REPUBLIQUE DU BURUNDI

Allocution de S.E.Monsieur 1'Ambassadeur Marc NTETURUYE,

Représentant Permanent de la République
du Burundi aupres des Nations Unies et Chef de la
delegation du Burundi auprès de la 25ème Session
Extraordinaire de 1'Assemblée Genérale des Nations Unies
sur ISTANBUL+5.

New York, to 06 Juin 2001

 
 
 

Excellence Monsieur le Président,
Excellences Mesdames, Messieurs les Ministres,
Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies,
Madame la Directrice Exécutive du Centre des Nations Unies pour
les Etablissements Humains,
Distingués Délégués,
Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi tout d'abord de m'acquitter de cet agreable devoir pour adresser au nom de ma Délégation et en mon nom propre mes sincères felicitations au President et aux autres membres du Bureau en qui cette auguste Assemblée a placé sa pleine confiance. Je suis sûr qu'avec votre sagesse et votre riche expérience, cette importante rencontre sera couronnée de succès réel.
Soyez assurés de 1'appui de ma Délégation pour la bonne réussite de nos travaux.

Je voudrais aussi rendre un vibrant hommage au Secrétariat Général de l'ONU et au Centre des Nations Unies pour les Etablissements Humains pour la bonnne préparation des ces assises, pour la qualité des documents produits et la richesse des exposés que nous avons écoutés. Les stratégies et les recommandations toutes pertinentes qui ont été formutées au cours des différentes sessions préparatoires de cette Assemblée Générale ont montré à 1'Humanité toute entière 1'importance des Etablissements Humains dans le développement économique et social au cours de ce millénaire.

Je voudrais enfin présenter mes profonds remerciements au Gouvernement des Etats Unis pour 1'accueil chaleureux et 1'hospitalité qui ont été reserves à ma Délégation .

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,

Avec une population d'environ 7 millions d'habitants, le Burundi est à la fois confronté à une forte densité de la population (plus de 250 hab/km²) et à un faux de croissance démographique qui se situe parmi les plus élevés de notre continent. La population est essentiellement rurale et le taux d'urbanisation du Burundi nest que de 7%.

C'est pourquoi, le Gouvernement du Burundi a initié une politique volontariste visant à développer les centres urbains secondaires afin d'alléger la pression démographique sur les races terres agricoles.

Le Burundi a adopté cette politique afin de prévenir les effets néfastes qui résulteront dans un proche avenir des mouvements d'exode rural des populations en manque de terre a cultiver d'une part et d'autre part en prévision du retour massif des réfugiés lorsque l'Accord de Paix signé le 28 août 2000 sera rail en application de façon effective.

Pour ce faire, il s'agit de doter les centres urbains secondaires du pays d'outils de planification et de gestion urbaines, de mettre en place des équipements collectifs et infrastructures de base par le biais de la Technique de Haute Intensité de Main-d'Oeuvre et de promouvoir 1'emploi non agricole notamment à travers fartisanat et les autres activités génératrices de revenus monétaires.

Monsieur le President,
Mesdames, Messieurs,

Le Gouvernement du Burundi considère que le logement constitue un droit fondamental de 1'Homme au même titre que l'alimentation et la santé. Avant la crise qui connaît mon pays depuis 1993, le Gouvernement avait entrepris avec l'aide de la population bénéficiaire et le contours de la Coopération bilatérale et multilatérale, un vaste programme d'amélioration et de production de logements tant dans les centres urbains que dans les campagnes.
Des progrès remarquables etaient enregistrés de sorte que si le rythme des performances avait continué sur la même lancée, la couverture en logements décents aurait dépasser le faux de 80% des effectifs à la fin de l'année 2000.

Force est de constater hélas, que cette crise a fortement affecté le développement économique et social. Non seulement elle a emporté des dizaines de milliers de vies humaines et occasionné plusieurs centaines de milliers de réfugiés et personnes déplacées à l'intérieur du pays, mais elle a aussi provoqué la destruction de nombreux logements. Cette triste situation a permis de montrer à quel point le logement constitue un droit fondamental de l'homme au même titre que la vie.

Pour relever cette situation qui a profondément affecté les établissements humains et en application des recommendations faites aux différentes réunions préparatoires de la Conférence d'ISTANBUL, le Gouvernement du Burundi a élaboré un programme national dont les axes principaux reposent sur la mise en oeuvre des actions suivantes:

- la reconstruction du tissu social déchiré par la crise socio-politique ;
- la réinstallation et la réinsertion sociale des personnel déplacées et rapatriées ;
- la reconstruction des Infrastructures socio-économiques et des logements détruits
par la guerre;
- la raise en oeuvre dune politique de développement équilibré des centres urbains ;
-  la promotion de l'habitat, des services corollaires et la protection de I'environnement.

Cependant, ce programme ne peut être pleinement réalisé que dans un environnement de paix durable. C'est pourquoi le Gouvernement a initié et piloté avec 1'appui de la Communauté Internationale un processus de paix, à travers les négociations interburundaises, en vue de parvenire à la reconciliation entre les fils et filles du pays. Globales et inclusives et sous la médiation de Son Excellence Nelson Mandela, ces négociations ont abouti le 28 août 2000 à un accord politique, mais la paix ne viendra que lorsque la guerre aura cessé de manière durable .

Avec cet accord, le Gouvernement est convaincu que la mise en oeuvre de son plan d'action pourra se faire dans de bonnes conditions. En témoigne la récente Table Ronde des Bailleurs de Fonds du Burundi qui s'est tenue à Paris en décembre 2000. Cette conférence a été couronnée de succès. Un montant de près de 440 millions de dollars américains a été promis à notre pays pour soutenir le Gouvernement dans son programme de consolidation de la paix et de reconstruction nationale.

Je saisis cette occasion pour réitérer au nom de mon Gouvernement nos sincères remerciements à 1'égard des Pays Amis et Organisations Internationales pour l'appui et la sympathie qu'ils nous ont témoignés. Mon Gouvernement souhaite que l'aide promise soit effectivement libérée aussitot que possible .

Certes 1'assistance consentie à Paris est significative, mais elle reste insuffisante face aux besoins immenses de reconstruction. C'est pourquoi, noun lançons encore une fois un appel à la Communauté Internationale pour qu'elle redouble d'efforts pour venu en aide au Gouvernement et à la population dans la réalisation du plan d'action national. Le Gouvernement de la République du Burundi compte avoir espoir et optimisme sur la générosité et la solidarité de la Communaute Internationale.

Avant de terminer, je voudrais réaffirmer au nom de mon Gouvernement la. nécessité de revitaliser et renforcer les moyens du Centre des Nations Unies pour les Ettablissements Humains qui doit continuer à jouer un rôle prépondérant dans la mise en oeuvre du Plan Mondial pour 1'Habitat.

Je vous remercie de votre aimable attention.

.