DECLARATION DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE A LA PRESSE SUR LA DECISION DE LA COMMISSION DU TRACE DES FRONTIERES ENTRE L’ERYTHREE ET L’ETHIOPIE

16 avril 2002
SC/7362

DECLARATION DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE A LA PRESSE SUR LA DECISION DE LA COMMISSION DU TRACE DES FRONTIERES ENTRE L’ERYTHREE ET L’ETHIOPIE

16/04/2002
Communiqué de presseSC/7362

DECLARATION DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE A LA PRESSE SUR LA DECISION DE LA COMMISSION DU TRACE DES FRONTIERES ENTRE L’ERYTHREE ET L’ETHIOPIE

Le Président du Conseil de sécurité, M. Sergey Lavrov (Fédération de Russie), a fait aujourd’hui la déclaration suivante à la presse surla décision de la Commission du tracé des frontières entre l’Erythrée et l’Ethiopie.

Les membres du Conseil de sécurité ont écouté l’exposé du Secrétaire général et du Représentant spécial du Secrétaire général Legwaila Joseph Legwaila. Ils se félicitent de la décision de la Commission du tracé des frontières, annoncée à La Haye le 13 avril 2002, et exprimée dans le communiqué de presse publié le même jour.

Les membres du Conseil de sécurité se félicitent de l’engagement pris par l’Éthiopie et l’Érythrée d’accepter la décision de la Commission comme définitive et contraignante.

Les membres du Conseil de sécurité se sont déclarés extrêmement satisfaits du rôle joué par le Représentant spécial du Secrétaire général, la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE) et l’Organisation des Nations Unies pour parvenir à un tel résultat. Ils demandent aux parties de coopérer étroitement avec la Commission du tracé des frontières et la MINUEE à la mise en oeuvre sans délai de la décision relative aux frontières et de tous les aspects du processus de démarcation, y compris le déminage.

Les membres du Conseil de sécurité invitent les deux Gouvernements à prendre de nouvelles mesures pour renforcer le climat de réconciliation entre les deux pays et pour faire face aux problèmes qui subsistent, y compris la libération des prisonniers de guerre. Ils demandent aussi aux parties d’accorder une pleine liberté de mouvement à la MINUEE et de faciliter l’établissement d’un itinéraire direct pour la MINUEE entre Asmara et Addis-Abeba.

Les membres du Conseil de sécurité soulignent qu’ils sont résolus à continuer de contribuer au processus de paix, et ils demandent à la communauté internationale de fournir les ressources nécessaires pour appuyer ce processus et l’action de la MINUEE.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.