UNITED NATIONS POPULATION INFORMATION NETWORK (POPIN)
UN Population Division, Department of Economic and Social Affairs,
with support from the UN Population Fund (UNFPA)

94-09-07: Statement of Benin, H.E. Mr. Robert Tagnon

ISO: BEN

 

************************************************************************

The electronic preparation of this document has been done by the Population

Information Network(POPIN) of the United Nations Population Division in

collaboration with the United Nations Development Programme

************************************************************************

 AS WRITTEN





     CONFERENCE INTERNATIONALE

     SUR LA POPULATION ET LE DEVELOPPEMENT,





     5 - 13 septembre 1994



                                 *******



                 INTERVENTION DE SON EXCELLENCE M. ROBERT TAGNON,

              MINISTRE DU PLAN ET DE LA RESTRUCTURATION ECONOMIQUE,



                     CHEF DE LA DELEGATION DU BENIN





Caire,le 07 septembre 1994



 - Monsieur le President,

 - Excellences, Mesdames et Messieurs les Chefs de delegation,

 - Honorables Delegues.



     Je ne saurais intervenir dans cet important debat au nom du Benin sans

rendre un hommage sincere et respectueux au President Mohamed Hosni MOUBARAK,

cet illustre Chef d'Etat Arabe et Africain, qui n'a menage aucun effort

politique, diplomatique, psychologique et financier pour permettre la tenue au

Caire de la Conference sur la Population et le Developpement.



     La tres remarquable allocution qu'il a prononcee a l'ouverture de la

session participe de son souci de faire de cette Conference un grand succes.



     La Delegation du Benin que j'ai l'honneur de conduire dans ce haut lieu

de l'histoire se rejouit de voir votre Excellence presider les travaux de la

Conference Internationale sur la Population et le Developpement (CIPD). Votre

riche experience d'Homme d'Etat et vos qualites humaines personnelles

constituent un gage certain pour le succes de cette Conference.



     Qu'il me soit permis d'adresser au nom de ma delegation et en mon nom

propre, tous mes remerciements au Gouvernement et au peuple frere et ami

d'Egypte pour la chaleur de l'accueil qui nous a ete reserve et toutes mes

felicitations aux organisateurs de cette Conference, en particulier au Docteur

NAFIS SADICK, Secretaire General de la Conference et a toute l'equipe du

Secretariat de la Conference pour les efforts deployes en vue de creer les

conditions optimales pour la reussite de la CIPD.



 Monsieur le President,  Honorables Delegues



     Le probleme de demographie dans le monde est un de ceux qui soulevent des

passions dans les rangs des analystes ou des specialistes du developpement

dans le Tiers-Monde comme chez les moralistes. Ici, comme dans bien des

domaines, la science et les chiffres qu'elle sollicite pour sa demonstration

occultent volontiers des prejuges ideologiques ou des peurs qui ne s'avouent

pas. Par ailleurs, la raison morale et religieuse cree des blocages qui

empechent parfois de prendre en compte de facon sereine et realiste la force

des faits et leur resistance.



     Face donc a un probleme aussi preoccupant et delicat que celui de la

population et de ses consequences dans le monde et plus particulierement en

Afrique, la reflexion doit s'efforcer de prendre en compte tous les parametres

susceptibles d'ouvrir la voie a un avenir raisonnable, sans courir le risque

d'hypothequer aucune valeur primordiale. En effet, toute politique de

programmation de population implique l'action de plusieurs instances dont les

preoccupations si louables soient-elles ne sont pas toujours convergente. Il

faut ecouter a la fois: la raison politique des Etats, le choix des

economistes, les populations dont les opinions varient suivant les pays et

leur evolution, l'influence de la morale religieuse, les exigences et les

problemes ecologiques.



     Beaucoup de progres ont ete accomplis a travers le monde depuis les

conferences de Bucarest en 1974 et de Mexico en 1984: tous les gouvernements

et la societe civile ont pris conscience de l'importance de la dynamique

demographique pour la realisation des objectifs de developpement durable. Le

nombre remarquable d'Organisations Non Gouvernementales (ONG) qui participent

a la reunion du Caire est une illustration de la mobilisation de l'opinion

autour des questions de population.



 Monsieur le President,



     l'examen du projet de plan d'action soumis a notre approbation, inspire a

ma delegation quelques commentaires sur les chapitres relatifs:



     - aux liens reciproques entre population, croissance economique soutenue

et developpement durable;



     - aux droits en matiere de procreation, sante en matiere de reproduction

et planification familiale.



     En ce qui concerne les liens reciproques entre population, croissance

economique soutenue et developpement durable, le probleme est de savoir

comment associer evolution demographique et developpement sans provoquer des

peurs ou des crispations, ni imposer des conditionnements qui offrent des

semblants de reponses, mais induisent des effets pervers a long terme.



     Essayons donc de voir d'abord comment les uns et les autres posent le

probleme a partir de leurs premisses; puis etudions la situation telle que

nous croyons devoir l'analyser en Afrique; enfin nous tenterons quelques voies

de solutions.



 Monsieur le President,



     L'etat de la population mondiale presente en 1994 par le Fonds des

Nations Unies pour la Population indique que "le Monde, qui comptait 5,66

milliards d'habitants en juin 1994, devrait en compter 6 milliards d'ici a

1998. L'essentiel de cet accroissement a lieu en Asie, en Afrique et en

Amerique Latine ".



     Nous nous limiterons ici au continent africain ou se trouvent la plupart

des pays les plus pauvres de la planete. Avec un taux de 2,9 % par an,

l'Afrique est la region du monde qui connait l'accroissement demographique le

plus rapide.



     Monsieur le President,



     Il est affirme aujourd'hui que "dans les 55 pays les plus pauvres,

d'importants progres ont ete realises au cours des 25 dernieres annees; ils se

sont traduits par un accroissement de l'esperance de vie qui est passe de 53 a

62 ans, et par une diminution de la mortalite infantile".



     Le developpement des rapports de cooperation entre pays developpes et

pays en developpement a favorise dans les pays africains l'emergence d'une

economie monetaire et moderne dans un environnement ou predominent toujours

des comportements et des modes de production de type traditionnel a faible

productivite. Cette situation, combinee avec l'accroissement de la population,

la depreciation continue des cours des produits de base et l'augmentation du

fardeau de la dette qui en a resulte, a contribue a accentuer la pauperisation

de nos societes.



     Pour les economistes et les demographes, l'equation, plutot que de

prendre en compte tous les parametres que nous venons d'enumerer, se reduit a:



     demographie explosive + faible croissance = accroissement de la pauvrete

     et donc du sous-developpement.



     Des lors, la solution preconisee est celle d'une planification

demographique rigoureuse qui prend appui sur le controle des naissances et

dont l'axe principal est la femme dont on voudrait, par tous les moyens, y

compris l'avortement, limiter la fecondite. Dans cette perspective, la fin qui

est la limitation sure des naissances justifie les moyens que l'on voudrait

drastiques pour etre efficaces.



     Or, il nous faut constater et admettre, que malgre l'evidence souvent

affirmee des liens entre population, croissance economique soutenue et

developpement durable, ces liens ne sont generalement pas explicites. C'est

pourquoi la question de l'integration de la variable population dans les plans

de developpement demeure une preoccupation majeure pour mon pays.



 Monsieur le President, Honorables Delegues,



     Il serait insense de ne pas prendre au serieux les craintes des

organismes specialises des Nations Unies qui alertent, avec raison, les Etats

et les pouvoirs publics. Ils ont le devoir d'inviter a une vigilance

protectrice de la sante du monde. Mais on ne peut aider telle ou telle partie

du monde a s'assurer un equilibre economico-socio-politique que si l'on

s'efforce d'assumer la totalite de son histoire afin que le remede propose ne

genere pas un mal plus grand.



     Pour eclairer notre analyse, trois considerations paraisssent devoir etre

prises en compte:



     - la population actuelle de l'Afrique au regard de l'etendue de ce

Continent;



     - l'importance historique des concentrations humaines dans le progres des

Nations;



     - le danger d'une "urbanisation sauvage" en Afrique



Monsieur le President,



     Beaucoup de gens ignorent, ou font semblant d'ignorer, que l'Afrique est

un Continent tragiquement sous-peuple et qu'une part non negligeable de sa

lethargie actuelle est due a cette donnee. En prenant chaque pays africain,

avec ses limites et ses richesses potentielles, il apparait de toute evidence

que la plupart des Etats en Afrique souffrent d'un reel sous-peuplement.



     Il existe certes quelques poches de peuplement assez dense dont le niveau

est comparable a celui de certains pays developpes. C'est le cas de quelques

rares pays dont la situation peut d'ailleurs contribuer a nourrir la reflexion

puisqu'elle nous permet de voir combien les autres pays sont si sous-peuples.



     Mais la question qui preoccupe notre Conference est bien plus complexe et

ne peut se limiter au seul probleme de rythme de croissance ou d'effectif de

la population. La maitrise de ces aspects rassure peut-etre mais nous ne

devons pas oublier que, dans la plupart des regions de notre continent, le

niveau de densite de peuplement economiquement utile est loin d'etre atteint

et que le veritable probleme auquel l'Afrique doit faire face peut etre

synthetise en trois points:



     l'amelioration de la qualite des ressources humaines capables de

promouvoir le developpement local. Dans ce cadre, il importe de definir et

d'executer des programmes de formation compatible avec l'environnement

socio-economique national et qui ne debouche pas, comme c'est souvent le cas

actuellement, sur la formation massive de chomeurs, d'actifs incapables de se

prendre en charge et d'impulser le developpement;



     - la definition d'une strategie de developpement capable de susciter

l'adhesion et la participation effective de toutes les couches de la

population;



     - la democratisation du pouvoir politique en vue de garantir les libertes

individuelles, le respect des droits de l'homme et la paix.



     En effet ma delegation a la conviction que si la priorite n'est pas

donnee a ces trois elements que je viens d'enumerer, si les relations

internationales ne sont pas empreintes de plus d'equite et d'esprit de

solidarite, meme avec une croissance demographique nulle ou negative, il n'y

aura pas une amelioration du bien etre de la population africaine.



Monsieur le President,



     L'experience montre que les espaces de grande fecondite culturelle et

d'inventivite dans le monde sont aussi des espaces de fortes populations parce

que la lutte pour la survie et les conflits sociaux qui en decoulent peuvent

etre des facteurs de progres.



     Ainsi l'Europe, riche et creatrice, est aussi une terre de grande

concentration humaine. Et si les pays d'Europe se detournent quelque peu de

l'Afrique pour se tourner vers l'Asie, c'est parce que precisement celle-ci,

c'est-a-dire l'Asie, constitue un immense marche.



     Et c'est ici,



 Monsieur le President, Honorables Delegues,



     C'est ici que je sollicite de la Communaute internationale qu'il soit

fait de la situation demographique en Afrique une lecture historique et

economique.



     L'Afrique est un Continent qui a ete sans cesse saigne au cours d'une

tres longue histoire par les multiples traites negrieres et elle est le seul

Continent a avoir connu un si triste privilege.



     La question qui s'est posee depuis longtemps et que l'on devrait se poser

encore aujourd'hui est de savoir si ce deficit de population ne conduit pas

aussi a une faiblesse dans la production economique.



     Nous ne voulons pas dire que le retard de l'Afrique est du uniquement et

exclusivement a ce facteur historique et a son sous-peuplement actuel; mais

nous voulons tout simplement indiquer le danger qu'il y aurait a accentuer

cela par une limitation deraisonnable de sa population.



     L'Afrique est-elle vraiment incapable d'accueillir et de nourrir plus de

population quand on y regarde de pres, en l'aidant reellement la ou on le doit

et comme il convient ?



 Monsieur le President,



     Le vrai probleme africain qui merite grande attention, des analyses

approfondies et des solutions reflechies et courageuses, c'est l'urbanisation

anarchique du continent. Une forte minorite quasi improductive des

populations, qui veut adopter un mode de vie moderne et qui met en danger

l'ecosysteme, se concentre dans les villes.



     Dans ce domaine, la mutation est brusque et ne s'accompagne, presque

nulle part, d'une urbanisation programmee et planifiee de maniere consequente.

Maladie, manque d'hygiene, absence de protection sociale, deficit d'eau

potable, defaut d'electricite,... tout se concentre dans et autour du

perimetre urbain ou dans des megapoles qui vident les campagnes et les

epuisent. Les villes africaines se gonflent sans cesse, mais sont incapables

de produire des richesses correspondant a cet accroissement de population.



     Une ville comme Cotonou compte plus du dixieme de la population du Benin,

mais elle est loin de creer des richesses correspondantes.



     Les villes africaines sont de vraies poudrieres. C'est la que se situent

les vrais problemes demographiques actuels du Continent. La solution a ce

probleme est autrement plus difficile que la mise en oeuvre d'une politique de

planification familiale. Il s'agit de contenir le developpement anarchique des

villes africaines et, le cas echeant, de leur assurer un urbanisme digne de ce

nom.



     Nous ne nions pas qu'en l'etat actuel des choses, une surpopulation

incontrolee expose l'Afrique a un plus grand appauvrissement. Mais la solution

ne saurait etre seulement malthusienne. Car, s'il est vrai que nous ne pouvons

continuer a faire en Afrique des enfants que nous laisserons mourir de faim,

nous ne pouvons non plus laisser aux generations futures un Continent toujours

impuissant, parce que sans bras et tetes createurs.



     A notre avis, tant qu'on n'attaquera pas le probleme de population sous

son vrai jour et qu'on continuera de se laisser conditionner par des reflexes

de peur, on court le risque de s'enfermer dans le cercle vicieux des equations

mathematiques qui voient la spirale des chiffres continuer de croitre.



     Au Benin, a la faveur de la democratie restauree, la promotion des ONG,

le developpement des mouvements de femmes et la rehabilitation d'une societe

civile responsable constituent un ferment determinant pour un debat national

sur les questions de population.



     Ainsi, le Benin a engage depuis quelques annees une strategie fondee sur

les consultations locales a propos des questions de population, consultations

qui devraient le conduire a la definition d'une politique de population d'ici

a 1995.



     Plusieurs journees de reflexion ont deja eu lieu dans ce cadre et ont

reuni les representants des differentes couches de la societe au niveau local

pour debattre des principales questions de population. En attendant

l'aboutissement de toutes les consultations prevues, il se degage deja des

premieres, que le defi de la croissance demographique et du developpement

durable est beaucoup plus celui de la pauvrete et de l'ignorance que celui du

nombre d'individus. Car, comme l'a si justement dit le Directeur General de

l'OMS, "les etres humains representent une chance et une ressource pour

l'avenir, si la possibilite leur est donnee d'accomplir leur potentiel". C'est

pourquoi au Benin, les solutions que nous nous efforcons de mettre en oeuvre

privilegient entre autres:



     1- l'amelioration de la productivite en milieu rural et la

diversification de la production agricole. En effet, bien que le Benin soit

autosuffisant sur le plan alimentaire, les methodes culturales pratiquees

aujourd'hui par nos paysans sont celles de cultures extensives qui detruisent

le couvert forestier;



     2 - le desenclavement des zones de production pour favoriser la libre

circulation des produits agricoles a l'interieur du territoire national;



     3 - la promotion de la famille. Dans ce cadre, mon gouvernement vient

delaborer un code de la famille et des personnes qui sera bientot soumis au

Parlement; Afin de promouvoir l'integration de la femme au processus de

developpement, le Benin a cree une Commission Nationale pour l'Integration de

la femme au developpement. Nous avons egalement mis au point, avec l'aide de

l'UNICEF un programme national en faveur de la femme et de l'enfant qui marque

la volonte de mon pays d'accorder une attention particuliere a cette categorie

de notre population.



     4 - le renforcement des programmes de sensibilisation et d'education sur

les liens entre la dynamique demographique et le developpement durable;



     5 - la generalisation de l'education des enfants d'age scolaire et des

adolescents a la vie familiale et a l'education sexuelle;



     6 - la recherche d'une meilleure adequation formation-emploi dans la

perspective d'une meilleure promotion de l'auto-emploi par la creation des

Petites et Moyennes Entreprises.



     S'agissant des droits en matiere de procreation, de la sante en matiere

de reproduction et de la planification familiale, la delegation du Benin

estime que le developpement de la planification familiale ne peut se faire

sans une amelioration substantielle du niveau d'education des populations,

notamment celui des femmes. En effet et pour reprendre les propos tenue ici

meme par le Directeur General de l'UNESCO, "l'education c'est la liberation.

Elle ouvre les portes de la paix, de l'equite et de la justice".



     Notre objectif est de faire en sorte que la femme beninoise eduquee

comprenne qu'il est preferable d'utiliser des moyens preventifs pour eviter

les grossesses non desirees plutot que de se trouver dans l'obligation de

chercher a les eliminer. Ainsi, l'adoption de mesures preventives des

grossesses non desirees est non seulement acceptable mais devra etre

encouragee. Cette position de ma delegation est conforme a l'esprit de la

Declaration d'Alma-Ata sur les soins de Sante primaire a laquelle le Benin est

partie prenante.



     Conscient des problemes de sante que posent les grossesses rapprochees,

le gouvernement du Benin a autorise en 1972 les activites de planification

familiale conduites par l'Association Beninoise pour la Promotion de la

famille, ONG affiliee a l'IPPF.



     En 1978, le Benin a souscrit aux soins de sante primaire dont l'une des

composantes est la sante maternelle et infantile y compris la planification

familiale.



     Malgre cette volonte manifeste du gouvernement de reduire la mortalite

infantile et d'ameliorer la sante de la mere et de l'enfant par l'introduction

de la planification familiale, il a ete constate lors de l'evaluation de ce

programme en 1992, un tres faible taux de prevalence contraceptive evalue a

2,5 %. L'evaluation a egalement revele des insuffisances au niveau du volet

information education et communication, de meme qu'au niveau des equipements

et de la formation du personnel charge de mettre en oeuvre le programme de

planification familiale.



     Il decoule de tout ce qui precede que le maitre mot de la politique de

population demeure la sensibilisation, l'information et l'education des

populations. C'est un travail de longue haleine mais il est inconcournable.



 Monsieur le President,



     La delegation du Benin est venue au Caire dans le but d'apporter sa

modeste contribution a la recherche d'un consensus sur les questions pour

lesquelles les avis sont encore partages. La recherche de ce consensus doit

nous conduire a tenir compte des particularites nationales, de maniere a ne

pas imposer a certains pays la vision des problemes de population de quelques

autres. S'il en etait ainsi, cela compromettrait la mise en oeuvre dans

certains pays du Plan d'Action qui sera adopte par notre Conference. Car, les

gouvernements et les ONG ne sont pas les acteurs fondamentaux de l'application

des mesures qui seront retenues mais ce sont plutot les familles, les couples

et les individus. En consequence, nos recommandations doivent etre socialement

acceptables par les populations et leur mise en oeuvre se fonder sur le droit

des individus.



     Pour conclure, permettez-moi, Monsieur le President, de citer une fois

encore le Docteur NAKAJIMA, Directeur General de l'OMS: "Aujourd'hui, au

Caire, nous sommes reunis pour chercher a ameliorer et elargir les

perspectives de developpement pour tous. Qu'il n'y ait aucun malendu. C'est la

pauvrete que nous devons combattre, non pas les pauvres".



     Pour sa part, la delegation du Benin fait sien cet appel du Docteur

NAKAJIMA et souhaite qu'il soit inscrit au fronton de l'edifice que nous

aurons construit au Caire".



     Je vous remercie de votre attention.


For further information, please contact: popin@undp.org
POPIN Gopher site: gopher://gopher.undp.org/11/ungophers/popin
POPIN WWW site:http://www.undp.org/popin