Istanbul + 5

Session extraordinaire de lAssemblée générale
des Nations Unies consacrée à l'examen et à l'évaluation
d'ensemble de l'application du programme pour l'Habitat

Déclaration de
Monsieur Djéjouma SANON,
Ministre Délégué auprès du Ministre des Infrastructures,
de l'Habitat et de l'Urbanisme, Chargé de l'Habitat


 
 

Monsieur le Président,
Excellences, Mesdames et Messieurs les chefs de délégation,
Distingués délégués,
Mesdames et Messieurs,
 

C'est un grand honneur et un insigne privilège pour moi de prendre la parole devant cette auguste assemblée, à l'occasion de cette 25ème session extraordinaire de l'Assemblée générale consacrée aux Etablissements humains.

Je voudrais au nom du Gouvernement du Burkina faso, de celui de la délégation qui m'accompagne et au mien propre exprimer tous nos sincères remerciements à Monsieur le Secrétaire général des Nations Unies, Son Excellence Kofi Annan, à ses collaborateurs dont en particulier Madame la Directrice exécutive du Centre des Nations Unies pour les Etablissements humains.

Plus généralement, je voudrais également rendre un hommage mérité à l'ensemble du Système des Nations Unies, au CNUEH-habitat et surtout au Comité d'organisation qui, par un travail minutieux et consciencieux, a permis la tenue de cette session extraordinaire.

L'importance d'une telle rencontre n'est plus à souligner, s'agissant pour la Communauté internationale de procéder à un examen et à une évaluation d'ensemble de l'application des décisions issues de la conférence d'Istanbul, il y a de cela 5 ans.
 

Monsieur le Président,

Conformément aux engagements pris à Istanbul, mon pays, le Burkina Faso, s'attèle à la mise en oeuvre du programme pour l'Habitat. Sa présence aux différents processus préparatoires témoigne, au demeurant, de l'engagement de ses plus hautes autorités à faire du programme pour l'Habitat un cadre de coopération et d'échange.

Les défis d'un logement convenable pour tous et d'un développement des établissements humains viables, étant des objectifs majeurs du programme de l'Habitat de mon pays, il me plaît de relever avec vous les progrès réalisés en la matière.

Dans le domaine du logement et de l'habitat, le Burkina Faso a entrepris, avec l'appui de Shelter-Afrique, un programme de construction de logements sociaux.

De même, le programme de promotion et de vulgarisation des matériaux locaux de construction (LOCOMAT), qui vise un plus large accès des populations à faible revenu à un logement décent et à de meilleures conditions de vie vient de boucler sa première phase. Ce programme, entrepris avec l'assistance du CNUEH-habitat, a pleinement donné satisfaction tant du point de vue de son apport scientifique que de celui de sa participation à la construction de logements peu coûteux. Ceci nous incite par voie de conséquence à interpeller et à solliciter le Centre-habitat pour une intervention en faveur de la réalisation de la seconde phase du projet.

Dune façon générale, la question du financement demeure le noeud gordien de nos politiques de villes. C'est pourquoi nous pensons que la présente session extraordinaire devrait contribuer à lever cette contrainte.

 
Monsieur le Président,

La bonne gouvernance est une voie obligée pour l'édification d'une société prospère responsable et solidaire. Aussi, le Burkina Faso s'est-il résolument engagé dans la promotion de la vie démocratique par la mise en oeuvre du pluralisme politique, le respect des droits humains ainsi que le renforcement de la participation des femmes à la vie politique.

II a ainsi suscité une plus grande participation des femmes aux élections communales du 24 septembre 2000, par des plaidoieries auprès des autorités coutumières, religieuses et politiques en faveur des femmes et la sensibilisation des partis politiques pour un meilleur positionnement des femmes sur les listes électorales. Cela a permis une augmentation significative des femmes élues dans les conseils municipaux. Le taux passe ainsi de 9% en 1995 à 21 % en l'an 2000.

Comme avancées significatives, on peut noter aussi l'adoption du statut des agents des collectivités locales et l'organisation d'ateliers au niveau national et régional ainsi que d'ateliers spécifiques pour l'appropriation des Textes d'Orientation de la Décentralisation (TOD).
 

Monsieur le Président,

Dans le domaine du développement social et de l'élimination de la pauvreté, le Burkina Faso a élaboré un document-cadre de lutte contre la pauvreté dans lequel il énonce les objectifs prioritaires pour la décennie à venir, à savoir:
-la santé;
-l'éducation;
-la construction des pistes rurales;
-la promotion de la femme

Ce document-cadre, qui a été approuvé au cours de l'année 2000, s'est appuyé à la fois sur les travaux effectués par le Gouvernement depuis l'adoption de la Lettre d'Intention de Politique de Développement Durable (LIPD) en 1995 et les résultats des consultations élargies dans chaque secteur d'activité.

Sa finalité est de créer d'une part, un environnement structurant favorable à la croissance économique et de favoriser d'autre part, les conditions de participation effective des populations à la réalisation et au bénéfice de cette croissance tout en mettant l'accent sur l'amélioration de leurs revenus et de leur accès aux services sociaux essentiels de base.
 

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les chefs de délégation,
Distingués délégués,
Mesdames et Messieurs,

Mon pays se présente à cette session extraordinaire, confiant et même convaincu que nos travaux déboucheront sur d'heureuses conclusions.

D'ores et déjà, le Burkina Faso fait siens les engagements et recommandations qui seront pris par les participants à cetté très importante rencontre.
 

Je vous remercie./.