DECLARATION A LA PRESSE DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE SUR LA SITUATION EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

12 October 2001
SC/7171

DECLARATION A LA PRESSE DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE SUR LA SITUATION EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

12/10/2001
Communiqué de presseSC/7171

DECLARATION A LA PRESSE DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE

SUR LA SITUATION EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Vous trouverez ci-après la déclaration faite hier à la presse par le Président du Conseil de sécurité M. Richard Ryan (Irlande), concernant la situation en République démocratique du Congo :

Les membres du Conseil se félicitent de l'ouverture du dialogue intercongolais le 15 octobre et réitèrent leur plein soutien au Facilitateur, Sir Ketumile Masire, et à l'équipe de la facilitation. Ils appellent toutes les parties congolaises, auxquelles participent des représentants de la société civile, à s'entendre pour permettre le succès du dialogue, dans un esprit de consensus.

Les membres du Conseil se félicitent des progrès accomplis dans le cadre du dialogue à ce jour et rappellent que l'étape la plus importante du dialogue est encore à venir. A cet égard, les membres du Conseil encouragent les participants à entretenir "l'esprit de Gaborone".

Les membres du Conseil encouragent les donateurs à continuer de soutenir le Facilitateur et à accélérer le décaissement des fonds.

Les membres du Conseil sont gravement préoccupés par la recrudescence des hostilités dans l'est de la RDC. Au moment où le processus de paix entre dans une nouvelle phase, avec le démarrage du dialogue intercongolais, les membres du Conseil appellent toutes les parties au conflit à faire preuve de retenue sur le plan militaire. A cet égard, ils appellent tous les pays de la région, en particulier le Gouvernement de la RDC, à cesser toute forme de soutien aux groupes armés dans l'est du pays.

Les membres du Conseil appellent une nouvelle fois le Rwanda et toutes les autres forces étrangères, eu égard en particulier à la situation dans l'est de la RDC, à commencer sans délai leur retrait du territoire de la RDC, en conformité avec l'Accord de cessez-le-feu de Lusaka et les résolutions du Conseil de sécurité. Ils appellent toutes les forces étrangères à ne pas renforcer leurs contingents militaires en RDC. Ils appellent le RCD à démilitariser Kisangani, comme l'exigent les résolutions du Conseil de sécurité. A cet égard, ils appellent le Gouvernement du Rwanda à exercer son influence dominante sur le RCD pour obtenir la démilitarisation de Kisangani.

Les membres du Conseil sont également gravement préoccupés par l'aggravation de la situation humanitaire et des droits de l'homme, en particulier dans l'est de la RDC.

                                        - 2 -                  SC/7171

                                                               12 octobre 2001

Les membres du Conseil sont préoccupés par l'exploitation illégale des ressources naturelles de la RDC. Ils expriment leur soutien aux travaux du Groupe d'experts chargé par le Secrétaire général d'étudier cette question et soulignent l'importance qu'ils attachent aux conclusions qui apparaîtront dans le rapport final devant prochainement être soumis au Conseil.

Les membres du Conseil appellent les signataires de l'Accord de Lusaka, en particulier les Gouvernements de la RDC et du Rwanda, à s'entendre sur le cadre politique du processus de DDRRR, de façon à ce que celui-ci puisse s'engager sans délai sur une base volontaire. Ils estiment encourageante la décision du Gouvernement de la RDC d'amorcer le processus avec les personnes cantonnées à Kamina et l'encouragent activement à faire avancer ce processus en coopération avec la Monuc, y compris à travers d'autres visites à Kamina par des équipes d'évaluation de la Monuc. La Monuc doit avoir accès à Kamina.

Les membres du Conseil attendent avec intérêt le prochain rapport du Secrétaire général sur la situation en RDC et sur le rôle de la Monuc. Ils rappellent qu'ils sont prêts à fournir les efforts nécessaires en appui au processus de paix, mais notent qu'il appartient en premier lieu aux parties elles-mêmes de mettre en place les conditions nécessaires, en particulier le respect des dispositions de l'Accord de Lusaka et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.

Les membres du Conseil réaffirment leur fort soutien au retrait de toutes les forces étrangères, au DDRRR des groupes armés et au dialogue intercongolais.

*   ***   *

For information media. Not an official record.