DECLARATION DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE A LA PRESSE SUR LE BURUNDI

15 octobre 2002
SC/7531

DECLARATION DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE A LA PRESSE SUR LE BURUNDI

15/10/2002
Communiqué de presseSC/7531

                                                AFR/498

DECLARATION DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE A LA PRESSE SUR LE BURUNDI

Vous trouverez ci-après le texte de la déclaration faite à la presse, le 15 octobre, par le Président du Conseil de sécurité, M. Martin Belinga-Eboutou (Cameroun):

Les membres du Conseil condamnent une nouvelle fois le massacre d’Itaba et encouragent le gouvernement burundais à continuer à établir les faits à ce sujet, et à traduire les responsables en justice, ainsi qu’à veiller au respect des droits de l’homme dans le pays.

Les membres du Conseil se félicitent de la signature de l’accord de cessez le feu entre le gouvernement de transition burundais et deux mouvements rebelles, en marge du sommet régional de Dar es Salam du 7 octobre.  Ils réaffirment leur plein soutien au processus de l’accord d’Arusha et à l’action de la région, ainsi que de l’Afrique du Sud, et rendent hommage à la médiation du Président Bongo et du Vice Président Zuma, assistés du Président Mkapa.

Les membres du Conseil soulignent l’importance pour toutes les parties burundaises réunies au sein du gouvernement de transition au Burundi de mettre en œuvre pleinement les dispositions de l’Accord d’Arusha.  A cet égard, ils demandent au Gouvernement de transition de commencer à travailler à la réforme des forces de sécurité, à mesure que l’on progresse vers le cessez-le-feu.

Les membres du Conseil se tiennent prêts à étudier le type de contribution que le Conseil pourrait apporter, le moment venu, à la poursuite du processus de paix.

Les membres du Conseil appellent les deux autres mouvements rebelles à saisir cette occasion de faire enfin la paix au Burundi et à reprendre immédiatement les négociations pour arriver à un accord de cessez le feu comme le demandent les chefs d’Etat de la région.  Ils appellent les mouvements rebelles à suspendre immédiatement les hostilités et à s’abstenir également de toute action susceptible de compromettre le retour à la stabilité dans l’est de la RDC.

Les membres du Conseil demandent aux chefs d’Etat de la région de continuer à apporter leur contribution au règlement de la crise au Burundi et, à cet égard, se félicitent de la visite du Ministre des Affaires étrangères de la RDC au Burundi et de l’adoption à Bujumbura d’un communiqué conjoint.  Ils appellent ces deux pays à conclure rapidement un accord de normalisation et de coopération en matière de sécurité.

Les membres du Conseil se félicitent de l’approbation par le conseil du FMI du programme d’urgence post conflit en faveur du Burundi et appellent l’ensemble des donateurs à se mobiliser pour apporter au gouvernement de transition le soutien dont il a besoin dans la situation délicate qu’il traverse, en particulier sous forme d’aide budgétaire.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.