ALBANIA
 

Déclaration

par
 

Son Excellence Monsieur Rexhep MEIDANI,
Président de la République d'Albanie

Monsieur le Président,
Monsieur le Secrétaire Général,
Mesdames et Messieurs

Depuis les débuts de sa période de transition démocratique, il y a une dizaine d'années, l'Albanie se voit en pleines réformes politico-institutionnelles, économico-administratives et législativo-sociales. La mise en place et le bon fonctionnement d'un système législatif et de ses structures pertinentes et efficaces pour le respect et la protection des Droits de l'Homme en Albanie, ainsi que la création et le bon fonctionnement de l'institution de l' Avocat du Peuple, ont été et demeurent prioritaires. Basés sur les documents fondamentaux internationaux comme la Convention Internationale des Droits de l'Enfant, le respect et la protection des droits de l'enfant et des jeunes en ont constitué une composante essentielle. Un certain nombre de succès relativement importants se font remarquer quant à l'amélioration des conditions de vie des enfants tels que la mortalité infantile a diminué de moitié et la malnutrition des enfants de moins de 5 ans est réduite de manière sensible. De bons résultats ont été notés dans le domaine de la santé, de la vaccination effectuée régulièrement, etc. De toute façon, les indices européens auxquels nous visons sont loin d'être atteints et notre Etat, dans les limites de son budget encore modeste, s'efforce d'être de plus en plus attentif à l'égard des enfants qui constituent le groupe le plus important de notre population. Il est cependant évident que, sans une priorité de développement économique rapide, ces indices continueront de rester au-dessous du niveau de nos prétentions.

La Constitution de 1998 de la République d'Albanie a sanctionné une protection particulière de l'Etat à l'égard des enfants et des jeunes. Elle garantit la continuité de l'enseignement gratuit dans les écoles publiques, ainsi que la protection des enfants contre la violence, le mauvais traitement, leur exploitation et abus pendant le travail, particulièrement quand ils n'ont pas atteint l'âge autorisé. Le Code Civil, le Code Pénal et le Code de la Famille réservent également aux enfants des traitements spéciaux. Ces derniers temps, le Gouvernement Albanais a adopté et a mis en oeuvre la Stratégie Nationale pour l'Enfant, document; très ambitieux, qui essaie de faire converger l'action de l'Etat et celle des autres acteurs sociaux, les ONG locales, les communautés religieuses, les organisations internationales et les structures interactives des hommes d'affaires avec la communauté. La politique de l'Etat dans les années à venir devra mieux envisager de prendre des mesures plus efficaces en vue d'améliorer les conditions de vie, de santé et d'éducation. Celle-ci est le résultat direct de la consolidation économique de notre pays, où la croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) est d'environ 7% par an, mais également le résultat d'une planification de rapports plus justes du budget de l'Etat et une coopération plus intense avec les organismes internationaux. Un soin particulier sera consacré à la protection et à la garantie de la santé des enfants par l'amélioration de la qualité du service de santé, l'amélioration du niveau d'hygiène et de la culture sanitaire au sein de la famille et en société, ainsi qu'à la protection de l'environnement qui ces dernières années a subi de sérieux endommagements. Parallèlement aux soins de l'enfant, l'Etat albanais s'efforce aussi de veiller à la santé et au traitement de la mère en créant les facilités nécessaires à l'accouchement et après. L'accroissement du niveau d'instruction de tous les enfants est une autre priorité de l'Etat albanais, surtout dans les conditions actuelles, où un faible pourcentage d'enfants abandonne l'école en raison de facteurs économiques ou sociaux tels que la claustration à cause de la vendetta, vestige de l'ancien Droit Coutumier.

L'encouragement des enfants à l'attraction pour le monde riche d'informations et de formation, l'apprentissage des langues étrangères, un traitement digne, les loisirs et les activités sportives, l'encouragement au développement des dons et des talents de tous, constituent des tâches de plus en plus perspicaces que la société albanaise s'est déjà donné à remplir. Entre-temps, les programmes d'éducation sont en cours de rénovation conformément aux normes européennes. Dans ce sens, il est à signaler l'enrichissement des programmes d'éducation avec des matières qui traitent des Droits de l'Homme et du respect de la personnalité de l'enfant, de la protection de l'environnement, de l'instruction civique et démocratique de la vie en famille et dans la société.

De toute manière, notre Etat est conscient des problèmes encore aigus, surtout de ceux qui sont dûs à la transition démocratique et aux phénomènes régionaux de criminalité et du trafic des enfants et des catégories les moins protégées. Des structures locales ont été déjà mises en place et un bon nombre de sanctions légales fonctionnent en vue de protéger ces catégories vulnérables contre les phénomènes nouveaux pour la société albanaise comme la drogue, l'exploitation sexuelle, l'abus au travail et d'autres abus. Tous cela donnera sans doute des résultats positifs et réduira sensiblement le nombre de ces actes lourds de conséquences. De sérieux efforts sont entrepris aussi en vue d'une étroite coopération régionale dans la lutte contre ces phénomènes si traumatisants, en particulier le trafic des êtres humains.

Mais, pour la solution de ces problèmes, l'utilisation des structures légales et répressives ainsi que leur renforcement ne suffisent pas à elles seules. Parallèlement à l'amélioration des conditions économiques se font remarquer de plus en plus la contribution humaine directe et l'engagement de différents éléments de la société civile et des hommes d'affaires. Dans ce contexte, je voudrais vous présenter une manière particulière de saisir la question du soutien, de l'aide et de l'assistance sociale à l'égard des jeunes non protégés et qui se trouvent dans le besoin, en leur octroyant des facilités pour qu'ils apprennent à mener à eux seuls une vie active. En Albanie, un des projets du business social, qui contient cet élément promoteur s'appelle « Young Albanian Parcels Service ». Dans ce projet, des jeunes des différents groupes se trouvant dans le besoin (orphelins, handicapés, tsiganes, etc.) sont encouragés et munis des moyens nécessaires à mettre sur pied leur propre commerce, à savoir, une entreprise de liaison postale entre diverses compagnies. De nombreuses compagnies et des personnalités de la vie politique et sociale se sont associées bénévolement à ce projet.

Je voudrais également souligner que l'Etat albanais apprécie hautement la coopération déjà acquise avec les organismes internationaux comme les agences spécialisées des Nations Unies ou d'autres donateurs étrangers en matière de mise en oeuvre de programmes et de projets dans le domaine de la bonne éducation de l'enfant. En outre, une coopération étroite et efficace a été établie avec les ONG albanaises qui apportent une aide précieuse dans le domaine de la promotion des droits de l'enfant, de la réintégration de certaines catégories sociales particulières, de leur éducation, etc. A ce stade, il est nécessaire que les programmes de ces agences spécialisées et des donateurs soient plus concrets, plus efficaces, et sans frais bureaucratiques inutiles.

Monsieur le Président,

Je voudrais encore attirer votre attention sur des problèmes auxquels sont confrontés les enfants de certaines parties du globe. Les risques les plus grands qui menacent les enfants sont en premier lieu la pauvreté et la guerre, lesquelles, dans la plupart des cas, coexistent. Nous avons tous été témoins des tragédies vécues par les enfants à cause des conflits qui ont eu lieu dans leur propre pays ou entre pays. Tels ont été les événements tragiques des dernières années en ex-Yougoslavie, où il y a eu parmi les nombreuses innocentes victimes une quantité considérable d'enfants. Beaucoup de temps devra s'écouler avant que ne guérissent les plaies des enfants de la Kosove et de la Bosnie causées par là guerre aveugle et dénuée de tout principe, par la politique de nettoyage ethnique et la politique de génocide du régime de Milosevic. Nous ne devons pas tolérer que de tels évènements se répètent dans le globe.

La faim accompagnée de ses graves conséquences de dépersonnalisation, la prostitution, la drogue et les maladies du siècle constituent des dangers de mêmes dimensions et peut-être encore plus grands, dont les enfants font actuellement l'objet Toutes les formes d'esclavage, comme le sont : le travail des enfants dû principalement à la pauvreté, leur vente faite en cachette ou en plein jour, le trafic des enfants, le servage et le recrutement des enfants en vue des conflits armés, l'achat ou l'offre des enfants pour prostituer, leur utilisation à des fins pornographique : vidéocassettes et spectacles, leur utilisation"pour le trafic de la drogue, doivent être totalement prohibés. Ainsi, par exemple, selon un rapport récent faisant part des enfants soldats, environs 300.000 en sont actuellement utilisés dans 34 conflits. Pour cela, il serait positif, voire important, de créer un nouvel organe d'observation international ou bien un tribunal des Nations Unies qui mettrait fin aux pratiques de l'exploitation des enfants comme soldats, en exerçant de la pression sur des groupes et des gouvernements par la présentation des faits, l'inculpation et même les condamnations. La mise en place d'un tel mécanisme apporterait les changements qui combleraient l'espace entre les mots, les conventions et les actions sur le terrain. La même mesure doit être appliquée pour interdire le tourisme sexuel, spécialement celui dont les enfants sont l'objet.

J'estime que l'éducation est à chaque enfant la clé d'un avenir sain et à long terme. A l'issue de la Guerre Froide, il est généralement admis que les vieux désaccords idéologiques ont pris fin. Mais, un désaccord plus intraitable est en train de gagner du terrain; la cause cette fois-ci en est la technologie. Une petite partie du globe, qui compte environ 15 pour cent de la population de celui-ci, fournit presque toutes les innovations de la technologie mondiale. Une deuxième partie, peut-être la moitié de la population mondiale, est susceptible d'absorber et d'adopter cette technologie. Le reste, qui constitue environ le tiers de la population mondiale se trouve technologiquement déconnectée. Cette population technologiquement exclue, sans aucune perspective pour les enfants, est rivée dans un abîme de pauvreté. Il est temps que les pays riches reconnaissent ce fait et réagissent pour donner au moins la chance à plusieurs régions technologiquement exclues, de devenir des adopteurs technologiques et ne pas être obligées à payer pour s'acquitter de leur dettes plus que pour la santé et l'éducation primaire combinées.

En général, face à une diminution des ressources financières et humaines, tous les pays en développement ou les pays en transition doivent mettre à jour et améliorer tous les aspects de l'éducation primaire et secondaire de manière à élever la qualité d'éducation et de stopper l'augmentation du nombre de ceux qui renoncent à aller à l'école. Dans le communiqué du Sommet du G8, réuni à Gênes, en Italie, l'enseignement a été qualifié de a pilier principal pour le développement et l'emploi ». La Déclaration des Ministres des Finances du G7 contient plus de détails et reconnaît l'éducation comme un droit humain; elle reconnaît ses valeurs pour la croissance, pour la réduction de la pauvreté, pour la stabilité et la cohésion sociale, pour les soins médicaux, etc. Elle reconnaît le degré d'injustice et les crises dans l'éducation, surtout par rapport aux jeunes filles, et en plus, elle reconnaît le fait que beaucoup de pays ne pourront pas atteindre les buts de 2015 en matière d'éducation. Le G8 a donné son accord pour la création d'un groupe de travail d'éducation afin de poursuivre les objectifs de Dakar. J'espère sincèrement que cela pourra permettre de mener à bien une sorte d'Initiative Globale pour l'éducation. La preuve véritable consiste dans le fait que le G7 apportera ou pas réellement sa part financière, de manière à pouvoir scolariser tous les enfants ainsi qu'il l'a promis à Okinawa ?

Monsieur le Président,

En vous remerciant de m'avoir créé l'opportunité de prendre la parole devant cet honorable forum, permettez-moi de saisir cette occasion pour exprimer la confiance et la profonde conviction du peuple albanais et de moi-même, que sous la direction du Secrétaire Général, Monsieur Kofi ANNAN, les Nations Unies joueront un rôle encore plus important dans les efforts pour l'égalité humaine, la paix, le progrès social et la prospérité dans le monde entier.

Merci pour votre attention!