LE SECRETAIRE GENERAL APPELLE DE SES VOEUX UN XXIEME SIECLE SANS RACISME, A L'OCCASION DE LA JOURNEE POUR L'ELIMINATION DE LA DISCRIMINATION RACIALE

21 mars 1997
SG/SM/6184

LE SECRETAIRE GENERAL APPELLE DE SES VOEUX UN XXIEME SIECLE SANS RACISME, A L'OCCASION DE LA JOURNEE POUR L'ELIMINATION DE LA DISCRIMINATION RACIALE

21 mars 1997

Communiqué de PresseSG/SM/6184 RD/875

LE SECRETAIRE GENERAL APPELLE DE SES VOEUX UN XXIEME SIECLE SANS RACISME, A L'OCCASION DE LA JOURNEE POUR L'ELIMINATION DE LA DISCRIMINATION RACIALE

19970321 L'utilisation de l'Internet pour promouvoir le racisme et la xénophobie constitue un "défi inouï" pour la communauté internationale

On trouvera ci-après le texte du message adressé par le Secrétaire général, M. Kofi Annan, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, célébrée le 21 mars :

Le racisme, la discrimination raciale et la xénophobie divisent les peuples et les nations. Ils constituent de graves obstacles à la paix, au développement et à l'avènement effectif des droits de l'homme dans le monde entier.

À la fin du XXe siècle, nous sommes confrontés à un apparent paradoxe. Les progrès technologiques et les médias ont beaucoup fait pour le progrès des communications, de la connaissance et de la compréhension au niveau international. L'intolérance et le racisme continuent cependant de s'étaler. Les travailleurs migrants, les réfugiés, les populations autochtones et les groupes ethniques, les minorités raciales et religieuses sont fréquemment victimes de la discrimination. Les conflits ethniques en cours au sein de nombreuses nations continuent de blesser la conscience universelle.

On redoute aussi de plus en plus que la propagande raciste et xénophobe ne soit diffusée à travers les nouveaux réseaux informatiques et électroniques. L'Internet offre une chance sans précédent à l'éducation, à la liberté d'expression et à la démocratisation au niveau mondial. Mais on peut aussi en faire un mauvais usage, l'utiliser pour promouvoir le racisme et la xénophobie. Il constitue donc un défi inouï lancé à la communauté internationale et à chaque pays en particulier.

La discrimination raciale est une négation monstrueuse de la lettre et de l'esprit de la Charte des Nations Unies. À la Conférence mondiale sur les droits de l'homme, tenue à Vienne en 1993, la communauté internationale a réaffirmé sa détermination d'éliminer sans délai et totalement toutes les formes de racisme, de discrimination raciale et de xénophobie, ainsi que de l'intolérance liée à celles-ci.

- 2 - SG/SM/6184 RD/875 21 mars 1997

Il est plus nécessaire aujourd'hui que jamais auparavant de tenir cet engagement. C'est pourquoi nous devons orienter une nouvelle fois nos efforts vers l'élimination totale des attaques racistes contre l'égalité, la dignité et la liberté des êtres humains, où qu'elles se produisent.

La tolérance raciale demeure un impératif universel. J'espère sincèrement que nous pouvons structurer et revitaliser le tissu social de manière à susciter dans le monde entier un climat de tolérance et de compréhension mutuelle. Ensemble, nous pouvons construire un avenir commun affranchi du fléau du racisme.

* *** *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.