LE SECRETAIRE GENERAL REAFFIRME LA VOLONTE DES NATIONS UNIES D’AIDER DANS LA LUTTE CONTRE LE COMMERCE ILLICITE DES ARMES LEGERES

10 July 2003
SG/SM/8772

LE SECRETAIRE GENERAL REAFFIRME LA VOLONTE DES NATIONS UNIES D’AIDER DANS LA LUTTE CONTRE LE COMMERCE ILLICITE DES ARMES LEGERES

10/07/03
Communiqué de presseSG/SM/8772

                                                            DC/2873

Le Secretaire general REAFFIRME LA VOLONTE DES NATIONS UNIES D’AIDER DANS LA LUTTE contre le commerce illicite des armes legeres

On trouvera ci-après le texte de la déclaration du Secrétaire général, Kofi Annan, dont le Secrétaire général adjoint aux affaires de désarmement, Nobuyasu Abe, a donné lecture le 7 juillet à la première Réunion biennale des États chargés d’examiner l’application du Programme d’action en vue de prévenir, combattre et éliminer le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects:

Permettez-moi d’adresser mes vœux les meilleurs à tous les participants à cette première Réunion biennale des États chargés d’examiner l’application du Programme d’action en vue de prévenir, combattre et éliminer le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects.

On ne dira jamais assez l’importance de la mise en oeuvre du Programme d’action, qui a été adopté, il y a deux ans, lors de la première Conférence des Nations Unies sur le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects. Ces armes sont, après tout, des armes de destruction massive, puisqu’elles tuent une soixantaine de personnes par heure, soit un demi-million de personnes par an, dont 90 % de femmes et d’enfants. Plus généralement, les conséquences de la prolifération des armes légères, qu’il s’agisse d’entretien des conflits, de mise en péril des Casques bleus, de privation de l’aide, d’entrave au respect de la loi ou de retard dans le développement, pour être moins quantifiables, n’en sont pas moins perceptibles. Comme je l’ai dit précédemment, il s’agit bien là d’un fléau mondial.

Cette semaine, les États Membres ont, pour la première fois, l’occasion d’échanger des informations sur les progrès qu’ils ont accomplis dans la mise en oeuvre du Programme d’action aux échelons national, régional et mondial, et d’évaluer le chemin qu’il leur reste à parcourir.

Il est particulièrement encourageant de constater que nombre d’États Membres ont fait la preuve de leur engagement en prenant, au cours des deux dernières années, les initiatives qui sont exposées dans les rapports de pays présentés à l’occasion de cette réunion. Au cours de cette même période, d’importantes mesures ont également été prises au niveau régional. Toutes ces initiatives ont vu la participation conséquente de la société civile et, plus particulièrement, d’organisations non gouvernementales.

J’espère qu’au cours des années qui nous séparent de la deuxième Réunion biennale de 2005 et de la conférence d’examen de 2006, nous pourrons nous réjouir de nouveaux progrès encore plus importants accomplis dans la mise en oeuvre du Programme d’action. Je saisis cette occasion pour inviter tous les États Membres à accélérer la mise en oeuvre du Programme d’action, et pour encourager ceux qui le peuvent à aider les autres pays dans ce domaine. L’Organisation des Nations Unies demeure fermement résolue à jouer son rôle en aidant la communauté mondiale à prévenir, combattre et éliminer le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects.

*   ***   *

For information media. Not an official record.