DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR L’EXAMEN DES SANCTIONS CONTRE LE LIBÉRIA

11 octobre 2004
SC/8212-AFR/1045

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR L’EXAMEN DES SANCTIONS CONTRE LE LIBÉRIA

11/10/2004
Communiqué de presseSC/8212 AFR/1045

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR

L’EXAMEN DES SANCTIONS CONTRE LE LIBÉRIA

On trouvera ci-après la déclaration à la presse du Conseil de sécurité sur l’examen des sanctions contre le Libéria qui a été prononcée le 7 octobre par le Président Emyr Jones Parry (Royaume-Uni):

Le Conseil de sécurité a procédé à l’examen des mesures prises contre le Libéria, s’agissant en particulier des diamants et du bois d’œuvre, conformément à la résolution 1549 (2004). Les membres du Conseil ont écouté un exposé du Président du Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1521 (2003) sur l’examen à mi-parcours du Groupe d’experts.

Les membres du Conseil ont noté avec satisfaction qu’aucune violation des sanctions qui frappent les diamants et le bois d’œuvre n’avait été signalée au cours de la période considérée. Il se sont félicités des efforts déployés par le Gouvernement national de transition du Libéria en vue d’atteindre les objectifs définis dans la résolution 1521 (2003) pour la levée des sanctions.

Les membres du Conseil se sont félicités des progrès méritoires accomplis dans le secteur du diamant. Ils ont toutefois noté que la pénurie de financement entravait de nouvelles mesures visant à mettre en place un régime de certificats d’origine qui soit efficace, transparent et vérifiable à l’échelle internationale.

Les membres du Conseil ont noté aussi les mesures prises jusqu’à présent par le Gouvernement national de transition du Libéria dans le secteur du bois d’œuvre et ont encouragé les autorités libériennes compétentes à prendre les mesures nécessaires pour établir pleinement leur autorité et leur contrôle dans les régions productrices de bois d’œuvre et pour garantir une bonne utilisation des recettes provenant de l’industrie libérienne du bois d’œuvre – conditions mises par le Conseil de sécurité à la levée des sanctions.

Tout en reconnaissant la nécessité de lever dès que possible les sanctions qui frappent les diamants et le bois d’œuvre et prenant acte des progrès réalisés jusqu’à présent, les membres du Conseil ont conclu que les conditions mises à la levée des sanctions n’étaient pas encore pleinement réunies. Ils ont une fois de plus souligné que la poursuite des sanctions n’était pas punitive, mais ne visait qu’à consolider la paix. Ils ont exhorté le Gouvernement national de transition du Libéria à prendre les mesures nécessaires pour réaliser les objectifs définis, ne doutant pas que de nouveaux progrès auraient été accomplis lors du prochain examen d’ensemble du Conseil en décembre 2004.

Les membres du Conseil ont souligné que la fourniture en temps opportun de l’assistance voulue était essentielle pour permettre au Gouvernement national de transition du Libéria de remplir les conditions mises à la levée des sanctions qui frappent les diamants et le bois d’œuvre. Ils ont demandé de nouveau aux États, aux organisations internationales compétentes et aux autres entités qui sont en mesure de le faire d’offrir cette assistance.

Les membres du Conseil ont noté aussi avec préoccupation que seulement 50% des contributions annoncées à la Conférence pour la reconstruction qui s’était tenue à New York en février 2004 avaient été versées. Ils ont demandé à la communauté internationale de remplir ses engagements sans tarder.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.