LE MEILLEUR REMPART CONTRE LE TERRORISME EST LA CREATION D’UNE SOCIETE MONDIALE REPOSANT SUR DES VALEURS COMMUNES, DECLARE IBRAHIMA FALL

17 October 2001
SG/SM/7999

LE MEILLEUR REMPART CONTRE LE TERRORISME EST LA CREATION D’UNE SOCIETE MONDIALE REPOSANT SUR DES VALEURS COMMUNES, DECLARE IBRAHIMA FALL

17/10/2001
Communiqué de presseSG/SM/7999

                                                            AFR/344

LE MEILLEUR REMPART CONTRE LE TERRORISME EST LA CREATION D’UNE SOCIETE MONDIALE REPOSANT SUR DES VALEURS COMMUNES, DECLARE IBRAHIMA FALL

Le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques s’exprimait au Sommet

des chefs d’Etat et de gouvernement sur le Pacte africain contre le terrorisme

Vous trouverez ci-après le message du Secrétaire général, lu par M. Ibrahima Fall, Sous-Secrétaire général aux affaires politiques, lors du Sommet des chefs d’État et de gouvernement sur le Pacte africain contre le terrorisme à Dakar, les 16 et 17 octobre :

C'est avec un très grand plaisir que je vous adresse à tous mes salutations chaleureuses à l'occasion de ce Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement sur le Pacte africain contre le terrorisme.

Je me réjouis qu'à l'initiative du Président Wade, les dirigeants africains aient décidé de réfléchir ensemble aux mesures à prendre pour éliminer le fléau du terrorisme, et d'examiner un Pacte africain contre le terrorisme.   J'espère que cette réunion sera aussi l'occasion de souligner la nécessité urgente de ratifier et, surtout, d'appliquer toutes les conventions existantes relatives au terrorisme international, y compris la Convention sur la prévention et la lutte contre le terrorisme, adoptée par l'Organisation de l'unité africaine en 1999.

Il ne fait aucun doute que nous devons opposer au terrorisme une action énergique et élaborer une stratégie globale à long terme, afin de vaincre ce fléaudont l'Afrique elle-même a été victime, lors des attentats cruels de Nairobi et de Dar es Salaam en 1998.  Toutefois, nous devons veiller à ce que notre action ne crée pas de divisions entre les peuples de religion ou de culture différentes, ni ne polarise le monde en camps mutuellement hostiles, riches contre pauvres, ou Nord contre Sud. 

Cette lutte, qui nous préoccupe à juste titre, ne doit pas non plus nous amener à négliger nos autres tâches.  Il ne faut pas que nous revenions en arrière par rapport aux engagements que vous et vos pairs - chefs d'Etat et de gouvernement - avez pris il y a un peu plus d'un an dans la Déclaration du millénaire.  La lutte contre le terrorisme ne peut pas servir de subterfuge pour relâcher les efforts menés pour mettre fin aux conflits, et vaincre la pauvreté et la maladie, comme elle ne peut pas être une excuse pour saper les fondements de l'état de droit que sont la bonne gouvernance, et le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

                                       - 2 -                    SG/SM/7999

                                                                AFR/344

                                                                17 octobre 2001

La lutte à long terme contre le terrorisme exige que nous nous battions sur tous ces fronts.  Le meilleur rempart contre ces actes odieux est, en effet, la création d'une société mondiale reposant sur des valeurs communes de solidarité, de justice sociale et de respect des droits de l'homme.   

L'Organisation des Nations Unies peut fournir ce cadre de valeurs communes, où forger les partenariats nécessaires à la réalisation de tous ces objectifs.  Pour ma part, je tiens à vous assurer que je ne ménagerai aucun effort pour faire en sorte que l'Afrique n'ait pas à supporter la part la plus lourde du contrecoup économique des attaques terroristes du 11 septembre. 

Je souhaite plein succès à vos débats et attends avec intérêt les résultats de votre Sommet.

*   ***   *

For information media. Not an official record.