Chronique ONU

Point de vue
L'éthique à l'ère d'Internet
Par Joseph Salim

Imprimer
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
L'article
Alors que la technologie continue de se développer et que de plus en plus de personnes ont accès à Internet, les obstacles traditionnels, tels que la distance et le temps, ont été surmontés par l'interaction et l'échange entre les civilisations et les cultures. Ce phénomène a engendré l'émergence d'un village mondial interconnecté, où les événements qui ont lieu dans un endroit de la planète peuvent avoir des répercussions désastreuses dans un autre, tel que l'ont démontré les événements tragiques du 11 septembre 2001. Si l'accès universel à ce vaste réseau d'information a amélioré nos connaissances générales, il a également exacerbé les disparités idéologiques, politiques et sociales dans les communautés défavorisées qui vivent en marge de notre village mondial.

Avec l'avènement de la technologie de l'information, nos systèmes de classe modernes ne sont plus déterminés par la naissance mais par l'accès aux opportunités. L'une des conséquences du progrès technologique est d'avoir suscité l'envie et l'animosité chez ceux qui se rendent soudain compte des opportunités offertes mais constatent avec frustration qu'ils n'y ont pas accès. Moins apparente avant en raison des contraintes géographiques, l'impression omniprésente que d'autres mènent une vie plus prospère simplement parce qu'ils sont nés dans un pays qui offre des opportunités de progrès illimitées a donc engendré le ressentiment, des attentes et l'espoir chez ceux qui vivent dans des conditions de pauvreté et d'oppression. Les personnes qui tentent de maintenir leur identité culturelle tout en poursuivant leurs aspirations font face à des choix difficiles qui transcendent la simple situation économique. De telles tensions peuvent engendrer un choc entre les civilisations; et ceux qui sont incapables de réconcilier les différences culturelles ou de renoncer à leur identité culturelle se trouvent aux prises avec une dynamique qui leur échappe.

À moins que les besoins idéologiques des êtres humains ne soient réévalués, il y a peu de chances que l'aide économique et l'expertise technique puissent, à elles seules, combler le fossé qui se creuse de plus en plus entre les cultures. Des actes de persécution aux horreurs de la guerre, c'est souvent les différences d'opinion entre ce qui est juste et ce qui ne l'est pas qui ont motivé et servi à justifier les pires atrocités. Plus une idéologie est enracinée et inflexible, plus il devient difficile de tolérer les différences et de s'y adapter.

Que ce soit dans l'amitié, dans les relations familiales et même dans l'autoperception, l'idéologie individuelle est le fil par lequel nos vies sont imbriquées dans le tissu de la société.

À l'ère de la mondialisation, nous devons éduquer nos esprits et apprendre à accepter la diversité et la pluralité tout en développant un sens inné de l'unité et de l'harmonie. Nous devons chercher à nous doter des outils qui nous aideront à mieux comprendre nos pairs et à adopter une conduite appropriée et acceptable pour tous, quelles que soient l'idéologie, la race et la religion.

Nous partageons tous la responsabilité d'améliorer la situation dans le monde; cependant, malgré l'opinion populaire, les changements doivent s'effectuer de l'intérieur car, en fin de compte, nos sociétés sont seulement l'expression des individus qui les constituent. En cherchant à nous éduquer et à nous améliorer, nous pouvons mettre en marche le mécanisme nécessaire pour effectuer des changements significatifs à l'échelle universelle.

La poursuite de cette transformation interne est possible en développant une éducation de la pensée solide, dont une partie intégrante est la prise de conscience et la compréhension de l'importance des questions sociales, culturelles et éthiques qui ont un impact sur notre vie quotidienne. Plus nous sommes informés, engagés et motivés dans notre rôle de citoyens du monde, plus chacun de nous contribuera efficacement à la construction d'une société pacifique, équitable et viable.

Considérant qu'il y a peu chances que chacun ait des opportunités égales dans un avenir proche, nous devons nous doter de nouveaux outils qui nous permettront de faire face aux disparités idéologiques et sociales que les progrès de la technologie ont mis en évidence. S'il est peut-être dans la nature humaine de penser que la situation dans laquelle nous sommes est unique à notre temps, une telle vue étroite de l'histoire présente le danger de répéter les erreurs du passé. En fait, le choc entre les civilisations et les cultures n'est, en aucun cas, un phénomène unique à notre époque; la seule différence est l'ampleur que ce phénomène a prise. La population mondiale augmente de manière exponentielle. Nous n'avons jamais eu accès à tant d'informations et nous pouvons communiquer plus rapidement et plus efficacement aux quatre coins de la planète. L'accès universel à cette toile mondiale d'informations a permis de donner des chances égales à chacun et le monde a rétréci pour devenir un village mondial.

Dans le monde multilatéral d'aujourd'hui, la prospérité et l'espoir côtoient la misère et le désespoir. Dans un monde marqué par le rétrécissement des frontières et le choc entre les idéologies, la nécessité de développer et de formuler ensemble les normes universelles d'un comportement éthique est devenue une priorité qui ne peut être ignorée. Le développement d'une éthique mondiale commune destinée à guider les actions humaines nécessite une étude approfondie de nos devoirs, de nos obligations, de notre liberté et de nos droits fondamentaux.
Biographie
Joseph Salim est directeur exécutif de Virtue Foundation et de Nour Foundation, une organisation à but non lucratif consacrée à explorer les principes moraux, éthiques et spirituels communs qui forment la base de diverses disciplines et écoles de pensée.
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
Copyright © Nations Unies
Retour  Haut