DECLARATION A LA PRESSE DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE CONCERNANT LE LIBERIA

27 November 2002
SC/7578

DECLARATION A LA PRESSE DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE CONCERNANT LE LIBERIA

27/11/2002
Communiqué de presseSC/7578

                                                            AFR/524

DECLARATION A LA PRESSE DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE CONCERNANT LE LIBERIA

Vous trouverez ci-après la déclaration faite à la presse le 26 novembre par le Président du Conseil de sécurité, M. Wang Yingfan (Chine):

Les membres du Conseil de sécurité ont tenu des consultations officieuses le 25 novembre 2002, en application du paragraphe 20 de la résolution 1408 (2002), par lequel le Conseil a décidé d’examiner tous les six mois les mesures imposées contre le Libéria.

Les membres du Conseil ont examiné le rapport du Comité créé en application du paragraphe 14 de la résolution 1343 (2001), le rapport du Groupe d’experts sur le Libéria (S/2002/1115), conformément au paragraphe 16 de la résolution 1408 (2002) et le rapport du Secrétaire général (S/2002/1183) en application du paragraphe 11 de la résolution 1408 (2002).

Les membres du Conseil ont déploré que le gouvernement du Président Taylor continue à violer les sanctions, y compris en important des armes, au mépris de l’embargo sur les armes et n’ait pas satisfait aux demandes faites par le Conseil de sécurité dans sa résolution 1343.

Les membres du Conseil ont tenu des débats exhaustifs, portant notamment sur l’importance des progrès réalisés en Sierra Leone et leurs incidences sur les sanctions actuelles, sur le fait de savoir si les sanctions avaient l’effet souhaité, sur les indications selon lesquelles les sanctions continueraient d’être violées, sur les perspectives d’amélioration de l’actuel régime des sanctions et la manière de faire en sorte qu’il demeure ciblé.

Les membres du Conseil ont noté qu’il avait déjà été fait suite à certaines des recommandations proposées dans le rapport du Groupe d’experts et demandé que le Comité applique les recommandations que le Conseil avait avalisées au cours de la matinée. Ils ont également constaté que l’interdiction de vendre et de fournir des armes et du matériel connexe au Libéria, imposée en vertu du paragraphe 5 de la résolution 1343 (2001), et prolongée en vertu du paragraphe 5 de la résolution 1408 (2002), s’applique à tout destinataire au Libéria, y compris tous les acteurs non étatiques tels que le LURD (Liberians United for Reconciliation and Democracy).

Les membres du Conseil ont fait connaître leur intention de renouveler le mandat du Groupe d’experts pour une nouvelle période.

Les membres du Conseil ont également noté que le Groupe d’experts a constaté dans son rapport que les sanctions avaient eu des incidences négligeables sur la situation humanitaire au Libéria. Ils ont regretté que le Gouvernement libérien se serve des sanctions comme prétexte pour ne pas améliorer les services ou effectuer des réformes. À cet égard, ils ont prié instamment le Gouvernement libérien d’affecter les ressources dont il dispose aux crises humanitaires au Libéria. Ils ont également demandé à la communauté internationale d’aider le Libéria à empêcher que la crise humanitaire empire.

Les membres du Conseil ont renouvelé leur appel au Gouvernement libérien pour qu’il fasse effectuer des audits indépendants des recettes provenant de la filière bois et du transport maritime et veille à ce que ces recettes soient uniquement utilisées à des fins sociales, humanitaires et de développement, comme le Conseil de sécurité l’a demandé au paragraphe 10 de sa résolution 1408 (2002).

Les membres du Conseil ont décidé que le Conseil de sécurité doit continuer à s’occuper du Libéria et de sa population. À cet égard, ils sont également convenus de décrire plus en détail une approche globale de la situation du Libéria et de la sous-région, et ont réaffirmé qu’ils appuyaient les initiatives régionales prises entre autres dans le cadre du Processus de Rabat sous l’égide de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et du Groupe de contact international récemment constitué, en vue d’oeuvrer vers le rétablissement de la paix et de la stabilité dans la sous-région de l’Union du fleuve Mano.

Les membres du Conseil vont préparer une déclaration présidentielle concernant une stratégie d’ensemble relative au Libéria. Ils continueront à suivre de très près la situation au Libéria.

*   ***   *

For information media. Not an official record.