LE VIH/SIDA EST UN FREIN AU DÉVELOPPEMENT, SOULIGNE UN NOUVEAU RAPPORT DE L’ONU

16 septembre 2004
AIDS/82-POP/908

LE VIH/SIDA EST UN FREIN AU DÉVELOPPEMENT, SOULIGNE UN NOUVEAU RAPPORT DE L’ONU

16/09/2004
Communiqué de presseAIDS/82 POP/908

LE VIH/SIDA EST UN FREIN AU DÉVELOPPEMENT, SOULIGNE UN NOUVEAU RAPPORT DE L’ONU

(Adapté de l’anglais)

NEW YORK, 16 septembre (Département des affaires économiques et sociales) -– L’épidémie de VIH/sida aura des conséquences dévastatrices au cours des prochaines décennies dans pratiquement tous les secteurs de la société, selon un nouveau rapport de la Division de la population du Département des affaires économiques et sociales, publié aujourd’hui et intitulé “The Impact of Aids”.

Faute de vaccins, de traitements efficaces ou de programmes de prévention beaucoup plus actifs pour stopper l’épidémie, le VIH/sida causera d’ici 2025 jusqu’à 100 millions de décès supplémentaires en Afrique subsaharienne.  Selon les prévisions, au cours de la même période, le nombre de victimes sera de 31 millions en Inde et de 18 millions en Chine.  Depuis son apparition en 1980, le virus a déjà tué plus de 20 millions de personnes.

Le VIH/sida est devenu à travers le monde l’objet d’inquiétude le plus sérieux pour les populations, souligne le Département des affaires économiques et sociales dans son rapport.  Dans la plupart des pays en développement, en particulier en Afrique subsaharienne, l’épidémie est un obstacle à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement adoptés en 2000 par l’Assemblée générale des Nations Unies.

La maladie constitue pour les foyers un fardeau financier extrêmement lourd. Le décès des adultes, notamment des parents, entraîne souvent la dislocation des familles, les enfants étant placés chez des proches ou même abandonnés à la rue.

Le VIH/sida porte gravement atteinte à l’éducation des enfants.  Ils sont souvent retirés de l’école pour aider à subvenir aux besoins de la famille lorsque celle-ci est touchée par le virus, étant soit chargés d’apporter des soins, soit de rapporter des revenus.  La maladie frappe également les enseignants, affectant ainsi la qualité de l’éducation.

Selon le rapport, le VIH/sida fragilise les systèmes de santé des pays en développement.  En outre, le nombre élevé de victimes chez les agriculteurs compromet la sécurité alimentaire.  Les dix pays africains les plus touchés perdront d’ici 2020 entre 10 et 26% de leur main-d’oeuvre agricole.  Les entreprises aussi subissent les conséquences de l’épidémie.

Le VIH/sida a commencé à retarder le développement économique.  Il est urgent de lancer des actions concertées pour empêcher de nouvelles infections et soigner les personnes vivant avec la maladie, affirme le Département des affaires économiques et sociales.  “L’évolution de l’épidémie dépend de la façon dont les individus, les communautés, les nations et le monde répondront à la menace du VIH/sida aujourd’hui et demain”.

Pour de plus amples informations, prière de contacter le bureau de M. Joseph Chamie, Directeur, Division de la population, Département des affaires économiques et sociales, Nations Unies, New York, NY 10017, USA, tél: (212) 963-3921, (212) 963-3179 ou fax: (212) 963-2147, Internet: www.unpopulation.org.

“The Impact of Aids” (Numéro de vente E.04.XIII.7 ISBN No. 9211513979) est disponible au prix de 22,50 dollars aux United Nations Publications, Two UN Plaza, Room DC2-853, Dept. PRES, New York, NY 10017 USA; tél: (800) 253-9646, fax: (212) 963-3489, email: publications@un.org; ou à la Section des Ventes et Commercialisation, Bureau E-4, CH-1211, Genève 10, Suisse, tél: 41-22-917-2614, fax: 41-22-917-0027, email: unpubli@unog.ch; Internet: www.un.org/publications.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.