude au regard de l’insécurité qui règne au nord et à l’ouest du pays, lié à la présence de groupes armés dans cesrégions, et invite les États concernés à se concerter avec les organisations sous-régionales, régionales et le BONUCA, sur les actions à entreprendre pour répondre collectivement à la menace que ces groupes armés font peser sur la stabilité de la République centrafricaine et certains pays de la sous-région. 

Le Conseil de sécurité se déclare également gravement préoccupé par la détérioration continue de la situation humanitaire en République centrafricaine, en particulier au nord du pays.  Il appelle la communauté internationale à contribuer généreusement aux besoins humanitaires de la République centrafricaine.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.