LE RAPPORT SUR L'ETAT DE L'ENVIRONNEMENT AFRICAIN: REALITE BRUTALE ET CHOIX DIFFICILES

5 Juillet 2002
PNUE/63

LE RAPPORT SUR L'ETAT DE L'ENVIRONNEMENT AFRICAIN: REALITE BRUTALE ET CHOIX DIFFICILES

05/07/2002
Communiqué de pressePNUE/63

LE RAPPORT SUR L'ETAT DE L'ENVIRONNEMENT AFRICAIN:

REALITE BRUTALE ET CHOIX DIFFICILES

PNUE, KAMPALA/NAIROBI, le 4 juillet 2002 -- Une augmentation rapide de la pollution atmosphérique et aquatique, ainsi que de la dégradation des sols, de la fréquence des sécheresses, et des pertes d’espèces sauvages animales et végétales: c’est le scénario dans lequel l’Afrique se trouvera bientôt plongé si on ne lui donne pas dans les plus brefs délais la possibilité de se développer d’une façon respectueuse de l’environnement.

Les pays d'Afrique ont, au cours des trois dernières décennies, souffert de divers problèmes - croissance démographique, guerres, haut niveau d’endettement national, catastrophes naturelles et maladies - qui, tous, ont laissé leur trace sur les habitants et le riche environnement naturel du continent.

Par ailleurs, de nouvelles menaces, dont certaines commencent juste à se manifester, à l'exemple du changement climatique, de la propagation incontrôlée d’espèces exotiques, de l'expansion anarchique des villes, et de la pollution occasionnée par les voitures et l’industrie, risquent, dans les trente années qui viennent, d'aggraver la pauvreté, la détérioration de l’environnement et l’état de santé de la population.

Face à cette situation, de nombreux pays d'Afrique s’efforcent actuellement, au moyen d’initiatives telles que le NEPAD (New Partnership for Africa’s Development - Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique), d’éliminer certaines des causes profondes de ce déclin écologique. Ces actions sont cependant loin d'être suffisantes. Un effort beaucoup plus important de la part de tous les pays concernés, qu'ils fassent ou non partie de la région, est nécessaire pour mettre le continent sur une trajectoire économiquement favorable et écologiquement viable.

Il faudrait par exemple, pour ne citer que quelques-unes des interventions requises, réduire encore plus le fardeau de la dette, renforcer l’aide financière, responsabiliser les communautés locales, faire appliquer les accords sur l'environnement, introduire des technologies vertes non polluantes, et accorder aux produits africains un accès équitable aux marchés internationaux.

En l’absence de telles mesures, l’Afrique a peu de chances de se développer d’une manière qui profite à ses habitants, à ses paysages, à sa vie sauvage et, finalement, à la planète.

Telles sont, entre autres, les conclusions du rapport intitulé "l’Avenir de l'environnement en Afrique" (AEA) que le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) vient de faire paraître pour le compte de la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement (CMAE). Élaboré par des centaines d’experts, cet ouvrage est le plus complet et le plus décisif que l’on ait jamais écrit sur ce sujet.

Lors de son lancement à Kampala, en Ouganda, le Directeur exécutif du PNUE, M. Klaus Toepfer, a déclaré que "cette étude novatrice apportera aux gouvernements du continent et du monde entier une aide inestimable dans l'établissement de l'ordre de priorité des actions qu'il leur faut mener pour que se lève un jour nouveau sur leur pays. Elle fera partie des documents essentiels du Sommet sur le développement durable qui se tiendra à Johannesburg à la fin du mois d'août".

Il a expliqué qu'il est "impossible de prendre des décisions correctes si on ne connaît pas la réalité. Cette réalité est justement là, dans le rapport. L'AEA relate le passé de l'environnement africain, décrit son présent et présente diverses hypothèses sur son évolution future, avec les conséquences négatives et positives que chacune d'entre elles comporte". Il a ajouté que "nous disposons désormais, en ce début de siècle, de toutes les ressources financières et technologiques nécessaires pour bâtir l'Afrique et conserver la richesse et la diversité stupéfiantes de sa faune et de sa flore. Un nouvel état d'esprit favorisant l'appui aux efforts menés par l'Afrique pour résoudre ses problèmes règne maintenant au sein de la communauté internationale. De leur côté, les États africains font preuve d'une nouvelle détermination à travailler ensemble à la mise en place d’un avenir sans danger pour l'environnement. J’incite donc tous les pays du monde à adopter les conclusions du rapport et à saisir cette occasion de contribuer de façon responsable à la prospérité du continent africain".

Climat: La population et l'économie de la plupart des pays d'Afrique dépendent fortement de l'agriculture pluviale. Or, les données météorologiques rassemblées depuis 1900 montrent, à partir de 1968, une baisse constante de la pluviosité annuelle sur l'ensemble du continent. Il est possible que cette évolution soit due à la pollution atmosphérique causée par les activités humaines.

On dispose également de preuves indiquant une augmentation de la fréquence et de la gravité des catastrophes naturelles, en particulier les sécheresses qui affectent le Sahel. Le Botswana, le Burkina Faso, le Tchad, l'Éthiopie, la Mauritanie et le Mozambique font partie des pays qui sont régulièrement victimes de tels désastres.

Les sécheresses et les inondations provoquent souvent un accroissement de la pression foncière dans certaines régions vulnérables, une migration de la population humaine et animale, une intensification de l'érosion des sols, et un envasement des cours d'eau, barrages et eaux côtières.

Elles peuvent aussi avoir de sévères répercussions économiques. Ainsi, les pluies record enregistrées en Ouganda en 1997 ont entraîné la destruction de 40 % des 9 600 km de routes d'accès que totalise le réseau de ce pays. À l'autre extrême, la sécheresse qui a sévi aux Seychelles au cours de l'été 1997-1998 a conduit à la fermeture de la Seychelles Breweries et de la Indian Ocean Tuna Company.

Actuellement, la quantité de dioxyde de carbone, le principal gaz à effet de serre, émise par le continent se chiffre à 223 millions de tonnes par an, soit huit fois plus qu'en 1950. Sa production reste toutefois inférieure à celle d'un pays développé, tel que l'Allemagne ou le Japon. À l'origine de ces émissions se trouve, en premier lieu, l'Afrique du Sud qui, avec 42 %, se place loin devant l'Égypte, le Nigeria et l'Algérie, lesquels, ensemble, comptent pour 35,5 % du total.

Bien qu'elle ne participe que très peu aux émissions mondiales de gaz à effet de serre, l'Afrique se révèle extrêmement vulnérable aux effets du réchauffement de la planète en raison de sa dépendance envers l'agriculture et de l'absence de ressources financières permettant de compenser les pertes ainsi occasionnées.

Le golfe de Guinée, le Sénégal, l'Égypte, la Gambie, la façade orientale de l'Afrique et les îles de la partie occidentale de l'Océan Indien sont particulièrement exposés aux élévations du niveau de la mer. Une hausse de 1 m suffirait pour inonder des parties étendues du delta du Nil, causer d'importants dégâts à la ville d'Alexandrie, et submerger 70 % des Seychelles.  Au rythme où la planète se réchauffe actuellement, on assistera, au cours des prochaines décennies, à l'extinction d'un nombre considérable d'espèces animales et végétales, ce qui se répercutera sur les moyens d'existence des paysans et sur le tourisme. En effet, une baisse de 5 % de la pluviosité peut, selon le rapport, mettre en danger les bubales, les gnous et les zèbres du parc Kruger (Afrique du Sud), du delta de l'Okavango (Botswana), et du parc national de Hwange (Zimbabwe). Dans certaines régions d'Afrique australe, les récoltes afficheront un déclin prononcé pouvant aller jusqu'à 20 %. Enfin, il faut s'attendre à ce que les moustiques vecteurs de paludisme se propagent jusqu'en Namibie et en Afrique du Sud.

Cinquante-deux pays africains ont maintenant signé la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification et 16 d'entre eux ont élaboré des plans d'action visant à améliorer la productivité des terres, la réhabilitation des sols et la gestion rationnelle des ressources en eau.

Des systèmes d'alerte permettant de détecter à l'avance les périodes de pluie et de sécheresse sont maintenant installés dans toutes les régions du continent. Les pays d'Afrique peuvent, de surcroît, tirer des avantages économiques et sociaux des mécanismes prévus dans le Protocole de Kyoto, qui est l'instrument légal de lutte contre les changements climatiques. Ces mécanismes permettent de se procurer des sources d'énergie plus écologiques et, puisque les arbres ont la faculté d'absorber le dioxyde de carbone, encouragent le reboisement au moyen d'incitations financières.

Pollution atmosphérique: L'Afrique possède le taux d'urbanisation le plus élevé du monde. C'est l'une des principales causes de l'accroissement de la pollution, les autres étant les politiques fiscales qui encouragent l'utilisation de carburants "sales", le brusque accroissement des importations de voitures d'occasion souvent vétustes, et le manque d'efficacité des processus de fabrication industrielle.

D'après une étude effectuée au Sénégal, le traitement des affections liées à la pollution causée par les véhicules de transport coûte au pays l'équivalent de 5 % de son Produit intérieur brut (PIB).

En Afrique du Nord, en particulier dans les villes dotées de raffineries ou de centrales électriques fonctionnant au charbon, la concentration de dioxyde de soufre contenue dans l'air atteint dans bien des cas le double de la norme fixée par l'OMS. Dans cette sous-région, le parc des véhicules à moteur, qui comporte un nombre important de vétérans, a quasiment doublé au cours des 10 ou 15 dernières années. En Ouganda, en Afrique de l'Est, il a quadruplé par rapport à l'effectif de 1971. Les vieilles voitures émettent jusqu'à 20 fois plus de polluants que les voitures plus récentes.

Il faut également rappeler que l'utilisation du bois comme combustible peut faire courir des risques sanitaires accrus aux femmes et aux enfants exposés à la fumée. C'est ainsi que, d'après le rapport, 75 % des enfants tanzaniens de moins de 5 ans décédés à la suite d'une infection respiratoire aiguë appartiennent à ce groupe.

De nombreux pays se sont dotés de normes et règlements relatifs à la qualité de l'air et à la pollution. Toutefois, le manque de ressources ne leur permet pas de les appliquer effectivement. L'exemple du Sénégal, qui a introduit un projet de loi visant, entre autres, à restreindre les importations de voitures d'occasion et, en particulier, à interdire l'entrée aux véhicules de plus de cinq ans pourrait, à cet égard, servir de source d'inspiration à d'autres pays du continent.

Un certain nombre de pays comme, par exemple, l'Algérie, le Maroc et l'île Maurice se sont lancés dans la voie des sources d'énergie renouvelables (éolienne et solaire) et de la transformation de déchets en énergie. L'Égypte, elle, a commencé à distribuer de l'essence sans plomb. Pour finir, l'Afrique du Sud a signé l'Accord des Nations Unies sur les émissions des véhicules à moteur.

Diversité biologique: L'Afrique possède quelques-unes des régions les plus riches de la planète du point de vue de la diversité biologique. Cela comprend les forêts du bassin méditerranéen, la forêt de Guinée, les îles de l'Océan Indien occidental, et le Karoo d'Afrique du Sud et du Botswana. Ce dernier constitue, avec ses plus de 4 800 espèces - dont 40 % ne se retrouvent nulle part ailleurs - le désert le plus riche du monde.

L'augmentation de la production forestière, agricole et minière, ainsi que d'autres facteurs comme, par exemple, la pratique de la culture sur brûlis, le braconnage, l'invasion d'espèces exotiques, la méconnaissance de la valeur des ressources biologiques, et l'inadéquation des mesures d'application des législations relatives à la conservation, sont en train d'accroître la pression sur le milieu naturel.

Au total, 126 espèces animales et 120 espèces végétales sont portées disparues. 2 018 autres espèces animales ainsi que 1 771 espèces végétales sont menacées d'extinction.

Le potentiel économique de la faune et de la flore africaines est énorme. Ainsi, les ressources biologiques de l'Ouganda lui rapportent, d'après les estimations, des revenus annuels de 741 millions de dollars US. Environ 70 % des plantes sauvages d'Afrique du Nord peuvent trouver une utilisation dans des domaines tels que la médecine, la biotechnologie et l'amélioration des cultures.

Madagascar est, de tous les pays du continent, celui qui possède le plus grand nombre d'espèces endémiques. Il se trouve au sixième rang mondial des pays les plus riches en diversité biologique. On est actuellement en train d'étudier la possibilité d'exploiter commercialement bon nombre de plantes originaires de cette île, en particulier certaines espèces de Coffea qui pourraient devenir une source naturelle de café décaféiné.

L'Éthiopie, quant à elle, possède le nombre le plus important de variétés de certaines espèces cultivées d'importance cruciale comme, par exemple, le blé dur et le lin.

Comme le prouvent les milliers de touristes qui, chaque année, visitent le parc national de Kakum, au Ghana, la richesse biologique de l'Afrique représente également une attraction, ce qui souligne son importance pour l'économie.

Des initiatives de protection, de conservation et de promotion de l'utilisation durable des ressources biologiques et connaissances traditionnelles africaines sont en cours dans plusieurs pays. Dans de nombreux cas, elles se font en partenariat avec des communautés locales, des tribus ou des opérateurs du secteur de l'écotourisme. Nombreux sont également les pays qui ont ratifié les principales conventions telles que la Convention sur la diversité biologique et la Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées d'extinction. Ainsi, l'Afrique du Nord possède maintenant 102 zones protégées. En Égypte, les chercheurs et les bédouins ont documenté les plantes médicinales locales et créé des pépinières pour leur culture.

En Ouganda, la réintroduction de girafes dans le parc national de Kidepo Valley a été un succès. Elle s'est faite avec des spécimens provenant du Kenya. À Maurice, la population de pigeons roses vivant en liberté dans la nature est passée à 300 grâce un projet du Jersey Widlife Preservation Trust. L'espèce est désormais sauve.

De 260 en 1989, le nombre des zones protégées d'Afrique australe est maintenant passé à 578. Les pays membres de la SADC (Communauté de développement de l'Afrique australe) sont parvenus à rassembler plus de 5 000 échantillons de semences d'espèces cultigènes traditionnelles, essentiellement des cultures vivrières. Un centre de ressources génétiques situé à Lusaka, en Zambie, se chargera de les conserver. Au Nigeria, on envisage d'ouvrir le Gashka Gumpti National Park, qui abrite des chimpanzés, aux écotouristes.

Milieu marin et zones côtières: D'après le rapport, les riches régions côtières et marines du continent sont en danger, du fait de la pollution, de la surexploitation des ressources comme, par exemple, le poisson, de l'érosion, et des impacts potentiels des changements climatiques.

En effet, environ 38 % des écosystèmes côtiers tels que les mangroves et les récifs de corail se trouvent sous la menace des aménagements comme, par exemple, les ports, et du développement des établissements humains, qui s'accompagne d'une augmentation des rejets de déchets. Toujours d'après le rapport, 40 % des mangroves du Nigeria, qui jouent un triple rôle de frayère, de protection contre

l'érosion par les vagues et de fournisseur de matériaux de construction, avaient déjà disparu en 1980. En Égypte, le barrage d'Assouan a tellement réduit la teneur en éléments nutritifs de l'eau que les prises de sardines dans le delta du Nil ne cessent de tomber, passant de 22,618 millions de tonnes en 1968 à moins de 13,500 millions à l'heure actuelle.

Par ailleurs la surexploitation des ressources halieutiques par les flottes de pêche locales et étrangères a provoqué une réduction des stocks. Dans la partie occidentale et centrale du golfe de Guinée, les prises annuelles de crevettes sont d'environ 4 700 tonnes, ce qui est considéré comme peu viable. Dans d'autres pays tels que le Ghana et le Liberia, les gens mangent actuellement moins de poissons que dans les années 70. Si on en croit les prévisions, les dix prochaines années verront un déclin de l'offre dans toute l'Afrique, une conséquence du manque de ressources (telles que vedettes de patrouille, etc.) permettant de contrôler les activités des pêcheurs. Les poissons d'élevage ne seront probablement d'aucun secours car on peut s'attendre à ce que les pisciculteurs se concentrent sur les espèces qui rapportent, c'est-à-dire celles destinées à l'exportation vers des régions telles que l'Europe.

L'Afrique du Nord constitue une exception. En effet, les prises de poissons de mer y ont augmenté de 30 % par rapport aux chiffres de 1990, passant à environ 1,1 millions de tonnes. Et pourtant, les pêcheries n'y montrent aucun signe de surexploitation. Toutefois, l'environnement marin de cette région est en danger. Dans la mer rouge, la pollution causée par l'attitude irresponsable des touristes, les rejets de déchets, ainsi que les fuites et autres déversements de pétrole provenant des bateaux, est vue comme une grave menace.

En Afrique orientale, l'érosion occasionnée par les constructions en bord de mer et l'exploitation de carrières de sable, de corail ou de chaux est devenue, comme dans beaucoup d'autres régions du continent, un problème courant. Cette érosion provoque l'étouffement, par dépôt de sédiments, de divers habitats marins importants, dont les récifs coralliens, ce qui réduit leur valeur économique - en tant que zones de pêche - et touristique. Dans certaines régions d'Afrique de l'Ouest comme, par exemple, au Togo et au Bénin, elle emporte jusqu'à 30 mètres de côtes par an.

La dégradation de l'environnement que la mauvaise utilisation des terres agricoles et l'élimination des arbres qui retiennent le sol en période de grandes pluies causent dans les régions de l'intérieur aggrave le problème.  Dans les îles de l'Océan Indien occidental, la pêche aux explosifs, les promenades à pied, la récente hausse de la température de la mer et la pêche illégale au filet abîment les récifs coralliens qui, pourtant, présentent un grand intérêt économique. Comme dans de nombreuses autres régions d'Afrique, les rejets de déchets solides et liquides non traités sont en train de devenir un problème de proportions majeures. À Maurice, les deux tiers de la population des côtes se débarrassent de leurs déchets en les jetant à la mer et aux Comores, il n'existe même pas d'installation de traitement des eaux usées.

De nombreux pays d'Afrique comme, par exemple, l'Égypte, la Gambie, le Ghana, le Kenya, l'île Maurice, le Nigeria et l'Afrique du Sud ont introduit des lois exigeant une évaluation de l'impact sur l'environnement préalablement à tout travail de construction.

Les programmes et plans d'action régionaux et sous-régionaux, tels que le Programme pour les mers régionales du PNUE, offrent le cadre nécessaire pour une gestion plus holistique des zones côtières du continent. Plusieurs conventions et accords importants, dont les Conventions de Nairobi, d'Abidjan et de Jeddah, ont pu être établis, mais on a désespérément besoin de personnel qualifié, fonds, matériel, recherches et suivis supplémentaires. De même, il faut absolument assurer l'application effective des règlements.

Note aux rédacteurs: Le rapport sur "L'Avenir de l'environnement en Afrique" est disponible à l'adresse web suivante: www.unep.organisation/aeo

Pour plus d'informations, contacter:Nick Nuttall, UNEP Head of Media, Tél: 254 2 623084; 254 733 632155, E-mail: nick.nuttall@unep.org ou Angele Luh, Information Officer, Regional Office for Africa, Tél: 254 2 624292; 254 722 716135, E-mail: angele.luh@unep.org

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.