DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME, REAPPRENONS LA TOLERANCE, SOURCE DE PAIX ET CONDITION DU PROGRES ET DU DEVELOPPEMENT, DECLARE M. KOFI ANNAN

13 novembre 2001
SG/SM/8022

DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME, REAPPRENONS LA TOLERANCE, SOURCE DE PAIX ET CONDITION DU PROGRES ET DU DEVELOPPEMENT, DECLARE M. KOFI ANNAN

13/11/01
Communiqué de presseSG/SM/8022

                                                            OBV/247

DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME, REAPPRENONS LA TOLERANCE, SOURCE DE PAIX

ET CONDITION DU PROGRES ET DU DEVELOPPEMENT, DECLARE M. KOFI ANNAN

On trouvera ci-après le texte du message du Secrétaire général, M. Kofi Annan, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale pour la tolérance,le

16 novembre:

Les attentats du 11 septembre ont renforcé, dans nombre de sociétés et de cultures, la conscience d’appartenir à une même humanité.  Le monde s’est retrouvé uni comme jamais sous le choc de ces crimes odieux.  Des millions de gens ordinaires, aux quatre coins de la planète, ont manifesté leur émotion et leur solidarité, réaffirmant les valeurs communes qui fondent notre humanité.

Une de ces valeurs est la tolérance.  Clé de voûte des droits de l’homme, du pluralisme et de la démocratie, elle implique l’ouverture, le dialogue, la connaissance et le respect de l’autre.  C’est une vertu qui rend la paix possible, et sans la paix, il ne saurait y avoir ni progrès, ni développement durables.

La tolérance, c’est aussi que chacun puisse bénéficier de chances économiques et sociales sans discrimination.  L’exclusion et la marginalisation sont source de frustration, et peuvent conduire à l’hostilité, au fanatisme, et alimenter l’intolérance.  La promotion de la tolérance tient donc une place importante dans la lutte que nous menons contre le terrorisme.  En fait, elle au cœur de notre objectif : la création d’une société mondiale reposant sur les valeurs communes de solidarité, de justice sociale et de respect des droits de l’homme.

Dans ce monde voué à l’intégration qui est le nôtre, la tolérance est plus nécessaire que jamais.  Le dialogue doit prévaloir sur la violence, l’écoute sur l’indifférence, la connaissance de l’autre sur le préjugé.  Telles doivent être nos objectifs sur la longue route du rapprochement des peuples et des cultures auquel travaillent les Nations Unies.  Certaines étapes importantes ont déjà été franchies.  En proclamant 2001, Année des Nations Unies pour le dialogue entre les civilisations, l’Assemblée générale a contribué à sensibiliser davantage l’opinion publique mondiale à la nécessité de rechercher la compréhension et l’harmonie entre les peuples. 

La promotion de la tolérance exige de chacun un engagement renouvelé.  En cette Journée internationale, réapprenons la tolérance, le dialogue et la solidarité, entre nous, au sein de notre famille et de notre communauté, comme à l’égard des autres nations et peuples du monde.  Face à la montée de l’intolérance, les risques que fait courir l’indifférence sont bien trop importants. 

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.