L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ADOPTE UNE SÉRIE DE RECOMMANDATIONS POUR AMÉLIORER L’EFFICACITÉ DES ACTIVITÉS DE MAINTIEN DE LA PAIX

29 mars 2005
AG/10336

L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ADOPTE UNE SÉRIE DE RECOMMANDATIONS POUR AMÉLIORER L’EFFICACITÉ DES ACTIVITÉS DE MAINTIEN DE LA PAIX

29/03/2005
Communiqué de presse
AG/10336

Assemblée générale

84e séance plénière – matin


L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ADOPTE UNE SÉRIE DE RECOMMANDATIONS POUR AMÉLIORER L’EFFICACITÉ DES ACTIVITÉS DE MAINTIEN DE LA PAIX


La Cinquième Commission étudiera au cours de cette session

le financement de la mission de paix au Soudan nouvellement créée


L’Assemblée générale a adopté, ce matin, sans vote une résolution sur l’étude d’ensemble de toute la question des opérations de maintien de la paix sous ses aspects figurant au rapport de la Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation (Quatrième Commission)1.


En adoptant cette résolution2, l’Assemblée générale, convaincue de la nécessité pour l’Organisation des Nations Unies de continuer de renforcer ses capacités dans le domaine du maintien de la paix et d’améliorer l’efficacité et l’utilité du déploiement de ses opérations de maintien de la paix, fait siennes les propositions, recommandations et conclusions formulées par le Comité spécial dans son rapport.


Le Comité spécial des opérations de maintien de la paix recommande notamment dans ce rapport3, que le Département des opérations de maintien de la paix évalue comment et dans quelle mesure la complexité de leurs mandats affecte l’efficacité opérationnelle des missions de maintien de la paix afin de soumettre ses conclusions à la session de 2006 du Comité spécial.


Pour ce qui est du renforcement des capacités des états-majors des missions de l’ONU, le Comité souligne l’importance d’un état-major homogène, bien formé et cohérent pour parvenir au niveau de commandement et de contrôle nécessaire à la bonne exécution de mandats complexes et demande instamment que l’on continue de faire largement appel aux états-majors à déploiement rapide existants durant la phase initiale des opérations de maintien de la paix, pour donner le temps à un état-major mixte de se former, de s’entraîner, de s’organiser et de se déployer afin d’être pleinement efficace.  Compte tenu du plus large déploiement de contingents de la police civile, représentés par des officiers ou incorporés dans des unités de police constituées, ainsi que des avantages d’une coordination étroite avec les unités militaires, le Comité demande instamment au Département d’étudier la possibilité de mener des opérations conjointes entre l’armée et la police chaque fois qu’une situation l’exige.


Expliquant son vote en faveur de l’adoption du rapport de la Quatrième Commission, le représentant du Venezuela a affirmé que sa délégation appuie sans réserve les opérations de maintien de la paix dont l’objectif principal se limite justement au maintien de la paix.  En revanche, si l’on décide à l’avenir de déployer des missions dont l’objectif serait de reconstruire un État dont on constate l’effondrement, son pays s’y opposerait fermement parce qu’une telle tâche ne relève pas des capacités des Nations Unies mais de la volonté des peuples concernés.  Le représentant d’ajouter: de nombreux États, non fiables, qui sont considérés aujourd’hui comme effondrés, l’ont été depuis longtemps tant ils sont les héritiers d’un ordre postcolonial qui a favorisé leur accession au pouvoir.  C’est au peuple de décider de reconstruire un État et non aux Nations Unies d’en imposer un sous prétexte d’agir contre des violations massives des droits de l’homme ou en faveur d’une action humanitaire, a-t-il insisté, en précisant que les opérations de maintien de la paix doivent être déployées conformément aux principes de la Charte, avec le consentement des parties.  Elles doivent en outre éviter toute ingérence dans les affaires intérieures des pays et respecter le droit des peuples à l’autodétermination, a-t-il conclu.


En début de séance, l’Assemblée a inscrit, conformément à la demande du Secrétaire général de l’ONU4, une question additionnelle à son ordre du jour intitulée, « Financement de la Mission des Nations Unies au Soudan », et d’en renvoyer l’examen à la Commission administrative et budgétaire (Cinquième Commission).


En début de séance également, le Président de l’Assemblée générale, Jean Ping, a exprimé la sympathie des membres de l’Assemblée générale au Gouvernement et au peuple de l’Indonésie pour la perte tragique de vies humaines et les dégâts matériels considérables causés par le récent tremblement de terre dans la région.  Il a appelé de ses vœux la solidarité et la générosité de la communauté internationale.


1 A/59/479/Add.1

2 A/C.4/59/L.19

3A/59/19

4 A/59/239


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.