UN Chronicle Online
Un ingrédient indispensable pour éradiquer la faim
L'Année internationale du riz
Par Consuelo Remmert, pour la Chronique

Imprimer
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
L'article

Le 31 octobre 2003, les Nations Unies ont proclamé 2004 l'Année internationale du riz (AIR). L'Année internationale du riz a pour objectif de sensibiliser le public à une culture qui est essentielle à la survie des pays pauvres. L'Assemblée générale vise à encourager une augmentation de la production rizicole par une utilisation efficace de l'ensemble des ressources disponibles en eau et en terres.

C'est la deuxième fois dans l'histoire des Nations Unies qu'une année est dédiée au riz. L'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) avait déclaré 1966 l'Année internationale du riz. Le riz mérite d'être en première ligne car il peut contribuer à réaliser le premier objectif du Millénaire des Nations Unies : l'éradication de l'extrême pauvreté et de la faim.

Environ 840 millions de personnes dans le monde souffrent de la faim chronique. La malnutrition retarde le développement physique et mental des enfants et entrave la performance des adultes sur leur lieu de travail. Quelque 55 % des personnes qui souffrent de la faim vivent dans des régions qui dépendent de la production de riz pour vivre. Au Bangladesh, le cas des enfants en âge préscolaire est typique : ils tirent 76 % de leur apport énergétique du riz.

L'AIR a pour objectif d'encourager un accroissement de la production afin d'améliorer les rendements et de nourrir de plus en plus de personnes. À cet égard, la collaboration des gouvernements et de la société civile est nécessaire afin d'aider les pays en développement à augmenter leur production de riz en utilisant moins de ressources. Sachant que toutes les huit secondes un hectare de terres fertiles disparaît dans le monde, on comprend que la diminution de ressources en terres soit un sujet de préoccupation.

L'Assemblée générale lance un appel pour que des fonds publics soient alloués à la recherche sur le riz. La recherche scientifique encourage la mise au point de nouvelles techniques agricoles qui peuvent améliorer la vie des pauvres et permettre de trouver de nouvelles variétés à plus haut rendement dans certains écosystèmes climatiques, tels que le «riz miracle» qui est cultivé dans les régions tropicales.

La recherche actuelle a pour objectif d'améliorer la valeur nutritive des aliments de base comme le riz. Des méthodes innovantes pourraient faciliter l'accès des personnes à des aliments ayant une valeur nutritive plus élevée et plus faciles à produire. Cette méthode, appelée biofortification, «nécessite une alliance interdisciplinaire des institutions de recherche et de mise en ouvre», a indiqué Howard Bouis, directeur du Programme spécial sur la biofortification du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale. L'une des missions de l'AIR est précisément de promouvoir ce type d'alliance.

L'Assemblée générale et la FAO espèrent souligner l'importance que revêt le riz dans la vie économique des pays en développement qui assurent 95 % de la production de riz. Le riz permet aux membres les plus pauvres de la communauté internationale de participer au commerce mondial parce qu'ils contrôlent un pourcentage élevé des volumes des importations et des exportations. Le potentiel économique de cette culture a été mis en évidence dans les années 1990, lorsque la production mondiale de riz est passée à un taux annuel de 7 %, atteignant 27 millions de tonnes.

Outre les bénéfices dans les domaines de la santé et de l'économie, l'AIR prévoit de mettre en valeur l'importance culturelle du riz. Le riz est ancré dans les coutumes, les traditions et les paysages culturels. Malgré la diversité des cultures, le sens symbolique du riz est le même partout : il représente la vie, la fertilité et l'abondance. D'un point de vue culturel, le riz représente le conflit entre l'individualité et la collectivité, qui caractérise le monde d'aujourd'hui.

Plusieurs événements, réunions et publications commémoreront l'Année internationale du riz 2004 dans le monde. Tandis que des participants visiteront une exposition permanente à l'atrium de la FAO à Rome, en Italie, d'autres assisteront aux concerts de MTV Asie «Rock for Rice» aux Philippines, en Thaïlande et en Indonésie. Des réunions d'experts auront lieu de la Chine au Pérou en passant par l'Afrique su Sud. L'Institut International de recherche sur le riz doublera la fréquence de ses publications et la FAO publiera une brochure sur l'Année internationale du riz.

Relever les défis présentés par l'AIR est une tâche difficile. Cela en vaut cependant la peine. Une augmentation de la production de riz et des rendements assureraient la sécurité alimentaire, renforceraient la croissance économique à long terme et amélioreraient le niveau de vie des pauvres ruraux et urbains tout en renforçant leur identité culturelle.

Le système «riz-azolla-poisson» en Chine, où des zones associant plusieurs éléments sont préparées pour l'inoculation de l'azolla.
FAO photo/J. Dent

Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
Copyright © Nations Unies
Retour  Haut