MISSION PERMANENTE DE LA REPUBLIQUE DU CONGO
AUPRES DES NATIONS UNIES
 
 

Déclaration de S.E.M Basile IKOUEBE,
Ambassadeur Représentant Permanent
de la République du Congo auprès des Nations Unies,

Chef de la délégation Congolaise à la session extraordinaire
de l'Assemblée Générale des Nations Unies
consacrée à l'examen et à l'évaluation d'ensemble
de l'application des décisions de la conférence des Nations Unies
sur les établissements humains (Habitat II)

New York le 08 juin 2001

 
 

Monsieur le Président

C'est dans un esprit constructif et en fondant beaucoup d'espoir sur l'issue des présents débats que ma délégation entend participer à cette session consacrée à l'examen de la mise en oeuvre du plan mondial d'action adopté à Istanbul il y a cinq ans.

La délégation congolaise estime en effet que cette rencontre offre l'occasion d'un message fort en faveur d'un facteur essentiel du développement humain : le droit au logement, le droit à un habitat adéquat pour tous.

Au sortir d'une triste période de guerres civiles qui ont occasionné des destructions massives d'infrastructures sociales, d'habitations, d'écoles et d'hôpitaux et qui ont provoqué de grands mouvements de populations, mon Gouvernement voudrait saisir ce moment exceptionnel pour réaffirmer sa totale adhésion au message d'Istanbul et son engagement à s'inspirer des principes que celui-ci contient pour mettre en oeuvre le programme de réhabilitation, de reconstruction et de développement qu'il vient d'adopter.
 

Monsieur le Président

Le mouvement croissant d'urbanisation observé dans le monde n'épargne pas le Congo qui compte 70 % de sa population en milieu urbain, avec une forte concentration dans la capitale Brazzaville (40%) et à Pointe-Noire ( 20 % ). II s'agit d'une tendance qu'il faut savoir maîtriser, pour limiter les risques qu'elle comporte.

La stratégie de développement des établissements humains au Congo retient quatre composantes à savoir:

. la sécurité foncière,
. un logement convenable pour tous,
. la promotion de l'égalité d'accès au crédit
. des services urbains essentiels au profit des populations.

Les principales orientations qui sous-tendent cette action s'articulent autour de:

. la préparation d'un cadre institutionnel, règlementaire et législatif adéquat pour le développement des établissements humains ;
. l'amélioration des services urbains (eau, électricité, téléphone, infrastructures de transports, sécurité routière) ;
. la lutte contre la pauvreté ;
. la sauvegarde d'un environnement équilibré et la réduction de la pollution urbaine ;
. le renforcement de la coopération internationale et du partenariat entre l'Etat central, le secteur privé de la construction, les collectivités décentralisées, les ONG.

Des actions sectorielles sont menées dans un contexte dont chacun comprend aisément la complexité.

Ainsi s'agissant du logement, l'accent est mis sur la nécessité de garantir la sécurité d'occupation du sol, la redynamisation et la réactivation des programmes nationaux de construction des logements, l'accompagnement de l'autoconstruction à travers des programmes utilisant une haute intensité de main d'oeuvre, la garantie du financement immobilier pour le plus grand nombre et l'accès aux services urbains essentiels.

Concernant le développement social et l'élimination de la pauvreté, il s'agit d'accompagner les efforts liés au renforcement de la sécurité en donnant notamment aux victimes de la guerre et particulièrement à la jeunesse une alternative à la violence.

Le développement des actions communautaires et l'implication des collectivités décentralisées dans la maitrise du développement urbain constituent des impératifs incontournables.

Dans ce cadre, un intérêt particulier est porté au au respect de l'égalité homme-femme.

En matière d'environnement, l'assainissement du milieu par la réduction de la pollution urbaine, la planification urbaine et la mise en complémentarité des missions et des actions garantiront un milieu environnemental favorable à la prévention des catastrophes tant sanitaires que celles liées à la croissance urbaine.

Enfin, le renforcement des petites et micro-entreprises est appelé à stimuler la création des emplois.

Mais au regard des besoins, des défis et des moyens, beaucoup reste à faire.

Toutefois, le programme post-conflit actuellement en cours d'exécution pour une période de trois ans, témoigne de la volonté des autorités et de l'ensemble des Congolais de passer dune situation de crise à une situation de stabilité politique et sociale, préalable au développement.

Ce programme qui est à sa deuxième année d'exécution a déjà permis de:
.renforcer le processus de pacification et de remise en confiance des populations
.réhabiliter et mettre en place les infrastructures de base (routes, chemin de fer, port, aéroports),
 .ramener les partenaires bilatéraux et multilatéraux, dont principalement le système des nations unies, à soutenir le Congo,
. créer les conditions de réalisation des activités d'urgence au profit du plus grand nombre et particulièrement des couches victimes de la guerre, des jeunes, des femmes et des enfants.

Ce programme se poursuit dans d'autres secteurs d'activités à l'effet de permettre la transition vers le développement, et surtout vers un développement durable.

C'est donc pour moi le lieu de lancer un appel pressant à la communauté internationale, notamment au système des Nations Unies, pour un appui substantiel aux efforts de mon pays pour l'élimination de la pauvreté urbaine et pour la mise en oeuvre du programme post-conflit.

Je vous remercie de votre attention.