LE SECRETAIRE GENERAL SALUE LE PROTOCOLE MODIFIE SUR L’INTERDICTION OU LA LIMITATION DE L’EMPLOI DE MINES, PIEGES ET AUTRES DISPOSITIFS

17 December 2002
SG/SM/8559

LE SECRETAIRE GENERAL SALUE LE PROTOCOLE MODIFIE SUR L’INTERDICTION OU LA LIMITATION DE L’EMPLOI DE MINES, PIEGES ET AUTRES DISPOSITIFS

17/12/2002
Communiqué de presseSG/SM/8559

                                                            SG/SM/8559

                                                            17 décembre 2002

le Secretaire general salue le Protocole modifie sur l’interdiction ou la limitation de l’emploi de mines, pieges et autres dispositifs

On trouvera ci-après le texte du message que le Secrétaire général, Kofi Annan, a adressé hier à la quatrième Conférence annuelle des Hautes Parties contractantes au Protocole modifié, le 12 décembre 2002 réunie à Genève:

Je suis heureux de saluer les participants à la quatrième Conférence annuelle des Hautes Parties contractantes au Protocole modifié sur l’interdiction ou la limitation de l’emploi de mines, pièges et autres dispositifs.  L’on ne saurait trop insister sur la nécessité d’éliminer la menace des mines terrestres. Les mines terrestres, et en particulier les mines antipersonnel, ont des conséquences extrêmement dévastatrices pour les personnes et les communautés, dans le monde entier.  Hormis le fait qu’elles tuent et mutilent aveuglément chaque année des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants, ces mines détruisent aussi des communautés et des sociétés qui s’efforcent de se relever de situations de conflit armé.

Le deuxième Protocole modifié apporte une réponse concrète aux préoccupations généralisées et croissantes concernant le sort injuste réservé aux civils, particulièrement dans les conflits armés, et les souffrances inutiles infligées aux combattants.  Le processus de modification a renforcé le Protocole, notamment en étendant le champ de son application à la fois aux conflits internes et aux conflits internationaux. Fait encore plus significatif, le Protocole modifié vise à instaurer un équilibre entre les considérations humanitaires et les préoccupations d’un certain nombre d’États relatives à la sécurité.

Je me réjouis de noter que des progrès ont été accomplis depuis la tenue de la première Conférence annuelle des États Parties, en décembre 1999.  Si l’objectif de l’adhésion universelle n’a pas encore été atteint, un nombre croissant d’États ratifient le deuxième Protocole modifié ou déclarent leur consentement à être liés par cet instrument, le nombre de ces États s’élevant à présent à 67.  Je saisis cette occasion pour inviter à nouveau les pays qui ne l’ont pas encore fait à signer ou à ratifier cet instrument le plus rapidement possible.

L’élimination universelle de la menace que constituent les mines antipersonnel demeure un objectif prioritaire de la communauté internationale, l’Organisation des Nations Unies jouant, en la matière, un rôle clef.  En conjuguant nos efforts, nous pourrons accomplir des progrès réels et durables dans l’élimination de toutes les mines.  Je nourris l’espoir que les travaux de cette conférence contribueront à la mise en application effective du deuxième Protocole modifié et encourageront d’autres États à adhérer à cet instrument.

Je vous souhaite plein succès dans l’accomplissement de votre mission.

*   ***   *

For information media. Not an official record.