LE CONSEIL DE SECURITE SATISFAIT DES ACCORDS ENTRE LE GOUVERNEMENT SOUDANAIS ET LE MOUVEMENT DE LIBERATION DU PEUPLE SOUDANAIS

10 octobre 2003
CS/2565

LE CONSEIL DE SECURITE SATISFAIT DES ACCORDS ENTRE LE GOUVERNEMENT SOUDANAIS ET LE MOUVEMENT DE LIBERATION DU PEUPLE SOUDANAIS

10/10/2003
Communiqué de presseCS/2565

Conseil de sécurité

4839e séance – après-midi

LE CONSEIL DE SECURITE SATISFAIT DES ACCORDS ENTRE LE GOUVERNEMENT SOUDANAIS

ET LE MOUVEMENT DE LIBERATION DU PEUPLE SOUDANAIS

À la 4839e séance du Conseil de sécurité, tenue le 10 octobre 2003, pendant laquelle a été présenté un exposé sur l’évolution récente des pourparlers de paix concernant le Soudan, le Président du Conseil de sécurité, M. James Cunningham (Etats-Unis) a fait, au nom du Conseil, la déclaration suivante :

« Le Conseil de sécurité accueille avec satisfaction les accords sur les arrangements en matière de sécurité auxquels sont parvenus, à Naivasha (Kenya), le Gouvernement soudanais et le Mouvement/Armée de libération du Peuple soudanais (SPLM/A). Il salue à nouveau la signature du Protocole de Machakos, qui offre une base viable pour le règlement du conflit au Soudan. Il espère qu’un accord de paix global, reposant sur le Protocole de Machakos, sera conclu. Il se déclare satisfait du rôle décisif joué par l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), sous la direction du Président kényen, par l’envoyé spécial du Kenya, les envoyés des autres États membres de l’IGAD et les observateurs internationaux aux pourparlers de paix concernant le Soudan.

Le Conseil de sécurité accueille aussi avec satisfaction le maintien du cessez-le-feu et la création de l’Équipe de contrôle et de vérification, du Comité mixte de suivi et de l’Équipe de contrôle de la protection des civils; il encourage les États Membres en mesure de le faire à fournir des ressources financières et logistiques.

Le Conseil de sécurité assure les parties qu’il est disposé à les aider à appliquer l’accord de paix global et, à ce sujet, prie le Secrétaire général de commencer, dès que possible et en consultation avec les parties, les facilitateurs de l’IGAD et les observateurs internationaux, des travaux préparatoires en vue de déterminer les meilleurs moyens, pour les Nations Unies, d’aider à l’application de l’accord global de paix. »

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.