INTERVENTION
DE
S.E.M MOUTARI OUSMANE

 AMBASSADEUR, REPRESENTANT PERMANENT AUPRES DES
SESSION SPECIALS DE L'ASSEMBLEE GENERALS DES NATIONS UNIES SUR LES ETABLISSEMENTS HUMAINS CONSACREE A L'EXAMEN ET L'EVALUATION D'ENSEMBLE DE L'APPLICATION DU PROGRAMME POUR L'HABITAT " ISTANBUL + 5 " New York, 6 - 8
NATIONS UNIES
NEW YORK, LE 8 JUIN 2001


Monsieur le Président,
Honorables Chefs de délégation,
Mesdames, Messieurs,

L'honneur me revient au nom de la délégation de mon pays le Niger, de prendre la parole à cette "Session Spéciale de l'Assemblée Générale consacrée à un examen et une évaluation d'ensemble de l'application du Programme pour l'Habitat" pour vous faire part de la mise en oeuvre dudit programme par mon pays durant les cinq (5) années qui ont suivi la Conférence
d' Istanbul.

Monsieur le Président,

Le rapport national élaboré par mon pays retrace la situation actuelle de l'habitat et des Etablissements Humains au Niger.

Sans entrer dans tons les détails de ce Rapport, permettez moi de vous faire part de certaines actions maj eures réalisées ou en cours de réalisation.

La mesure la plus significative que le Niger a prise et qui est annexée au rapport est celle relative à la politique nationale en matière d'habitat. Adoptée en 1998, soit deux (2) ans après Habita II, à l'issue d'un processus intense ayant vu la participation des secteurs public et privé, la politique nationale de l'habitat du Niger est bâtit autour des six (6) axes stratégiques suivants :

1- les dispositions générales;
2- les mesures législatives et réglementaires;
3- les mesures institutionnelles;
4- le financement de l'habitat;
5- yes mesures opérationnelles;
6-  le domaine technologique.

Ainsi au niveau de l' axe stratégique 1, il est prévu l'élaboration d'un plan national de logement : ce plan est contenu dans le "Programme de construction de 20.000 logements duns les Communes du Niger" dont la recherche de financement est actuellement en cours.

S'agissant de la deuxième stratégie, plusieurs mesures législatives et réglementaires ont été effectivement adoptées et les actions se poursuivent dans ce sens.

Au plan des mesures institutionnelles (3ème stratégie) une restructuration des institutions de financement est actuellement en cours et a déjà permis d'aboutir à la mise en place dune Banque de l'Habitat (CFI et d'un Compte de Mobilisation des Ressources de Soutien à l'Habitat (CMRSH).

Quant aux trois autres axes dont l'exécution se heurte à l'extréme faiblesse des capacités de l'Etat, un soutien financier et technique de la Communauté internationale s'avère plus que jamais indispensable.

C'est la raison pour laquelle rnon pays sollicite le concours des partenaires au développement pour la réussite totale de sa politique de l'habitat, et en particulier l'1DA qui actuellement nous soutient dans le volet relatif à la planification des Etablissements Humains à travers notamment le proj et des Réhabilitation des Infrastructures Urbaines.

Monsieur le Président,

Il y a cinq ans de cela, dans le cadre de son plan d' action à moyen terme 1996 - 2000 contenu dans le "Rapport National du Niger pour Habitat 11" le programme 1 du volet Production gestion foncière de ce plan d' action était consacré à la planification spatiale de villes du Niger : l'objet de ce programme 1 est de concevoir un outil simple de planification urbaine et d'en faire des tests sur certaines villes du Niger. Nous nous réjouissons des résultats de ce programme important que nous aeons pu réussir à mettre en oeuvre grâce au précieux concours de l'IDA.

Le programme 2 relatif au "renforcement de la législation et de la réglementation de l'urbanisme et de la construction" est en cours d' exécution à l' instar de la plupart des programmes de notre plan d'action car il s'agit en réalité d'un processus continu et plusieurs textes ont été adoptés et sont appliqués dans ce domaine.

Tous les programmes contenus Bans les volets I (Production et gestion foncière) et II (Production de logements adaptés) contiennent plusieurs éléments qui font la j onction avec les campagnes mondiales sur la sécurïté d'occupation lancées par le Centre des Nations Unies sur les Etablissements Humains (CHUEH). Le Niger a pris également en compte la question de la sécurité d' occupation à travers la sécurité foncière dans le cadre d'un vaste projet d'attribution de parcelles à quelques 20.000 fonctionnaires soft en moyenne 120.000 personnes.

Monsieur le Président,

Au Niger, la question du financement de l'Habitat nous préoccupe au plus haut point compte tenu des énormes besoins en matiêre de logement qui sont de l'ordre de 40.000 par an et de la faiblesse de nos réponses dues à nos ressources très limitées. C'est pourquoi, le Niger pense qu'il est indispensable de créer dans le cadre du système des Nations Unies un fonds destiné au financement du Programme pour l'Habitat.

En effet, nous ne devons pas oublier que le Sommet du Millénaire a résolu de réussir d'ici 2020 à améliorer sensiblement la vie d'au moms 100 millions d'habitants de taudis conformément à l'initiative "Vines sans taudis ni bidonvilles". Et pour ce faire, la question du financement requiem une attention toute pamiculière, de la part de la Communauté internationale.

Le Niger, même s' il n' a pas formellement de bidonvilles, a des établissements irréguliers qui renferment des taudis et qui sont généralement des anciens quamiers ou des villages gagnés par l'urbanisation.

C'est dans ce sens que le Niger s'est attaqué à la question à travers la restructuration des anciens quartiers tels que celui de Gamkallé à Niamey dont l'étude est achevée : le problème du fmancement des opérations sur le terrain nest pas encore résolu et une requête sera dans ce sens adressée aux organismes du système des Nations Unies.

La situation des établissements ruraux n'a pas n'ont plus été oceultée par notre pays. C'est aïnsi qu'un projet appelé "Programme Spécial 2001 ", initié par Son Excellence Monsieur TANDJA MAMADOU Président de la République est en cours de réalisation.

L'objectif visé par ce projet est d'équiper les villages du Niger de 1000 cases de santé, 1000 puits et 100 barrages par an en vue d'améliorer les conditions de vie des populations rurales et leur permettre d'accroître la production.

Monsieur le Président,

Le fardeau de la dette des pays les rnoins avancés tels que le Niger constitue un gros handicap daps la mire en oeuvre du Programme pour l'Habitat. Il y a lieu d'annuler cette dette et de réoríenter les ressources qui y sont consacrées vets une meilleure application du Programme pour l'Habitat, facteur essentiel de réduction de la pauvreté.

En effet, I'habitat et les établissements humains étant de grands révélateurs de I'état de pauvreté croissante du monde en développement, en particulier des PMA, la eonvertion de cette dette en financement de I'habitat contribuerait à faire reculer la pauvreté.

Avant de clore mon propos, je souhaiterais lancer un appel pour Ie renforcement du Centre des Nations Unies pour les Etablissements Humains car, en plus de son róle traditionnel, nous sommes d'avis que le CNUEH doit être mis à l'avant garde de la lutte contre la pauvreté. Par conséquent des ressources conséquentes doivent étre miser à sa disposition pour aider les pays en développement dans la mire en oeuvre efficace du Programme pour l'Habitat.

Je vous remercie.