DECLARATION A LA PRESSE DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE CONCERNANT L’ETHIOPIE ET L’ERYTHREE

7 janvier 2004
SC/7972-AFR/807

DECLARATION A LA PRESSE DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE CONCERNANT L’ETHIOPIE ET L’ERYTHREE

07/01/2004
Communiqué de presse
SC/7972
AFR/807


DECLARATION A LA PRESSE DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE CONCERNANT L’ETHIOPIE ET L’ERYTHREE


Vous trouverez ci-dessous la déclaration à la presse concernant l’Ethiopie et l’Erythrée faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité, M. Heraldo Munoz (Chili):


Les membres du Conseil de sécurité ont entendu un exposé de M. Hédi Annabi, Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, sur la situation en Éthiopie et en Erythrée, au cours de consultations officieuses, le 7 janvier.  M. Annabi a présenté le rapport d’activité du Secrétaire général daté du 19 décembre 2003 (S/2003/1186) et a mis le Conseil au fait de l’évolution de la situation depuis sa publication.


Les membres du Conseil se sont déclarés préoccupés par le manque de progrès dans le processus de démarcation.  Ils ont réaffirmé le caractère définitif et contraignant de la décision prise par la Commission du tracé de la frontière et souligné la nécessité d’appliquer promptement cette décision dans le cadre de l’Accord d’Alger.  Ils se sont dits déçus que l’Ethiopie ait rejeté en partie la décision en question et qu’elle ait refusé de coopérer pleinement avec la Commission.  Tout en prenant acte de l’attitude coopérative du Gouvernement érythréen à l’égard de la Commission, les membres du Conseil ont engagé les deux parties à s’atteler à la démarcation à un rythme accéléré.


Les membres du Conseil ont manifesté leur appui au Secrétaire général dans son projet d’examiner des mesures supplémentaires pour faire avancer la démarcation et le processus de paix et aider les parties à surmonter leurs divergences, notamment en leur offrant ses bons offices.  Ils ont noté que cette offre ne constituait pas une solution  de rechange.  Ils ont engagé l’Ethiopie et l’Erythrée à répondre de manière constructive aux propositions faites par le Secrétaire général à cet égard.


Les membres du Conseil se sont également déclarés préoccupés par le fait que les restrictions imposées par l’Erythrée aux déplacements de la MINUEE se sont multipliées dernièrement et que les deux parties continuent de se heurter à des difficultés administratives qui compliquent inutilement la tâche du personnel de la Mission.  Ils ont demandé instamment aux parties d’apporter leur plein appui à la Mission et de faciliter les déplacements de son personnel dans l’ensemble de la zone de la Mission en supprimant toutes les entraves et ont réitéré leur appel en faveur de l’établissement d’un couloir à haute altitude pour les vols de la MINUEE entre les deux capitales, en tant que geste de bonne volonté.


Les membres du Conseil ont également souligné l’importance d’un dialogue entre les deux parties pour avancer dans le processus de paix et les ont exhortées à entamer un vaste dialogue politique en vue d’améliorer leurs relations.  Il ont exprimé leur préoccupation au sujet des déclarations incendiaires faites récemment par les parties, les jugeant stériles et même nuisibles pour l’instauration d’un dialogue, et ont engagé les parties à s’abstenir de tenir de tels propos.


Les membres du Conseil ont rappelé les engagements souscrits par les parties dans le cadre de l’Accord d’Alger et engagé ces dernières à travailler plus activement pour désamorcer les tensions entre elles.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.