LE TERRORISME SAPE LES FONDEMENTS MÊMES DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES, DÉCLARE LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL À LA RÉUNION DE LISBONNE

17 June 2002
SG/SM/8267

LE TERRORISME SAPE LES FONDEMENTS MÊMES DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES, DÉCLARE LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL À LA RÉUNION DE LISBONNE

17/06/02
Communiqué de presseSG/SM/8267

LE TERRORISME SAPE LES FONDEMENTS MÊMES DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES, DÉCLARE LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL À LA RÉUNION DE LISBONNE

On trouvera ci-après le texte d’un message du Secrétaire général, M. Kofi Annan, dont le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques, M. Danilo Turk, a donné lecture à la Conférence de haut niveau sur la prévention et la répression du terrorisme que l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a organisée à Lisbonne le 12 juin :

L’ampleur des attentats terroristes du 11 septembre de l’année dernière a amené la communauté internationale à coordonner la lutte contre le terrorisme dans le cadre d’un effort international sans précédent.

Les organisations internationales et régionales ont réagi promptement à ce nouveau défi et la lutte contre le terrorisme figure désormais en bonne place à leur ordre du jour. Il faut maintenant que leurs efforts portent leurs fruits.

La propagation du terrorisme s’attaque aux fondements mêmes de l’Organisation et viole l’esprit de sa Charte. Au fil des ans, l’Organisation s’est dotée d’un solide arsenal juridique pour réprimer le terrorisme dans le cadre de ce qui est une de ses principales attributions, à savoir la codification du droit international : non moins de 12 conventions et protocoles de lutte contre le terrorisme ont été adoptés sous ses auspices. Si l’on veut faire échec à ce fléau, ces instruments doivent bien sûr être strictement respectés et appliqués.

Plus récemment, et en particulier depuis 1999, le Conseil de sécurité a dénoncé le terrorisme international, dans lequel il voit une menace pour la paix et la sécurité internationales. Dans sa résolution 1373 en particulier, il a insisté sur la nécessité de combattre les terroristes et ceux qui les aident, leur donnent asile et les financent. Il a établi un Comité de lutte contre le terrorisme, qui passe actuellement en revue les mesures prises par les États Membres de l’Organisation pour donner effet à ladite résolution. Pour sa part, la communauté internationale se doit d’apporter l’assistance voulue aux États qui en ont besoin pour appliquer la résolution 1373.

S’il est vrai que la communauté internationale doit se montrer inflexible dans son action contre le terrorisme, elle doit aussi accorder une attention scrupuleuse à la manière dont elle livre ce combat. Il ne faudrait pas en effet que la lutte contre le terrorisme mène à l’adoption de mesures incompatibles avec les normes applicables en matière de droits de l’homme. Une telle évolution reviendrait à consacrer la victoire de ceux qui affichent leur mépris de ces droits en ayant recours à la terreur. Quelle meilleure arme, à terme, contre la

terreur qu’un respect accru pour les droits de l’homme, les valeurs démocratiques et la justice sociale. C’est pourquoi les mesures prises pour lutter contre le terrorisme doivent, de leur conception à leur application, être strictement conformes aux obligations internationales que les États ont souscrites en matière de droits de l’homme.

Il ne faudrait pas non plus que la lutte contre le terrorisme qui est actuellement au coeur de l’action de l’Organisation fasse oublier sa mission plus générale et celle d’autres organisations internationales. En effet, ces trois domaines clefs de la mission de l’ONU, tels que le désarmement, le contrôle des armes de destruction massive et la prévention de la criminalité, sont directement liés à la lutte contre le terrorisme.

Cette conférence est une contribution importante aux mesures que la communauté internationale prend dans un esprit de coopération pour être à la hauteur de cette tâche. Je vous souhaite plein succès dans vos travaux.

*   ***   *

For information media. Not an official record.