ALLOCUTION

DE SON EXCELLENCE MONSIEUR

JACQUES ADIAHENOT

MINISTRE D'ETAT CHARGÉ DE L'HABITAT DE L'URBANISME ET DU CPIDPISTRE
CHEF DE DELEGATION DEVANT LA

VINGT-CINQUIÉME SESSION EXTRAORDINAIRE DE L'ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES

NEW YORK, LE 6 JUIN 2001


 

Monsieur le President, Monsieur le Secrétaire General, Excellences, Messieurs et Mesdames,

Je voudrais tout d'abord dire I'honneur et le plaisir qui sont miens de me trouver parmi vous aujourd'hui et de prendre la parole au nom de mon pays lé GABON, devant cette auguste Assemblée. Je voudrais également exprimer notre appreciation du role de I'ONU dans sa contribution constante en faveur du maintien de la paix et de la promotion du développement.

Cinq ans aprés Istanbul, les présentes assises nous offrent ('occasion d'examiner et d'évaluer les progrés accomplis, d'identifier les obstacles et d'envisager, s'il en était besoin, des nouvelles approches.

On se souviendra que la deuxiéme conference sur les Etablissements Humains avait adopté la Declaration d'Istanbul et le Programme pour l'Habitat. Ces deux outils contenaient des recommendations sur les themes centraux débattus á savoir:

- Les Etablissements Humains viables dans un monde en pleine urbanisation ;
- Un logement decent pour tous.

Conformément á ces recommandations, mon pays s'est donne pour mission de mener sa politique de gestion urbaine
résolument dans ce cadre.

Parmi les actions engagées par le GABON depuis lors, on peut citer:

. La creation au sein du Ministére de I'Equipement d'un  Commissariat General a la Ville;
. La mise en place d'un comité national pour l'Habitat ;
. La creation au niveau national dune association unique  des maires du GABON;
. Le renforcement du partenariat entre le Gouvernement,  les élus locaux et la société civile ;
. La promotion des projets pilotes de travaux  d'infrastructures communautaires finances par la Banque  Mondiale. Ces projets qui comportent des avantages  sociaux indéniables visent les objectifs ci-aprés:

- la creation d'emplois communautaires ;
- la promotion des PME locales du secteur du bátiment ;
- I'amélioration des conditions de vie des populations par la realisation des infrastructures communautaires dans des quartiers sous-integrés ;
- le renforcement au niveau des services techniques des municipalités des capacités de gestion des travaux d'intéret public.

La plus importante de toutes ces actions a été I'adoption de la stratégie de développement urbain financée par la Banque Mondiale sous la forme de la "Declaration de politique urbaine" du GABON. C'est le lieu de renouveler á la Banque Mondiale les sinceres remerciements du Gouvernement gabonais pour les efforts consentis.

 La Declaration de politique urbaine du GABON est basée sur un diagnostic sans complaisance qui révéle:
. L'inexistence de contróle de ('extension des principales villes du pays
. La degradation des équipements collectifs et de I'environnement ;
. L'insuffisance de I'offre au niveau des transports et des services urbains ;
. La carence des ressources financiéres nécessaires au développement des villes.
 
Adoptée le 26 janvier 2001, la nouvelle politique urbaine du GABON met en exergue la volonté du gouvernement d'améliorer la contribution des villes á la croissance économique, d'intensifier la lutte contre la pauvreté et de renforcer les capacités de bonne gouvernance des municipalités.

De méme, la nouvelle politique urbaine s'est fixée les objectifs prioritaires suivants:

. La promotion et le développement d'une économie urbaine capable de soutenir durablement la croissance économique et sociale ;
. L'offre et la garantie au secteur urbain d'un cadre et dun environnement favorables au développement des activités économiques et á I'entrée des capitaux privés ;
. L'accompagnement et la maitrise des extensions urbaines ;
. L'amélioration des conditions de vie` des populations urbaines en particulier dans les quartiers défavorisés ;
. Le renforcement des capacités de gestion des communes pour les préparer á plus de responsabilité.

Ces objectifs sous-tendent la reconnaissance du role moteur des villes oú vivent plus de deux tiers de la population
du pays. Its ne peuvent se réaliser sans passer par des réformes institutionnelles et administratives vigoureuses et
novatrices.

Suite á toutes ces réformes profondes, la nouvelle politique urbaine va donc induire des orientations globales et
des actions concretes sur le terrain qui répondront á la fois aux nécessités dune meilleure gestion urbaine et aux besoins des
citadins tout en tenant compte des contraintes macro économiques du moment et des mutations qui sont prévisibies dans I'économie mondiale.

L'exécution d'une telle politique exige de notre part des moyens financiers conséquents et soutenus: Mais eu égard au lourd fardeau de la dette, le GABON, comme les autres pays en développement, ne peut y faire face tout seul. C'est pour cette raison que nous comptons sur la poursuite et le renforcement de la cooperation avec nos différents partenaires.

Avant de terminer mon propos, Monsieur le President, je voudrais encore une fois remercier et encourager I'ONU, á travers la Commission des Etablissements Humains, dans ses efforts de recherche des solutions salutaires pour le bien-étre de nos populations.
Je vous remercie.