ALLOCUTION DE L’AMBASSADEUR LAURO L. BAJA, PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ, À L’OCCASION DE LA JOURNÉE DU PERSONNEL DE L’ONU

16 juin 2004
SC/8124

ALLOCUTION DE L’AMBASSADEUR LAURO L. BAJA, PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ, À L’OCCASION DE LA JOURNÉE DU PERSONNEL DE L’ONU

16/06/2004
Communiqué de presse
SC/8124


ALLOCUTION DE L’AMBASSADEUR LAURO L. BAJA, PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ,

À L’OCCASION DE LA JOURNÉE DU PERSONNEL DE L’ONU


Vous trouverez ci-dessous l’allocution de l’Ambassadeur Lauro L. Baja (Philippines), Président du Conseil de sécurité, prononcée au nom du Conseil à l’occasion de la Journée du personnel de l’ONU, le 11 juin:


C’est un honneur pour moi de m’adresser à vous, au nom des membres du Conseil de sécurité, à l’occasion de cette cérémonie solennelle à la mémoire de vos collègues tombés depuis la Journée du personnel de l’an dernier.


Quand il sera donné lecture de leurs noms, nous aurons la consolation de savoir qu’ils ne nous ont pas quittés en vain. Leur départ nous incitera à porter plus haut le flambeau des Nations Unies et à mettre en pratique l’esprit de la Charte en maintenant la paix, en nourrissant les affamés, en donnant un toit à ceux qui n’en ont pas, en soignant les malades, en instruisant les illettrés et en aidant les pauvres, dans les régions du monde touchées par des conflits, à s’aider eux-mêmes à reconstruire leur pays et à en relancer l’économie.


Saisissons aussi l’occasion de rendre hommage aux hommes et femmes des Nations Unies et des organisations qui y sont associées, tant les civils que les Casques bleus, qui travaillent sur le terrain sans se soucier des dangers inexorables liés à leurs activités. Leurs efforts pour atteindre les objectifs des Nations Unies, conjugués à ceux de leurs collègues du Siège, font d’eux une conscience collective, une force morale de l’humanité; ils aident à concrétiser les espoirs universels placés dans l’Organisation des Nations Unies, des espoirs de paix, de justice et de prospérité.


La résolution 1502 du Conseil de sécurité, en date du 26 août 2003, a appelé l’attention sur la sécurité et la protection du personnel humanitaire, du personnel des Nations Unies et du personnel associé et suscité un intérêt accru pour la question. Elle met les gouvernements intéressés en demeure de veiller à ce que les crimes commis contre ces agents ne restent pas impunis. Elle montre aussi que le Conseil est déterminé à prendre les mesures voulues pour assurer la sécurité du personnel.


Dans son dernier rapport à l’Assemblée générale, le Secrétaire général a fait observer que près des deux tiers des États Membres de l’ONU n’ont pas encore ratifié la Convention sur la sécurité du personnel des Nations Unies et du personnel associé. Pour que son régime de protection soit plus efficace, la Convention doit devenir dès que possible un instrument universel.


J’applaudis le fait que vous honoriez chaque année, en la Journée du personnel, la mémoire de vos collègues disparus. Le Conseil de sécurité reste et restera saisi de la question de la sécurité de tous les membres du personnel des Nations Unies et du personnel associé.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.