LE CONSEIL APPELLE LA RDC ET LE RWANDA À METTRE À PROFIT LA DÉCLARATION DES FDLR DU 31 MARS POUR CONTRIBUER À LA STABILITÉ DANS LA RÉGION DES GRANDS LACS

12 avril 2005
CS/8358

LE CONSEIL APPELLE LA RDC ET LE RWANDA À METTRE À PROFIT LA DÉCLARATION DES FDLR DU 31 MARS POUR CONTRIBUER À LA STABILITÉ DANS LA RÉGION DES GRANDS LACS

12/04/2005
Communiqué de presseCS/8358

Conseil de sécurité

5162e séance - après-midi

LE CONSEIL APPELLE LA RDC ET LE RWANDA À METTRE À PROFIT LA DÉCLARATION DES FDLR DU 31 MARS POUR CONTRIBUER À LA STABILITÉ DANS LA RÉGION DES GRANDS LACS

Se réjouissant que le Gouvernement rwandais soit attaché à accueillir les

anciens combattants, il l’engage à garantir la réinsertion des membres des FDLR

À l’issue de consultations sur la situation en République démocratique du Congo (RDC), le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’avril, M. Wang Guangya de la Chine, a fait, au nom des membres du Conseil, la déclaration suivante:

Le Conseil de sécurité salue la déclaration qu’ont adoptée les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) à Rome, le 31 mars 2005, dans laquelle elles condamnent le génocide de 1994 et s’engagent à cesser la lutte armée et toute opération offensive contre le Rwanda.  Il considère que cette déclaration encourageante marque une occasion significative d’avancer dans la voie du retour de la paix en République démocratique du Congo, de la réconciliation nationale au Rwanda, et d’une normalisation complète des relations entre les deux pays.  Il salue le rôle de médiation indépendante joué par la communauté Sant’Egidio.

Le Conseil de sécurité demande aux FDLR de traduire en actes leurs déclarations positives et de faire la preuve de leur attachement à la paix en remettant immédiatement toutes leurs armes à la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) et en prenant part au plus tôt au programme mis en place pour leur retour volontaire et pacifique au Rwanda ou leur réinstallation, ainsi qu’en aidant le Tribunal pénal international d’Arusha pour le Rwanda à s’acquitter de son mandat, notamment en ce qui concerne l’arrestation et le transfèrement des inculpés qui sont encore en liberté.

Le Conseil de sécurité encourage tous les autres groupes armés en République démocratique du Congo qui ne l’ont pas encore fait à renoncer de même à l’usage de la force et à prendre part sans plus tarder aux programmes de désarmement, démobilisation et réinsertion.

Le Conseil de sécurité appelle instamment les Gouvernements de la République démocratique du Congo et du Rwanda à œuvrer de concert, en étroite coopération avec la MONUC, afin de mettre à profit la chance qui s’offre à eux de contribuer à la paix et à la stabilité dans l’ensemble de la région de l’Afrique des grands lacs.

Le Conseil de sécurité se réjouit que le Gouvernement rwandais soit attaché à accueillir les anciens combattants, et engage le Gouvernement rwandais à garantir le retour et la réinsertion des membres des FDLR et de leurs familles qui seront rapatriés conformément aux normes applicables du droit international et dans le respect des droits et libertés de la personne humaine.

Le Conseil de sécurité rappelle qu’il est nécessaire de mettre en œuvre rapidement un programme efficace de réinsertion avec l’appui, en tant que de besoin, de la communauté internationale.

Pour l’examen de cette question, le Conseil était saisi d’une lettre datée du 4 avril 2005, adressée à son Président par le Représentant permanent du Rwanda auprès de l’ONU, transmettant un communiqué du Gouvernement de la République du Rwanda concernant la décision prise par les ex-Forces armées rwandaises/Interahamwe (FDRL/FOCA) de procéder à un désarmement sans condition et de retourner au Rwanda (S/2005/223).

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.