UNIS PAR LES MEMES IDEAUX, LES ATHLETES OLYMPIQUES ET L'ONU PEUVENT FORMER UNE EQUIPE GAGNANTE, DECLARE KOFI ANNAN

31 August 2000
SG/SM/7523

UNIS PAR LES MEMES IDEAUX, LES ATHLETES OLYMPIQUES ET L'ONU PEUVENT FORMER UNE EQUIPE GAGNANTE, DECLARE KOFI ANNAN

31 août 2000

Communiqué de PresseSG/SM/7523

UNIS PAR LES MEMES IDEAUX, LES ATHLETES OLYMPIQUES ET L'ONU PEUVENT FORMER UNE EQUIPE GAGNANTE, DECLARE KOFI ANNAN

20000831

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général, M. Kofi Annan, aux XXVIIe Jeux Olympiques qui doivent se tenir à Sydney en Australie du 15 septembre au 1er octobre 2000 :

Au nom de l’Organisation des Nations Unies, je souhaite le plus vif succès aux Jeux de la XXVIIe Olympiade.

Les Jeux olympiques montrent notre humanité commune sous son jour le meilleur. Venus de quasiment partout, rassemblés sans distinction de race, d’appartenance ethnique, de langue, de religion, de sexe ou de nationalité, les athlètes – à titre individuel ou au sein d’une équipe – atteindront de nouveaux sommets, marqueront de nouveaux records et donneront au monde une leçon d’entente internationale. Les Jeux constituent une véritable célébration de l’humanité.

Les idéaux olympiques sont également ceux de l’Organisation des Nations Unies : tolérance, égalité, fair-play et, surtout, paix. Ensemble, les Jeux et l’Organisation peuvent former une équipe gagnante. Mais la victoire ne sera pas facile. La guerre, l'intolérance et le dénuement sont loin d'avoir disparu de la surface de la terre. Nous devons nous battre. Tout comme les athlètes s’efforcent d’atteindre des records mondiaux, nous devons lutter pour la paix dans le monde.

C’est pourquoi je me réjouis que le Comité international olympique ait renoué avec l’antique tradition grecque de la Trêve olympique, en réclamant que les hostilités cessent pendant les Jeux. Je me joins à l’Assemblée générale des Nations Unies pour exhorter tous les combattants à observer cette trêve. C’est peut-être utopique. Mais, comme n’importe quel athlète vous le dira, tout commence toujours par un rêve.

On s’intéresse de plus en plus à la force de persuasion du sport en tant qu’instrument de promotion d’une culture de paix. Le Comité international olympique a organisé sur le sujet une série de tables rondes régionales et l’Association des comités nationaux olympiques s’est penchée sur la question cette année. Une autre initiative heureuse est la création, en Grèce, du

Centre international pour la Trêve olympique sous les auspices du Comité international olympique. D’ailleurs, ceux qui sont résolus à exceller sur le plan sportif semblent tout aussi enchantés à l’idée de servir ensemble la cause de la paix grâce au sport qu’ils le sont à celle de remporter une épreuve sportive.

Ce sont là un état d’esprit et une ardeur dont l’Organisation se félicite vivement. Je tiens à rendre hommage au Comité international olympique, au Gouvernement australien, au Comité d’organisation pour les Jeux olympiques de Sidney, aux comités olympiques nationaux et à tous ceux qui ont mis leurs efforts au service de la Trêve olympique et des Jeux. Profitons tous maintenant de ce spectacle enthousiasmant et veillons à soutenir l’élan de paix et de bonne volonté qu’il suscite de manière aussi admirable.

* *** *

For information media. Not an official record.