Chronique ONU

Point de vue
Un appel à l'action : la campagne CivWorld
Par Sondra Myers et Benjamin R. Barber

Imprimer
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
L'article
Les attentats du 11 septembre 2001, qui ne sont pas les premiers attentats terroristes perpétrés dans le monde, ont été pour les Américains un brusque rappel à la réalité que même les puissants et les riches sont vulnérables dans le nouveau monde interdépendant et qu'ils ne peuvent plus se sentir en sécurité sans un système de sécurité mondiale. Cette révélation nous oblige à revoir notre manière de penser et notre rôle dans un monde interdépendant qui appelle à une action civique. Cela signifie que nous sommes tous à bord du même bateau : s'il flotte, nous sommes tous sains et saufs, et s'il coule, nous nous noyons tous.

L'une des ironies de l'après-guerre froide est que, malgré le succès apparent des démocraties de marché, beaucoup se sentent plus vulnérables qu'avant, même dans les régions prospères du monde. Le terrorisme lui-même est une expression diabolique de l'impuissance, et les inégalités s'accentuent alors que la richesse mondiale augmente. Mû par une peur compréhensible, le gouvernement américain a réagi mais s'est concentré sur la recherche de « solutions » militaires et de défense, dont la guerre préventive, en négligeant de prévoir un cadre favorable à la création d'une démocratie dynamique, qu'on pourrait appeler « la démocratie préventive ».

La Campagne de citoyens CivWorld pour la démocratie, un projet consacré à la Démocratie participative à l'université de Maryland, est un appel à l'action - un appel à un travail interdisciplinaire associant la pratique à la théorie et préconisant une action civique significative pour construire un monde plus démocratique. Elle appelle les citoyens du monde, les femmes et les hommes de toutes les origines ethniques, culturelles, politiques et économiques à combattre les inégalités qui divisent le monde ainsi que le fondamentalisme, tant religieux que laïc, qui est source de violence et d'intolérance à l'égard de tous ceux qui ne partagent pas les opinions de ses adeptes.

La Campagne donnera aux gens les moyens de se voir tels qu'ils sont et d'agir en tant que citoyens du monde aux niveaux local, national et international.

Elle est née de l'idée que ce sont les citoyens, plutôt que les gouvernements, qui sont les principaux agents du changement démocratique et que la citoyenneté, qui joue un rôle important dans la démocratie locale, doit également en jouer un dans la démocratie mondiale.

Le document de signature de la Campagne CicWorld est une déclaration d'interdépendance qui s'appuie sur les principes énoncés dans la Déclaration d'indépendance américaine, la Déclaration française des droits de l'homme de 1789, la Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits de l'homme de l'ONU de 1948.

Une « Journée d'interdépendance » a été célébrée le 12 septembre 2003 à Philadelphie (États-Unis), à Budapest (Hongrie) ainsi que dans plusieurs campus universitaires aux États-Unis. Elle symbolisera un « jour après » le jour de la destruction et reflétera la résistance, le renouveau et l'espoir, ainsi que la détermination à créer un monde libéré du terrorisme et du désespoir, de la colère et de l'impuissance qui alimentent le terrorisme. Cette Journée sera consacrée à l'imagination civique et culturelle des citoyens comme moyen de créer un monde commun et comprendra des manifestations créées par les citoyens.

Étant donné que la Déclaration et la Journée d'interdépendance sont destinées à créer et à refléter un sentiment de citoyenneté mondiale et que la citoyenneté et la démocratie reposent essentiellement sur l'éducation, la Campagne CivWorld présentera également un programme éducatif destiné aux élèves des collèges et des lycées, ainsi qu'aux universités, qui seront invités à participer aux événements de la Journée. CivWorld a pour objectif d'offrir des alternatives à la guerre pour répondre au terrorisme et aux conditions qui lui permettent de survivre. Comme les nations démocratiques se font rarement la guerre entre elles, il est rare qu'elles soient le terreau du terrorisme. À long terme, l'instauration d'un esprit démocratique mondial fondé sur l'éducation de tous les enfants du monde offre un moyen de promouvoir à la fois la sécurité et la liberté. À cet égard, CivWorld repose non pas sur un idéalisme traditionnel mais sur un nouveau réalisme qui reconnaît que la race humaine réussira à survivre ensemble ou ne réussira pas.

Biographies
Sondra Myers est associée adjointe à Démocratie participative de l'université de Maryland et rédactrice à The Democratic Reader.
Benjamin R. Barber est responsable de la chaire Gershon and Carol Kekst de société civile à l'université de Maryland et principal organisateur de Démocratie participative.
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
Copyright © Nations Unies
Retour  Haut