DE GRAVES CONSEQUENCES SONT A CRAINDRE SI LES OBJECTIFS DU MILLENAIRE EN MATIERE D’ACCES POUR TOUS A L’EAU POTABLE ET A L’ASSAINISSEMENT NE SONT PAS ATTEINTS

11 December 2002
SG/SM/8554

DE GRAVES CONSEQUENCES SONT A CRAINDRE SI LES OBJECTIFS DU MILLENAIRE EN MATIERE D’ACCES POUR TOUS A L’EAU POTABLE ET A L’ASSAINISSEMENT NE SONT PAS ATTEINTS

11/12/2002
Communiqué de presseSG/SM/8554

                                                            SG/SM/8554

                                                            OBV/317

                                                            11 décembre 2002

DE GRAVES CONSEQUENCES SONT A CRAINDRE SI LES OBJECTIFS DU MILLENAIRE EN MATIERE D’ACCES POUR TOUS A L’EAU POTABLE ET A L’ASSAINISSEMENT NE SONT PAS ATTEINTS

Message du Secrétaire général, M. Kofi Annan, pour l’année internationale de l’eau douce (2003):

L’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de proclamer 2003 l’Année internationale de l’eau douce.  Le moment est on ne peut mieux choisi.  Au Sommet du Millénaire, en 2000, les dirigeants des pays du monde sont convenus de réduire de moitié, au plus tard en 2015, la proportion d’individus qui n’ont pas accès à l’eau potable ou n’ont pas les moyens de s’en procurer.  Et au Sommet mondial pour le développement durable qui s’est tenu à Johannesburg cette année, un objectif complémentaire a été fixé: réduire de moitié, dans le même délai, la proportion d’individus qui n’ont pas accès aux services d’assainissement de base.  Les conséquences seront graves si nous n’atteignons pas ces objectifs. Les maladies mortelles continueront de faire des ravages et de se propager, l’environnement planétaire continuera de se dégrader et la sécurité alimentaire sera mise en péril, avec les risques d’instabilité que tout cela entraîne.  Et si les problèmes liés à l’eau sont plus aigus dans le monde en développement, les pays développés ne sont pas pour autant à l’abri.

Nous devons mieux gérer les ressources en eau de la planète.  Nous devons irriguer plus efficacement, rendre les activités agricoles et industrielles moins polluantes et investir davantage dans l’infrastructure et les services qui touchent à l’eau.  Nous devons aussi libérer les femmes et les filles du fardeau qu’est la longue marche faite chaque jour pour trouver de l’eau: il serait bien plus utile qu’elles consacrent tout ce temps et toute cette énergie à s’instruire et à améliorer leurs conditions de vie, celles de leurs familles et celles de leurs communautés.  À l’occasion de l’Année internationale de l’eau douce, le monde doit se mobiliser, prendre conscience des problèmes, trouver des idées nouvelles et de nouveaux principes d’action et favoriser la participation, les partenariats et la concertation pacifique.  Unissons nos forces, tirons parti des connaissances et des technologies dont nous disposons et faisons tout ce que nous pouvons pour protéger les précieuses ressources en eau douce de la planète, indispensables à notre survie et au développement durable au XXIe siècle.

*   ***   *

For information media. Not an official record.