A LA VEILLE DU SOMMET SUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE, KOFI ANNAN APPELLE A L’INTEGRATION DU CONCEPT DE DIVERSITE BIOLOGIQUE DANS LES STRATEGIES COMMERCIALES ET ECONOMIQUES

15 mai 2002
SG/SM/8238

A LA VEILLE DU SOMMET SUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE, KOFI ANNAN APPELLE A L’INTEGRATION DU CONCEPT DE DIVERSITE BIOLOGIQUE DANS LES STRATEGIES COMMERCIALES ET ECONOMIQUES

15/05/2002
Communiqué de presse
SG/SM/8238


                                                            OBV/274


A LA VEILLE DU SOMMET SUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE, KOFI ANNAN APPELLE A L’INTEGRATION DU CONCEPT DE DIVERSITE BIOLOGIQUE DANS LES STRATEGIES COMMERCIALES ET ECONOMIQUES


On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan, à l’occasion de la Journée internationale de la diversité biologique, le 22 mai:


La diversité biologique est un des éléments essentiels à la vie humaine. Elle stabilise le climat de la Terre, améliore la fertilité du sol et fournit des biens et des services qui contribuent à notre bien-être matériel. Cependant, des modes de production et de consommation non viables et d’autres pratiques nuisibles, qu’exacerbent la pauvreté et divers facteurs sociaux et économiques, continuent de détruire à une vitesse sans précédent les habitats et les espèces qui en dépendent.


Cette année marque le dixième anniversaire de la Convention sur la diversité biologique, principal instrument juridique adopté par la communauté internationale pour faire face à ce problème. Grâce à la Convention, des idées et des stratégies nouvelles ont pu prendre forme, des programmes ont pu être adoptés afin de préserver des écosystèmes essentiels. Les acteurs clefs, notamment les communautés autochtones et locales, ont pu être associés à l’action, et de gros progrès ont été faits vers le partage juste et équitable des bienfaits tirés de l’exploitation des ressources génétiques.


Bien que ces acquis incitent légitimement à l’optimisme, il reste beaucoup à faire. La diversité biologique doit être appréciée à sa juste valeur par les dirigeants, et prise en compte au même titre que d’autres facteurs environnementaux dans l’élaboration des stratégies commerciales et économiques. Les pays en développement ont besoin d’une aide plus grande pour renforcer leurs moyens d’action dans ce domaine. Les forêts et les pêches doivent être gérées dans le souci de la durabilité.


En cette Journée internationale de la diversité biologique, j’invite les États qui ne l’ont pas encore fait à ratifier la Convention et son protocole sur la prévention des risques biologiques. Au moment même où nous préparons le Sommet mondial pour le développement durable, qui doit se tenir dans quelques mois à Johannesburg, j’exhorte l’ensemble de la communauté internationale à examiner sans plus attendre, de façon créative, l’effet destructeur des activités humaines sur la très grande diversité des espèces vivantes avec lesquelles nous partageons la planète.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.