DECLARATION A LA PRESSE DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE SUR LA SITUATION EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC)

26 February 2003
SC/7674

DECLARATION A LA PRESSE DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE SUR LA SITUATION EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC)

26/02/2003
Communiqué de presseSC/7674

                                                            SC/7674

                                                            26 février 2003

DECLARATION A LA PRESSE DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE SUR LA SITUATION EN Republique democratique du congo (RDC)

Vous trouverez ci-après la déclaration faite à la presse, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité, M. Gunter Pleuger (Allemagne), sur la République démocratique du Congo (RDC):

Les membres du Conseil ont exprimé leur inquiétude devant les graves violations des droits de l’homme rapportées par le Haut Commissaire, M. Vieira de Mello. Ils ont insisté sur le fait qu’il n’y aurait aucune impunité. Ils ont également rappelé la responsabilité qui incombait à chacune des parties d’assurer le maintien de l’ordre dans les secteurs sous son contrôle.

Les membres du Conseil ont également exprimé leur préoccupation face à la situation en Ituri et demandé à l’Union des patriotes congolais de coopérer pleinement avec la MONUC et les organisations humanitaires et de faciliter la création de la Commission de pacification de l’Ituri et ses travaux.

Les membres du Conseil ont lancé un appel à tous les gouvernements de la région, en particulier aux gouvernements de la RDC, du Rwanda et de l’Ouganda, pour qu’ils appuient le processus de paix en Ituri, usent de leur influence de façon positive et s’abstiennent de prendre ou de soutenir toute initiative susceptible d’aggraver la situation. Ils les ont exhortés à s’employer à prendre des mesures de confiance pour améliorer la sécurité dans les zones frontalières.

Les membres du Conseil ont demandé aux parties congolaises de régler les questions en suspens pour permettre l’application rapide et intégrale des dispositions de l’Accord de Pretoria du 17 décembre 2002 et la mise en place d’un gouvernement de transition en RDC.

Les membres du Conseil ont exigé que le libre accès et la liberté totale de mouvement de la MONUC soient assurés pour qu’elle puisse vérifier l’application donnée à l’Accord de Pretoria du 30 juillet 2002 et enquêter sur les rumeurs faisant état de la présence de troupes étrangères – rwandaises notamment – sur le territoire de la RDC, ainsi que sur les bruits selon lesquels le Gouvernement de la RDC soutiendrait les groupes armés de l’est du pays.

Les membres du Conseil ont condamné l’attaque contre un hélicoptère de la MONUC à Bunia, averti les auteurs de ce crime des graves conséquences de leur acte et exigé que les responsables soient identifiés et immédiatement traduits en justice.

Les membres du Conseil ont réaffirmé leur soutien sans réserve à la MONUC et au Représentant spécial du Secrétaire général en RDC.

Le Conseil examinera ces questions plus avant en temps voulu.

*   ***   *

For information media. Not an official record.