Chronique ONU

'HELLOWORLD'
Un projet artistique encourage la communication
Par Karin Freudenthal

Imprimer
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
L'article
Durant le premier Sommet mondial de la société de l'information (SMSI), une installation originale créée par l'artiste suisse Johannes Gees, spécialisé dans les médias numériques et concepteur de site sur Internet, a fait connaître l'événement en projetant des messages laser sur la façade nord du siège des Nations Unies à New York, ainsi que sur trois autres lieux marquants en Inde, au Brésil et en Suisse, messages qui ont été simultanément diffusés dans le monde par l'internet.

Projection laser en ligne sur le Moro Dois Irmãos, qui sépare l'un des quartiers les plus pauvres (favela Vidigal, à gauche) de l'un des plus riches (Ipanema/Leblon, à droite) de Rio de Janeiro. Photo offerte par le projet HELLOWORLD

« L'idée était de permettre aux gens de transmettre leur message », a dit M. Gees, qui a conçu et coordonné le projet HelloWorld, semblable à celui qu'il avait lancé lors du Forum économique mondial en 2001. « Nous parlons d'espace public qui appartient à tous mais l'utilisation de ces espaces est réglementée. On peut acheter un espace publicitaire, mais cela coûte cher, ou faire des graffitis, mais c'est illégal. Je donne aux gens qui n'ont pas d'argent la possibilité de se faire entendre partout dans le monde de manière percutante et visible », a-t-il ajouté.

Et ce fut le cas. La projection laser la plus spectaculaire a eu lieu à Morro Dois Irmãos, une montagne qui surplombe les plages d'Ipanema et de Leblon, que l'on peut apercevoir à partir des lagunes et des plages de Rio de Janeiro. Les messages couvraient une surface de 500 m sur 60 m et, à Rio et chaque lettre, qui mesurait 60 m de haut, était visible à 2,5 km à la ronde.

Projection laser sur le Jet d'eau de 140 mètres de haut de Genève. Photo offerte par le projet HELLOWORLD
L'ONU, en collaboration de l'Office fédéral suisse de la culture, a accepté de projeter sur son bâtiment cette création artistique innovante utilisant certaines des technologies abordées lors du SMSI, qui a eu lieu à Genève du 10 au 12 décembre 2003. La simplicité de HELLOWORLD a été l'un des points forts du projet. Alors que le Sommet avait pour thème la fracture digitale, HELLOWORLD avait pour concept l'inclusion. Le Directeur adjoint de l'Office fédéral, Marc Wehrlin, s'explique : « Ouverts à la société civile et conformément au désir de l'ONU, nous avons créé la plate-forme interactive du projet HELLOWOLRD en collaboration avec l'artiste Johannes Gees et l'avons offert comme cadeau culturel de la Suisse au Sommet mondial. Dans le cadre de son engagement à la promotion de la culture, l'Office fédéral de la culture suit et étudie depuis les trois dernières années l'impact des nouvelles technologies sur notre société, en particulier sur les productions culturelles.

L'idée de faire appel à la société civile pour participer directement au SMSI nous a convaincus, parce qu'à travers elle, les sujets les plus importants du Sommet ont été choisis comme thèmes centraux : la fracture numérique et la diversité culturelle.

HELLOWORLD représente la nouvelle ère de la création artistique. Ce nouvel art médiatique jouera un rôle essentiel dans la société de l'information. « Les artistes nous montrent les possibilités offertes par la nouvelle technologie; l'un de leurs thèmes principaux est de connecter les gens et de développer les communications et l'interaction dans le monde », a commenté M. Wehrlin.

Les messages d'HELLOWORLD projetés sur le bâtiment d'Air India. Photo offerte par le projet HELLOWORLD
Des milliers de messages laser ont été projetés sur le jet d'eau à Gevève, le bâtiment d'Air India, à Munbai, et le Morro Dois Irmãos, à Rio de Janeiro, et ont également été projetés simultanément par une installation vidéo au Sommet dans les six langues des Nations Unies. Cette installation interactive combinait langue, paysages et technologie de la communication. Tout le monde était invité à envoyer des messages, soit par l'internet soit en envoyant un SMS à partir de téléphones portables.

Aucun changement n'a été apporté aux messages mais une équipe de la rédaction de Swissinfo à Berne les a vérifiés pour s'assurer qu'ils ne contenaient pas d'insultes personnelles et religieuses ni de connotations racistes ou sexistes. En quelques secondes, les messages acceptés ont été projetés sur des surfaces de 70 à 400 mètres de haut. Le nombre de messages reçu a été considérable. Douze rédacteurs multilingues ont été chargés de les relire tous et de choisir ceux qui allaient être projetés, ceux-ci étant ensuite traduits en plusieurs langues notamment l'hindi, le chinois, l'anglais, l'arabe, le français et le portugais.

À Mumbai, un garçon regarde les messages d'HELLOWORLD projetés sur le bâtiment d'Air India. Photo offerte par le projet HELLOWORLD
Le 10 décembre, lors de la Journée des droits de l'homme, des messages de l'ONU sur les droits de l'homme ont été projetés sur la façade nord du Secrétariat de l'ONU. Le 12 décembre, des messages en direct ainsi qu'une sélection des meilleurs messages ont été projetés à New York et dans d'autres villes.

Martina Volpe, membre de la Mission permanente de la Suisse auprès des Nations Unies, responsable du projet HELLOWORLD, a déclaré :

« Nous étions heureux que l'ONU nous donne son feu vert pour ce projet exceptionnel. En effet, il est extrêmement rare que le bâtiment de l'ONU soit utilisé pour ce genre de manifestations. Après le concert organisé en octobre dernier lors de la Journée des Nations Unies, c'est le deuxième événement important que la Suisse organise depuis son accession à l'ONU en septembre 2002. »

Le SMSI a rassemblé plus de 65 chefs d'État et de gouvernement qui ont débattu de la gouvernance de l'internet et de la fracture numérique qui nie l'accès des pays pauvres aux possibilités qu'offrent la technologie et la communication.

Photo offerte par le projet HELLOWORLD
Le projet HELLOWORLD a fourni une plate-forme idéale pour mettre en avant les questions concernant les communications mondiales tout en mettant l'accent sur deux questions qui ont été au cour des discussions : la fracture numérique qui se creuse entre les pays en développement et les pays développés et le droit à la liberté d'expression. Ce projet artistique a offert à tous ceux ayant un téléphone portable ou accès à l'internet l'occasion de voir leur message projeté sur un site réputé de l'une de quatre grandes villes. Les 38 000 messages reçus des quatre coins de la planète avaient pour thème principal : la paix.

Biographie
Karin Freudenthal travaille au Département de l'information de l'ONU. Ses travaux photographiques ont été exposés en Europe, à New York et au siège des Nations Unies.
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
Copyright © Nations Unies
Retour  Haut