MESSAGE DU SECRETAIRE GENERAL À L'OCCASION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE POUR L'ELIMINATION DE LA DISCRIMINATION RACIALE

19 mars 1999
SG/SM/6927

MESSAGE DU SECRETAIRE GENERAL À L'OCCASION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE POUR L'ELIMINATION DE LA DISCRIMINATION RACIALE

19 mars 1999


Communiqué de Presse
SG/SM/6927
RD/892


MESSAGE DU SECRETAIRE GENERAL À L'OCCASION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE POUR L'ELIMINATION DE LA DISCRIMINATION RACIALE

19990319 On trouvera ci-après le texte du message du Secrétaire général, M. Kofi Annan, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, le 21 mars prochain :

Nous célébrons aujourd'hui la dernière Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale de ce siècle. Le XXe siècle a été marqué comme aucun autre par le fléau du racisme mais aussi par une révolution dans les relations interraciales, de l'Amérique à l'Asie en passant par l'Afrique et l'Europe. Oppression coloniale ou triomphe du mouvement des droits civils, génocide ou autodétermination, crimes racistes ou fin de l'apartheid, ce siècle nous offre des raisons de nous réjouir mais aussi de rester vigilants.

L'ignorance et les préjugés font le lit de la propagande. Dans les conflits modernes, les belligérants exploitent l'ignorance de la population pour instiller la peur et susciter la haine. C'est ce qui s'est passé en Bosnie et au Rwanda où des idéologies génocidaires ont pu se développer faute de vérité dans l'information et d'honnêteté dans l'éducation. C'est ce qui se passe dans les sociétés que l'on dit pacifiques et développées, où des actes racistes et inhumains sont perpétrés entre voisins. Si l'on avait consacré ne serait-ce que la moitié des efforts déployés à faire comprendre aux peuples ce qui les rapproche et non ce qui les divise, des crimes innommables auraient pu être évités.

Le sectarisme, la haine et les préjugés, tels sont les symptômes dont l'humanité malade a toujours souffert. Notre mission est donc de combattre l'ignorance avec la tolérance, le sectarisme avec la connaissance et l'isolement avec la générosité.

Il y a plus de 40 ans, Martin Luther King déclarait que la haine "est une sorte d'acide qui ronge les meilleurs moments de la vie. La haine détruit celui qui hait comme celui qui est haï". Si la mondialisation contribue aujourd'hui à l'édification d'un monde sans frontière, elle devrait également nous offrir un monde sans racisme.

SG/SM/6927 - 2 - OBV/89 RD/892 19 mars 1999

C'est pourquoi, à l'occasion de cette Journée, nous devons nous engager de nouveau à combattre ce qu'il y a de pire dans l'homme pour faire triompher ce qu'il y a de meilleur. Nous pouvons, devons et allons vaincre le racisme.

* *** *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.