VINGT-CINQUIEME SESSION EXTRAORDINAIRE
DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
CONSACRÉE
A UN EXAMEN ET A UNE EVALUATION D'ENSEMBLE
DE L'APPLICATION DES DECISIONS
DE LA CONFERENCE DES NATIONS UNIES
SUR LES ÉTABLISSEMENTS HUMAINS (HABITAT II)

INTERVENTION DE
M. JOSEPH OLIVA FRANKLIN
DIRECTEUR GENERAL DE L'OFFICE NATIONAL
D'ASSURANCE VIEILLESSE (ONA).

New York
le 7 Juin 2001





Monsieur le Président,

Avec l'essor des politiques de logements sociaux, surtout dans le contexte de la modernisation, les établissements humains doivent constituer une priorité à côté des politiques de santé et d'éducation. En Haïti, Habitat II a donné au secteur Habitat-logement une impulsion telle que l'Etat en a fait l'objet dune nouvelle politique.

Aujourd'hui, dans le contexte général de mondialisation et de libéralisation de l'économie et de l'information, et de décentralisation accrue de la vie sociale et politique, cette session extraordinaire nous donne l'occasion de réaffirmer nos engagements en faveur du Programme pour l'habitat et notre détermination commune à décider des mesures et initiatives à prendre pour le rendre opérationnel.

Depuis Istanbul, de vigoureux efforts ont été déployés par Haïti. Toutefois, de sérieux goulots d'étranglement entravent encore nos démarches.

Monsieur le Président,

Chez nous, les grands problèmes du secteur restent et demeurent :

Ces problèmes trouvent leurs racines tout particulièrement dans : Monsieur le Président,

Dans le cadre de la résolution de ces problèmes et de la mise en oeuvre d'Habitat II, l'Etat haïtien, avec l'aide du CNUEH et du PNUD, a décidé de former une Commission intersectorielle sur l'Habitat chargée d'élaborer une politique de l'Habitat et du Logement. Cette politique, présentée en mai 1997, vise à juguler la crise en matière d'établissements humains en vue d'un meilleur équilibre entre les exigences du développement économique, la protection de l'environnement et l'amélioration de vie des couches les plus pauvres de la population.

Dans la foulée des réalisations gouvernementales visant à la mise en oeuvre de cette politique, il convient de citer:

Des initiatives mettant à contribution le dynamisme d'autres acteurs et destinés à sensibiliser le grand public et à mobiliser les ressources, méritent d'être signalées, telles Monsieur le Président,

Avec l'arrivée au pouvoir, le 7 février 2001, du Président Jean Bertrand Aristide, les actions du nouveau gouvernement au niveau du secteur s'annoncent sous le signe de la continuité. Les grands programmes envisagés concernent les routes, les ports et aéroports, le transport, l'énergie, les communications et le logement.

A cet égard, le gouvernement entend entre autres :

L'action portera aussi sur des programmes de réhabilitation des bidonvilles. Le milieu rural ne sera pas négligé.

Une attention spéciale sera accordée à la construction de complexes administratifs dans les communes et sections communales, à la restauration des bâtiments historiques et à l'équipement moderne des bureaux publics.

Monsieur le Président,

La croissance urbaine désordonnée aura de plus en plus de répercussions directes pour la majorité de la population au niveau de la santé, de l'éducation et de la sécurité publique. Elle provoquera de nouvelles formes de marginalisation économique et sociale menaçant ainsi la stabilité du système démocratique. Bientôt, en 2004, la République d'Haïti célébrera le bicentenaire de son indépendance. Les défis à relever sont immenses.

Pris au piège avec une économie à faibles revenus qui sape nos efforts à améliorer notre politique économique et éradiquer la pauvreté, face à nos besoins énormes d'investissement, dûs à son manque choquant dans les infrastructures physiques, dans la formation des ressources humaines, dans la santé et dans le maintien d'un service civil efficace, nous comptons grandement sur nos partenaires en vue d'améliorer nos perspectives d'avenir pour le bonheur de la population haïtienne, particulièrement les catégories sociales les plus vulnérables que sont les femmes, les enfants et les démunis.

Puissent les Etats membres et tout le système des Nations Unies prendre acte des efforts déjà consentis et accompagner Haïti dans sa détermination à faire face aux nombreuses difficultés qui jalonnent le chemin de son développement !

Merci Monsieur le Président.