COMITE NATIONAL
DE MISE EN OEUVRE DES DECISIONS ISSUES DE HABITAT II
ALLOCUTION DE SE.M. SEYDOU SY SALL
MINISTRE DE L'URBANISME ET DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE CHEF DE LA DELEGATION DU SENEGAL A LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L'ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES CONSACREE A UN EXAMEN ET A UNE EVALUATION D'ENSEMBLE DU PROGRAMME POUR L'HABITAT
NEW YORK 06 -08 JUIN 2001

Monsieur le Président ;
Honorables Chefs et Membres de Délégation ;
Madame la Directrice Exécutive du CNUEH ;
Distingués Observateurs et Invités ;
Mesdames, Messieurs,

Je voudrais M. le Président, vous exprimer, ainsi qu'à vos distingués collègues du Bureau, les vives félicitations et chaleureux voeux de succès de la délégation sénégalaise, pour votre brillante élection à la tête de la session extraordinaire de l'Assemblée Générale consacrée à l'évaluation d'ensemble du « Programme pour l'Habitat ».

Je voudrais rendre hommage au Secrétaire Général des Nations Unies, Son Excellence Monsieur Kofi ANNAN, et saluer la haute portée de son allocution inaugurate.

La présente session se tient à un moment crucial de la vie des Nations où la plupart des interrogations que se posent les Etats et les populations sur la gestion des établissements humains restent non résolues.

Le Sénégal est conscient de l'importance des acquis d'Istanbul c'est pourquoi, II soutient avec force le CNUEH, en parfait accord avec la position adoptée par le Groupe africain.

Le Sénégal se félicite également de la nomination récente à la tête du CNUEH de Mme Anna TIBAIJUKA, à qui il assure le soutien sans réserve de son Gouvernement.

M. le Président, la délégation sénégalaise apprécie à sa juste valeur l'importance que revêt la présente session. Celle-ci devrait notamment faire prendre conscience à l'humanité de la nécessité cruciale de renforcer le combat contre l'insécurité et la pauvreté.

Car ce sont là, les deux obstacles majeurs à l'édification dune croissance urbaine maîtrisée et à l'amélioration des conditions de vie des populations urbaines.

La politique nouvelle sur les établisements humains définie par Son Excellence Maître Abdoulaye WADE, Président de la République du Sénégal, s'inscrit dans cette perspective. Le renforcement des politiques et des mécanismes, destinés à imprimer au processus de suivi de l'après HABITAT II des orientations majeures, y occupe une place importante.

Aussi, en comptant sur votre compréhension, je souhaiterai, M. le Président, vous faire l'économie des actions engagées, au Sénégal, sur la mile en oeuvre du « Programme pour l'Habitat ».

Je rappellerai d'abord, que le Sénégal s'est doté, au moil de janvier de cette année, dune nouvelle Constitution adoptée après référendum. Dans celle-ci, le droit à la propriété est garanti de manière formelle aussi bien à l'homme qu'à la femme. Toutes les entraves antérieures à ce droit, relevant de la loi ou de la coutume, ont été supprimées. La nouvelle Constitution consacre à la femme le droit d'accéder à la terre, de posséder et de gérer un patrimoine et des biens propres. Elle intègre également les droits des personnes handicapées et des personnel âgées.

Sur un autre plan, un accent particulier y est mil sur le développement des capacités d'organisation des Collectivités locales auxquelles des compétences élargies ont été transférées. Ce qui fait que la gestion quotidienne des établissements humains devrait désormais relever principalement des autorités locales.

Au demeurant, il me plait de rappeler dans l'approfondissement de ce processus de décentralisation, la régionalisation qui est entrée en vigueur depuis 1996. C'est là un jalon décisif dans la recherche de solution au développement harmonieux entre les villes et les zones rurales dans la région et au renforcement de l'économie de celle-ci.

L'adoption dune charte des Collectivités locales telle que formulée par le CNUEH, qui permettrait de fournir davantage d'éclairage aux activités engagées par les autorités locales dans la gestion des établissements humains, devrait pouvoir conforter ces acquis.

Ensuite, M. le Président, afin de répondre aux nombreuses difficultés de coordination que connaissent les intervenants dans le milieu urbain, notre pays vient d'adopter un programme décennal pour lurbanisation de la région de Dakar dans lequel la mise sur pied d'un organe de concertation occupe une place privilégiée.

L'objectif de ce programme décennal, qui s'insère harmonieusement dans le Plan d'Actions adopté cette année par le Gouvernement pour le secteur de l'Urbanisme et de l'Habitat, vise, comme l'a recommandé HABITAT 11, à renforcer linitiative privée, et à favoriser la participation synergique des autorités locales, du secteur privé, des ONGs et des populations.

La production de logements, quant à elle, sera facilitée par les concertations périodiques entre.I'Etat et ses différents partenaires. II est attendu de cette stratégie la production annuelle par les sociétés de promotion et par les coopératives d'habitat, de 12 mille équivalents-logements.

Monsieur le Président, dans le domaine des infrastructures, l'après HABITAT II est marqué par l'intensification de la politique des branchements sociaux. Dans ce domaine, d'importants programmes sont en tours de réalisation.

Ces programmes visent aussi à résorber le déficit en eau de Dakar et des centres secondaires, par la mise sur pied d'un système efficace et performant de distribution de l'eau potable à partir de réseaux modernes et fiables.

Je mentionnerai, Monsieur le Président, la stratégie développée dans la nouvelle politique de restructuration foncière qui vient d'être renforcée par la mise sur pied dune Fondation «Droit à la Ville» chargée de coordonner les actions des différents acteurs intervenant dans ce domaine. Les opérations de restructuration, déjà engagées, permettront de procéder à la régularisation foncière de la situation de plus de 100 mille families et d'améliorer substantiellement les conditions de vie de celles-ci.

Les opérations de restructuration et de régularisation foncière seront poursuivies avec l'appui de la coopération internationale. Elles occuperont un rang prioritaire dans les programmes initiés par les différents acteurs intervenant daps la gestion des établissements humains. L'amélioration des conditions de vie des populations reste une dimension importante de ces opérations et s'insére harmonieusement dans le programme national de lutte contre la pauvreté qui vient d'être mis sur pied grâce au contours précieux du PNUD.

Enfin, Monsieur le Président, dans le souci de conforter les actions engagées dans mon pays, les textes législatifs et régiementaires régissant la gestion du secteur seront adaptés à notre nouvel environnement marqué par la décentralisation. Cette adaptation porte notamment sur le Code de l'Urbanisme dont la révision vient d'être finalisée et sur le Code de la Construction dont l'élaboration se poursuit.

]e vais conclure, M. le Président, en formulant le voeu que ces présentes assises de New York soient la confirmation des engagements pris à ISTANBUL, pour une mobilisation conséquente de ressources en vue d'un aménagement viable des cadres de vie dans les villes et les campagnes.

Monsieur le Président ;
Honorables Chefs et Membres de Délégation ;
Madame la Directrice exécutive du CNUEH ;
Distingués Observateurs et Invités ;
Mesdames, Messieurs,

]e vous remercie de votre attention et réitére solennellement la volonté résolue du Sénégal d'apporter sa contribution à la réalisation du « Programme pour l'Habitat » en vue de promouvoir des établissements humains sûrs, viabies et durables.

Encore une fois, merci de votre bienveillante attention.

Seydou SY SALL